DVD — 17 novembre 2019
Exclusivité VOD : Le témoin invisible

Le témoin invisible

 
Italie : 2018
Titre original : Il testimone invisibile
Réalisateur : Stefano Mordini
Scénario : Stefano Mordini, Oriol Paulo
Acteurs : , , Maria Paiato
Distributeur : Wild Side Vidéo (VOD)
Durée : 1h42
Genre : Thriller
Date de sortie VOD : 14 novembre 2019

 

Adriano Doria, entrepreneur très en vue, se réveille dans une chambre d’hôtel, en montagne, à côté du corps sans vie de sa jeune maîtresse Laura, frappée à la tête par un lourd objet métallique. La pièce est fermée de l’intérieur et quand la police arrive, Adriano est à l’évidence accusé du meurtre, bien qu’il se déclare innocent.Placé en liberté surveillée à domicile, dans son élégant appartement, Adriano doit en quelques heures échafauder une stratégie de défense en vue de l’interrogatoire, avec une spécialiste que lui a envoyé son avocat : la pénaliste Virginia Ferrara…

 


 

Le film

[4/5]

Thriller de machination au scénario machiavélique, s’amusant clairement à manipuler le spectateur en multipliant les hypothèses criminelles comme autant de sous-intrigues, Le témoin invisible est un film qui mettra vos nerfs à rude épreuve. A la croisée des chemins entre Garde à vue et le cinéma de David Mamet, le réalisateur Stefano Mordini semble avoir tiré les leçons de 25 ans de thrillers « à twists » depuis Usual suspects, et opte avec son œuvre pour un récit à tiroirs, à la narration posée, posant les bases d’un « mystère » (tenant tout à la fois du whodunit et du howdunit puisqu’on ignore l’identité du coupable et que le crime qui nous est présenté s’est déroulé dans une pièce complètement fermée) puis prenant le temps de nous amener, par étapes et sur son propre rythme, à la découverte de la vérité.

Jouer avec le spectateur est un Art que Stefano Mordini, dont il s’agit du septième long-métrage pour le cinéma, semble maîtriser à la perfection. Le scénario du film se base sur celui, pré-existant, d’Oriol Paulo pour le thriller espagnol L’accusé (Contratiempo, 2017), auquel Mordini apporte quelques modifications. Si la trame reste globalement similaire, le scénariste / réalisateur italien fait notamment le choix de raconter l’intégralité de l’histoire par la bouche de ses personnages, ce qui semble plus cohérent que dans le film espagnol, surtout étant donné les zones d’ombre et les faux-semblants qui émaillent le récit. Confiant dans son dispositif narratif, il prend le temps de placer ses pions sur l’échiquier, construisant, déconstruisant et reconstruisant le déroulement des événements, à la façon d’un puzzle, mais d’un puzzle à deux faces, contenant sur chaque face la même histoire, à quelques nuances près. Démêler le vrai du faux sera donc le défi du spectateur et du personnage de la pénaliste Virginia Ferrara (Maria Paiato), fine théoricienne de la pensée latérale, qui insistera énormément sur la notion de « détail », essentielle pour s’y retrouver au cœur de ce labyrinthe bourré d’impasses et de fausses pistes. Brillamment mis en scène, dans une alternance de flashbacks et de scènes de dialogues, porté par des acteurs convaincants (le face à face Riccardo Scamarcio / Fabrizio Bentivoglio pendant la scène du cocktail est impressionnant d’authenticité), Le témoin invisible déroule une mécanique parfaitement huilée, qui malgré son récit pour le moins enchevêtré, reste heureusement toujours limpide et souvent réjouissant dans ses retournements de situation. Stefano Mordini parvient à développer une véritable atmosphère tout au long du film, jouant par ailleurs sur les contrastes « géographiques » que lui permet le déplacement de l’intrigue en Italie – il opposera ainsi le monde d’Adriano (Riccardo Scamarcio), représenté par la ville de Milan, froid, gris, aux angles durs, et la chaleur, les couleurs et l’authenticité des forêts, des montagnes et des lacs de la province de Trente, qui s’apparente au personnage de Tommaso (Fabrizio Bentivoglio).

>On notera par ailleurs dans le film un attachement fort à présenter au public une vision de la justice profondément viciée et corrompue, au cœur de laquelle les puissants peuvent, s’ils mettent le prix, acheter leur liberté et leur innocence – une tradition héritée des grands thrillers politiques des années 70, dont le chef d’œuvre absolu Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon (Elio Petri, 1970) était le chef de file.

En deux mots comme en cent, Le témoin invisible s’impose comme une belle surprise de cinéma : même si le fait que le film de Stefano Mordini n’ait pas été exploité dans les salles françaises s’explique probablement par son succès en demi-teinte au box-office italien (330.000 entrées), il s’agit là du genre de thriller qui aurait vraiment mérité de rencontrer son public à grande échelle. Pour tout dire, on toucherait même du doigt le chef d’œuvre si la révélation finale (celle tournant autour des motivations du personnage de la pénaliste Virginia Ferrara) ne se voyait pas éventée une vingtaine de minutes avant la fin du film – ce qui n’entache finalement que très peu la remarquable réussite de l’ensemble.

 

 

Une exclusivité VOD

Contre toute attente, et malgré des qualités qui l’imposent comme une des meilleures surprises de l’année en termes de « Direct To Video », Le témoin invisible est disponible uniquement en VOD et téléchargement définitif depuis le 14 novembre, sous les couleurs de Wild Side Vidéo.

Nous proposant avec une belle régularité des films inédits en VOD depuis quelques années maintenant, Wild Side permet aux cinéphages de rattraper des films de tous les genres, non sortis dans les salles obscures mais dont la qualité, comme dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, se situe bien au-dessus du tout venant en matière de DTV. Une initiative dans l’air du temps, surfant sur la large vague de dématérialisation du Cinéma en général, qui permettra aux curieux de découvrir des films moins connus ou ayant fait le buzz sur le Net sans forcément passer par la case « import » ni même par le support physique.

Le témoin invisible est disponible en VOD à l’acte et en téléchargement définitif sur la majorité des plateformes de Vidéo à la demande : MyTF1, Orange, FilmoTV, Google Play, iTunes, CanalVOD…

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles