Et si on vivait tous ensemble ?

0
681
Photo de Et si on vivait tous ensemble ? avec Guy Bedos

et si on vivait tous ensemble afficheEt si on vivait tous ensemble ?

Allemagne, France : 2010
Titre original : Et si on vivait tous ensemble ?
Réalisateur : Stéphane Robelin
Scénario : Stéphane Robelin
Acteurs : Guy Bedos, Daniel Brühl, Geraldine Chaplin
Distribution : Bac Films
Durée : 1h36
Genre : Comédie
Date de sortie : 18 janvier 2012

Globale : [3/5]

Lorsqu’à l’affiche d’un film, apparaissent les noms de Guy Bedos et de Pierre Richard, vous pensez aussitôt comédie, rire, voire même « poilade ». Si vous recherchez ce genre de film, Et si on vivait tous ensemble ? n’est pas fait pour vous. Si, par contre, vous recherchez une comédie sérieuse, osant aborder avec sensibilité et humour un thème délicat, alors là, vous pouvez diriger vos pas vers ce film. Attention : sachez quand même qu’il s’agit du thème de la vieillesse, avec son cortège de maladies et de dépendance. Voilà : vous êtes prévenu.

Synopsis : cinq amis de toujours, 2 couples et un veuf. Ils sont fort différents mais ils se sont toujours bien entendus et ils ont au moins un point commun : ils arrivent dans la vieillesse ! Plutôt que de partir l’un après l’autre vers des maisons de retraite, pourquoi ne pas essayer sur le tard une pratique que leur génération avait mise à la mode 40 ans en arrière : emménager tous ensemble ?

Photo de Et si on vivait tous ensemble ? avec Guy Bedos

Un accouchement qui a pris du temps

Après plusieurs années en tant que réalisateur dans des domaines très variés (publicité, documentaires pour la télévision, court-métrages), Stéphane Robelin avait réussi à tourner son premier long métrage, sorti en 2004 : Real movie, petit budget, 10 copies, petit succès d’estime et, ensuite, beaucoup de difficultés pour pouvoir réaliser un deuxième long métrage. 2012 : ce nouveau film arrive et il réunira, c’est certain, beaucoup plus de spectateurs. Stéphane Robelin n’a pourtant pas choisi la facilité : faire un film sur la vieillesse, sur les dégradations physiques que subissent les « seniors », lui donner l’appellation de comédie, n’est-ce pas un peu improbable ? C’est d’ailleurs souvent ce que l’on faisait remarquer à Stéphane Robelin lorsqu’il cherchait à réunir les fonds nécessaires pour se lancer dans la réalisation de ce film. Ce à quoi il répondait : « le mot comédie n’évoque pas forcément la gaudriole, et on peut parler de choses graves avec les armes de l’humour et de l’émotion ». Ces arguments ont dû porter puisqu’il nous est donné de faire connaissance avec les 6 personnages dessinés par Stéphane Robelin.

Image de Et si on vivait tous ensemble ? avec Guy Bedos

6 personnages et un auteur

Il y a Claude (Claude Rich), un veuf qui a toujours aimé les femmes mais qui souffre d’une maladie de cœur. Son fils aimerait bien le mettre dans une maison de retraite, lui cherche toujours à séduire, même quand son docteur le prévient que viagra et maladie de cœur ne font pas bon ménage. Il y a le couple improbable formé par Annie (Géraldine Chaplin) et Jean (Guy Bedos), elle bourgeoise plutôt conventionnelle rêvant d’installer une piscine dans son jardin afin d’attirer chez eux leurs petits-enfants, lui militant politique et jardinier amateur. Il y a Jeanne (Jane Fonda) et Albert (Pierre Richard) : elle est féministe et elle cache à tout le monde une grave maladie, lui est un bon vivant qui glisse petit à petit vers une forme d’Alzheimer. Et puis n’oublions pas Dirk (Daniel Brühl, le jeune comédien allemand qu’on avait découvert dans Good Bye Lenin !), un étudiant engagé par ce quintette pour lui faciliter la vie de tous les jours, lorsque les 5 seniors décident de vivre ensemble.

Image de Et si on vivait tous ensemble ? avec Guy Bedos

Quelle distribution !

Dans cette distribution haut-de-gamme, un couple domine les débats : Pierre Richard et Jane Fonda. Le premier est absolument prodigieux dans son rôle d’adolescent attardé qui perd petit à petit la mémoire. Il faut dire que du rôle de « distrait » à celui de pré-Alzheimer, la distance n’est pas énorme : il est dans son élément ! Quant à Jane Fonda, elle excelle à montrer à la fois sa force et ses faiblesses. Claude Rich, Géraldine Chaplin et Daniel Brühn sont égaux à eux-mêmes : très bons. Le seul bémol sera pour Guy Bedos : lui aussi est égal à lui-même mais là, on le regrette plutôt car son jeu est devenu si stéréotypé, si prévisible qu’on a envie de lui dire : « cher Guy, changez de temps en temps vos intonations, vos mimiques, s’il vous plait ! ».

Résumé

Si vous avez réussi à dépasser vos préventions face à un scénario qui ne semble pas respirer la franche gaieté, sachez que vous allez quand même pouvoir sourire et même rire de temps à autre en allant voir ce petit groupe de seniors inventer un mode de vie convivial et sympathique. Ce mode de vie va leur permettre d’atténuer les méfaits des maladies et de la dépendance.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=1P1tz_o8hNU[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici