Elephant

1
801
Elephant

Elephant, Gus Van Sant, ColombineElephant

USA : 2003
Titre original : Elephant
Réalisateur : Gus Van Sant
Scénario : Gus Van Sant
Acteurs : Alex Frost, John Robinson, Elias McConnell
Production : MK2 Diffusion
Durée : 1h21
Genre : Drame
Date de sortie : 22 octobre 2003

Réalisation : ?????
Scénario :      ??½??
Acteurs :       ???½?
Musique :      ?????
Globale :        ?????

Elephant, généralement considéré comme le deuxième volet du triptyque complété par Gerry (2002) et Last Days (2005), fut récompensé de la Palme d’Or au Festival de Cannes en 2003. Il s’appuie sur le fait divers que constitue le massacre de Columbine en 1999.

Synopsis : En ce jour d’automne, les lycéens, comme à leur habitude, partagent leur temps entre cours, football, photographie, potins, etc. Pour chacun des élèves, le lycée représente une expérience différente, enrichissante ou amicale pour les uns, traumatisante, solitaire ou difficile pour les autres. Cette journée semble ordinaire, et pourtant le drame couve… (Allociné)

ElephantUne vision intimiste du massacre de Colombine

Un an après le documentaire de Michael Moore, Bowling for Colombine (2002), c’est sous une autre forme que Gus Van Sant décide de présenter sa vision du massacre aujourd’hui célèbre.

Le film nous propose de longs travellings qui accompagnent plusieurs jeunes dans leurs lieux d’activités quotidiennes : la cantine, le terrain de sport, la bibliothèque, les toilettes, les couloirs, chez eux…

De longs plans-séquences composent le récit et permettent de ne rien rater des errances des lycéens. Pendant une heure, on se retrouve face aux activités des étudiants, toutes misent en parallèle les unes par rapport aux autres. Le scénario est ainsi bien construit. Néanmoins, cette décision de nous immerger dans la vie du lycée demeure à double tranchant : d’un coté, on intègre facilement l’esprit de cette journée ordinaire qui sera totalement chambardée par le passage à l’acte des deux jeunes; d’un autre, on fait face à un film qui tend à être lourdement long de par les activités peu intéressantes des adolescents. La réalisation constitue donc une entrave partielle à la narration.

ElephantGus Van Sant trop simpliste dans son explication

Par ailleurs, si le film semble à première vue peu ordinaire, on déchante assez vite. Une telle analogie d’histoires n’est pas révolutionnaire et la trivialité des prises de position de G. Van Sant ferait presque peine à voir. Une fois de plus, en effet, on a le droit aux adolescents délaissés par les parents, aux jeux vidéos violents, à l’homosexualité refoulée, à l’anorexie, au libre accès aux armes – et par là au système politique Républicain (une des interprétations du titre) –, à la télévision, vecteur de haine…

L’intérêt du film réside donc plutôt dans le jeu des acteurs – pas tous professionnels – et dans la réalisation (technique, photographie…). On peut également apprécier la référence au court-métrage d’Allan Clarke, également intitulé Elephant (1989), dans lequel on retrouve ce même style narratif haché et répétitif.

Résumé :

Dans ce film aux faux accents « Kubrickiens », l’enthousiasme des premières minutes laisse rapidement place à la passivité du spectateur, à la banalité des idées misent en avant et à l’attente d’une fin connue de tous.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=f3Nmle6_zcU[/youtube]

Acheter le DVD (pourquoi pas avec un code promo priceminister): http://www.priceminister.com/offer/buy/2481339/Elephant-DVD-Zone-2.html

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici