Dossier : La saga Poltergeist 4/4

0
984

Poltergeist remake 02

Poltergeist remake_affichePoltergeist (version 2015)

Etats-Unis, 2015
Titre original : –
Réalisateur : Gil Kenan
Scénario : David Lindsay-Abaire
Acteurs : Sam Rockwell, Rosemarie DeWitt, Jared Harris, Nicholas Braun, Jane Adams
Distribution : 20th Century Fox
Durée : 1h33
Genre : Horreur
Date de sortie : 24 juin 2015

Note : 2,5/5

Synopsis : La famille Bowen emménage dans une nouvelle maison où des phénomènes paranormaux ne tardent pas à faire leur apparition. La benjamine de la famille disparaît et parvient curieusement à communiquer avec ses parents au travers du poste de télévision. Les parents décident de faire appel à des chercheurs en paranormal.

Poltergeist-remake-01

Un remake peu inspiré mais bien fichu

Nous arrivons à la fin de ce dossier avec le dernier film Poltergeist sorti à ce jour : le remake. Alors qu’en est-il ? Est-ce un bon remake, une relecture audacieuse ou une bouse intersidérale? Et bien ni l’un ni l’autre.

Poltergeist reprend la trame du premier film mais en changeant de légers détails comme les noms ou les moyens mis en oeuvre pour aller chercher la petite dans le monde des esprits. Nous retrouvons dans ce film la plupart des scènes iconique de l’œuvre originale : La marionnette du clown qui fait peur, la télé qui a un petit creux, l’arbre…qui a un petit creux. Certaines sont refaites sans inspirations et d’autres (comme celle du clown) parviennent à nous mettre la chair de poule par leurs trouvailles de mise en scène. La critique de la consommation a quant-à-elle changé.

Poltergeist remake_clown

Effectivement, il s’est passé plus de 30 ans après le premier Poltergeist et les technologies ont évolué. Les écrans plats (télévision qui a perdu du poids) ne sont plus le seul danger vu le nombre d’appareils électroniques que nous utilisons de nos jours. Si ces nouvelles technologies peuvent apparaître comme un mal, c’est aussi elles qui vont permettre de retrouver la petite dernière de la famille car c’est au moyen d’un drone que son frère part à sa recherche dans le monde des esprits.

Ce monde, nous l’avons seulement entre aperçu dans les autres Poltergeist et après visionnement de celui-là… on se dit que c’est tant mieux. Parce qu’il est bourré d’images de synthèses (CGI : computer generated imaginary) qui rendent le décor pas crédible du tout. Pourtant, l’idée de cet autre monde où les âmes meurtries tapissent les murs était bonne mais malheureusement les effets spéciaux ne suivent pas.

Poltergeist remake 03

Les personnages sont quant à eux trop clichés et pas très intéressants. Cela dit, Griffin (Kyle Catlett), le cadet de la famille est attachant. « Le remplaçant » de Zelda Rubinstein n’est pas convaincant et fait terne par rapport à notre chère Tangina. Mais Sam Rockwell interprète un père de famille désopilant, enfin un personnage qui est drôle et qui prend tout avec dérision en arborant un second degré qui fait plaisir.

Ce remake n’est donc pas une grande œuvre ni une bouse intersidérale. C’est juste une production un peu plate sans réel investissement de son réalisateur. Une œuvre sans couleurs, dispensable qui ne bouscule pas le monde du cinéma. Ce qui est l’inverse d’un Poltergeist (ici je parle de l’esprit) qui a pour but de bousculer les objets et retourner notre maison…

Conclusion générale

Pour conclure, nous pouvons dire que la saga Poltergeist a beaucoup changé au fil des années. Le premier film est devenu une œuvre culte alors que le second n’a pas réussi à faire mieux et ne faisait que singer son prédécesseur. Le troisième a vraiment tenté un changement de cap avec le lieu de l’histoire mais s’est mis lui-même à se répéter. Enfin, le remake est arrivé comme une pâle photocopie du premier. Une jolie photocopie certes, mais qui manque cruellement de couleurs.

En bref, le gros problème des films Poltergeist est la répétition. Problème que nous retrouvons dans beaucoup de films du même genre de nos jours. On se fait abreuver de films d’horreur avec les mêmes histoires où les protagonistes sont tous plus plats les uns que les autres. On nous montre encore et encore les mêmes effets de mise en scène (« Jumpscare »). Les messages perdent en pertinence et en intelligence.

La saga Poltergeist doit évoluer, le cinéma d’horreur (à gros budget) doit évoluer !

 

Dossier : la saga Poltergeist 1/4

Dossier : la saga Poltergeist 2/4

Dossier : la saga Poltergeist 3/4

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici