Décès du réalisateur Francesco Rosi

0
218

Le réalisateur italien est décédé avant-hier à Rome. Il était âgé de 92 ans. Dans les années 1960 et ’70, Rosi était l’un des maîtres du cinéma engagé en Italie, grâce à des œuvres majeures comme et .

Après la Deuxième Guerre mondiale, le jeune n’avait pas encore une idée précise de son désir de faire du cinéma. Il avait par conséquent entamé sa carrière en tant qu’assistant réalisateur auprès de sur La Terre tremble, Bellissima et Senso. A la même époque, il occupait le même poste sur Bannie du foyer de Raffaello Matarazzo, Les Vaincus de Michelangelo Antonioni et Du sang dans le soleil de Mario Monicelli. En parallèle, il s’exerçait comme scénariste au service de Visconti (Bellissima) et de Luigi Zampa (Les Coupables).


avait signé son premier film en tant que réalisateur en 1958 avec Le Défi. Après Profession : magliari avec Alberto Sordi, il avait remporté un premier succès quatre ans plus tard, grâce à . C’était son premier essai d’un film-dossier, un genre auquel il allait régulièrement revenir par la suite, afin de dénoncer les failles du système politique et social en Italie. Cette démarche de cinéaste engagé n’a peut-être jamais été mieux appliquée chez Rosi que dans son film suivant, avec Rod Steiger, autour d’un scandale immobilier. Suite à l’aventure de toréador Le Moment de vérité, à la comédie La Belle et le cavalier avec Sophia Loren et Omar Sharif et au film de guerre Les Hommes contre, allait réaliser son deuxième coup de maître en 1972 à travers avec Gian Maria Volonté.

La suite de la carrière du réalisateur s’est avérée plus inégale, avec des films aussi divers que Lucky Luciano et Le Christ s’est arrêté à Eboli toujours avec Volonté, Cadavres exquis avec Lino Ventura, Trois frères avec Philippe Noiret, Carmen avec Placido Domingo, Chronique d’une mort annoncée avec Rupert Everett, Oublier Palerme avec James Belushi et La Trêve avec John Turturro, son dernier film en 1997.

avait gagné un Ours d’argent à Berlin en ’62 pour , un Lion d’or à Venise l’année suivante pour et une Palme d’or à Cannes en ’72 pour . Il avait également reçu un Ours d’or d’honneur en 2008 et un Lion d’or d’honneur en 2012. Il avait été nommé deux fois aux César, comme Meilleur réalisateur et pour le Meilleur Film pour Carmen. Enfin, Le Christ s’est arrêté à Eboli avait gagné le BAFTA du Meilleur Film étranger et Trois frères avait été nommé aux Oscars dans la même catégorie. La avait rendu hommage à à travers une rétrospective l’été 2011.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici