Décès du chef opérateur Vilmos Zsigmond

4
82

JohnMcCabe

La nouvelle année commence en quelque sorte comme la précédente s’est terminée : avec le décès d’un monstre sacré de la photo de cinéma des années 1970. Après Haskell Wexler fin décembre, le chef opérateur hongrois est décédé le 1er janvier. Il était âgé de 85 ans. Zsigmond était associé à un nombre impressionnant de classiques issus du Nouvel Hollywood : , , Voyage au bout de l’enfer et .

Delivrance

Vilmos Zsigmond avait laissé son empreinte dans la mémoire visuelle du siècle dernier, alors qu’il n’était qu’un étudiant au milieu des années ’50. Avec son camarade Laszlo Kovacs, il avait filmé l’invasion russe à Budapest avant de s’exiler aux Etats-Unis. Les débuts de sa carrière filmique y étaient plutôt modestes, puisqu’il signait, sous le nom de William Zsigmond, pendant une dizaine d’années la photo de films de série B comme Le Sadique de James Landis, Le Jeu de la mort de Gunnar Hellström et Horror of the Blood Monsters de Al Adamson. C’est Robert Altman, qui lui a donné sa chance dans la cour des grands, à travers le western en ’71 et qui avait à nouveau fait équipe avec lui pour Images et . Entre-temps, Vilmos Zsigmond avait également signé la photo de L’Homme sans frontière de Peter Fonda.

RencontresDuTroisiemeType

Dès lors, il était l’un des chefs opérateurs les plus recherchés de Hollywood, en tant que responsable, jusqu’à la fin des années ’70, de la photo de films aussi divers que Délivrance de John Boorman, L’Epouvantail – Palme d’or en ’73 – et Vol à la tire de Jerry Schatzberg, Permission d’aimer et The Rose de Mark Rydell, Sugarland Express et Rencontres du troisième type de Steven Spielberg, La Fille de la rue Petrovka de Robert Ellis Miller, Obsession de Brian De Palma, ainsi que Voyage au bout de l’enfer – Oscar du Meilleur Film en ’79 – et La Porte du paradis de Michael Cimino.

VoyageAuBoutDeLEnfer

Pendant les trente années restantes de son illustre et prolifique carrière, il allait refaire équipe avec ses réalisateurs de chevet comme Brian De Palma (Blow out, Le Bûcher des vanités et ), Jerry Schatzberg (No small affair) et Mark Rydell ( et Intersection), tout en élargissant son horizon visuel vers l’univers de Don Siegel (La Flambeuse de Las Vegas), Martha Coolidge (Real genius), George Miller (Les Sorcières d’Eastwick), Roland Joffé (Les Maîtres de l’ombre), Ivan Passer (le téléfilm Stalin), Phillip Noyce (Sliver), Richard Donner (Maverick et Assassins), Sean Penn (Crossing guard), Stephen Hopkins (L’Ombre et la proie), Irwin Winkler (La Maison sur l’océan), Kevin Smith (Père et fille) et Woody Allen (Melinda et Melinda, Le Rêve de Cassandre et Vous allez rencontrer un bel et sombre inconnu). En somme, une filmographie riche et variée, qui correspond parfaitement à l’ambition de ce chef opérateur d’exception de faire en sorte qu’aucun de ses films ne ressemble à l’autre !

PorteDuParadis

Vilmos Zsigmond a été nommé à quatre reprises à l’Oscar de la Meilleure photo, pour Rencontres du troisième type, Voyage au bout de l’enfer, La Rivière et Le Dahlia noir. Il l’avait gagné en ’78 pour Rencontres du troisième type. Il avait gagné un Emmy et le prix de l’American Society of Cinematographers en ’93 pour Stalin. Enfin, en 1974, il avait reçu le prix de la National Society of Film Critics pour Le Privé. Le documentaire Close Encounters with Vilmos Zsigmond de Pierre Filmon devrait sortir en salles cette année et une rétrospective avait été prévue à la Cinémathèque Française en mai ou juin, même si elle ne figure plus dans la mise à jour du dossier de présentation de la deuxième moitié de la saison 2015/16.

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici