Décès du chef opérateur Haskell Wexler

1
323

MikeNicholsHaskellWexler

Le chef opérateur et réalisateur américain Haskell Wexler est décédé hier à Santa Monica. Il était âgé de 93 ans. Pendant les années 1960, ’70 et ’80, Wexler était l’un des chef opérateurs les plus recherchés du cinéma américain, tout en se consacrant en tant que réalisateur aux documentaires engagés. Parmi les films les plus célèbres dont il a signé la photographie comptent Qui a peur de Virginia Woolf ?, Dans la chaleur de la nuit et Vol au-dessus d’un nid de coucou.

QuiAPeurDeVirginiaWoolf

Haskell Wexler avait commencé à tourner des films industriels avant d’être responsable pour l’aspect visuel de son premier film de fiction en 1958, Stakeout on Dope Street, une production série B de Roger Corman qui était également le premier film de son réalisateur Irvin Kershner. Deux ans plus tard, il avait participé à la photographie de l’expérimental The Savage Eye de Ben Maddow, Joseph Strick et Sidney Meyers qui était ressorti en France en juillet 2008. Il avait refait équipe avec Irvin Kershner pour Le Mal de vivre ainsi que plus tard pour Face in the rain, puis avait participé à son premier film majeur en 1963 à travers America America de Elia Kazan. Wexler était désormais considéré comme un maître du noir et blanc, mettant magistralement en images des films comme Que le meilleur l’emporte de Franklin J. Schaffner, Le Cher disparu de Tony Richardson et Qui a peur de Virginia Woolf ? de Mike Nichols.

DansLaChaleurDeLaNui

Alors qu’il s’intéressait surtout à ses propres films documentaires à partir du milieu des années ’60, Haskell Wexler restait en même temps un chef opérateur hors pair de films de fiction, notamment au service de réalisateurs de renom comme Norman Jewison (Dans la chaleur de la nuit – Oscar du Meilleur Film en 1968 – , L’Affaire Thomas Crown et Larry le liquidateur), Milos Forman (Vol au-dessus d’un nid de coucou – Oscar du Meilleur Film en 1976), Hal Ashby (En route pour la gloire, Le Retour et Cœurs d’occasion), Blake Edwards (L’Homme à femmes), John Sayles (Matewan, Le Secret de Roan Inish, Limbo et Silver city), Dennis Hopper (Colors), Ron Shelton (Blaze), Michael Moore (Canadian Bacon) et Lee Tamahori (Les Hommes de l’ombre). Presque aussi impressionnante est la liste de films auxquels il n’avait que partiellement participé, pour des raisons diverses : Faces de John Cassavetes, American Graffiti de George Lucas, Conversation secrète de Francis Ford Coppola, Les Moissons du ciel de Terrence Malick et The Rose de Mark Rydell.

Enfin, la contribution la plus personnelle de Haskell Wexler à l’Histoire du cinéma se situe sans doute du côté de ses nombreux documentaires. Après avoir réalisé en 1965 The Bus sur le voyage de militants des droits civiques à Washington pour participer à une manifestation, il signe son œuvre la plus singulière trois ans plus tard : Medium cool est une docu-fiction qui appartenait alors à l’avant-garde filmique, grâce à son mélange de formes de représentation autour de la convention du parti des Démocrates à Chicago. Haskell Wexler ne se faisait pas non plus prier pour participer aux documentaires d’autres réalisateurs, comme Interviews with My Lai Veterans de Joseph Strick, Oscar du Meilleur court-métrage documentaire en 1971. Jusqu’à la fin de sa vie, il défendait les causes qui lui étaient chères, comme l’amélioration des conditions de travail dans le milieu du cinéma à travers Who needs sleep ? en 2005 et Four Days in Chicago sur la conférence de l’OTAN en 2013 dans sa ville natale.

EnRoutePourLaGloire

Haskell Wexler a été nommé à cinq reprises à l’Oscar de la Meilleure photo, pour Qui a peur de Virginia Woolf ?, Vol au-dessus d’un nid de coucou, En route pour la gloire, Matewan et Blaze. Il a gagné deux Oscars, en 1967 pour Qui a peur de Virginia Woolf ? et en ’77 pour En route pour la gloire. En 2001, il a été nommé à l’Emmy de la Meilleure photo pour le téléfilm 61* de Billy Crystal. Il a gagné le prix de la American Society of Cinématographers en 1990 pour Blaze et a été nommé au prix du syndicat des réalisateurs en ’70 pour Medium cool. Les critiques de Los Angeles lui ont donné leur prix de la Meilleure photo pour En route pour la gloire. La National Society of Film Critics l’a également récompensé pour ce film, ainsi que pour Dans la chaleur de la nuit. Enfin, il avait gagné l’Independent Spirit Award en ’88 pour Matewan. Haskell Wexler est le père de l’ingénieur du son Jeff Wexler (Independence Day).

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici