Décès de l’acteur James Caan

0
633

Les Gens de la pluie © 1969 American Zoetrope / Warner Bros. France Tous droits réservés

L’acteur américain James Caan est décédé hier soir. Il était âgé de 82 ans. Entré assez tôt dans sa carrière dans l’Histoire du cinéma grâce à son rôle de Sonny Corleone dans Le Parrain de Francis Ford Coppola, Caan avait pourtant su se façonner une filmographie riche et variée jusqu’à la fin des années 2010. Malgré le fait que le personnage du gangster irascible avait tendance à lui coller à la peau, il avait collaboré au fil du temps avec des réalisateurs aussi prestigieux que Howard Hawks, Francis Ford Coppola, Norman Jewison, Sam Peckinpah, Claude Lelouch, Richard Attenborough, Alan J. Pakula, Michael Mann, Rob Reiner, Wes Anderson, James Gray, Lars von Trier et Guillaume Canet.

Le Flambeur © 1974 Jack Stager / Paramount Pictures / Les Acacias Tous droits réservés

Comme bon nombre de ses contemporains, James Caan avait fait ses premiers pas d’acteur devant une caméra de télévision au début des années 1960. Le cinéma avait commencé à faire appel à lui dès le milieu de la décennie, pour des rôles souvent secondaires dans des films tels que Une femme dans une cage de Walter Grauman, Ligne rouge 700 et El Dorado de Howard Hawks, Le Diable à trois de Curtis Harrington et Objectif lune de Robert Altman. En 1969, Caan avait fait une première fois équipe avec Francis Ford Coppola sur Les Gens de la pluie, suivi deux ans plus tard par le téléfilm à succès « Le Destin de Brian » de Buzz Kulik. Pressenti au début pour le rôle de Michael Corleone, finalement tenu par Al Pacino, il avait marqué les esprits dans Le Parrain de Coppola – Oscar du Meilleur Film en 1973.

Rollerball © 1975 Graham Attwood / Algonquin / United Artists / Metro-Goldwyn-Mayer Tous droits réservés

Dès lors, les offres ne tarissaient pas à l’égard du jeune acteur, pourtant pas toujours très avisé dans ses choix. Tandis que la liste des rôles qu’il avait refusés à l’époque est longue et tristement célèbre – ne citons ici que celui de Jack Nicholson dans Vol au-dessus d’un nid de coucou de Milos Forman et celui de Dustin Hoffman dans Kramer contre Kramer de Robert Benton –, James Caan n’avait pas non plus chômé pendant cette période faste de sa carrière.

Ainsi, il avait accepté de travailler, entre autres, avec Mark Rydell (Permission d’aimer et Deux farfelus à New York), Richard Rush (Les Anges gardiens), Karel Reisz (Le Flambeur), Herbert Ross (Funny Lady), Norman Jewison (Rollerball), Sam Peckinpah (Tueur d’élite), Claude Lelouch (Un autre homme une autre chance et Les Uns et les autres), Richard Attenborough (Un pont trop loin), Alan J. Pakula (Le Souffle de la tempête), Robert Moore (Chapitre deux), Michael Mann (Le Solitaire) et Robert Mulligan (Embrasse-moi je te quitte).

Le Solitaire © 1981 James Zenk / Mann-Caan Productions / United Artists / Splendor Films Tous droits réservés

Le tournage peu satisfaisant de ce dernier film, ainsi que des problèmes d’ordre personnel comme la mort de sa sœur d’une leucémie et sa dépendance aux stupéfiants avaient incité James Caan a mettre sa carrière d’acteur entre parenthèses pendant cinq ans au milieu des années ’80. Finalement, c’était pour mieux revenir sur le devant de la scène, grâce à ses retrouvailles avec Francis Ford Coppola en 1987 sur Jardins de pierre. Ce film de guerre atypique fut suivi par Dick Tracy de Warren Beatty, Misery de Rob Reiner, For the Boys Hier aujourd’hui et pour toujours de Mark Rydell, Lune de miel à Las Vegas de Andrew Bergman, Flesh and Bone de Steve Kloves, Grand Nord de Nils Gaup, Bottle Rocket de Wes Anderson, L’Effaceur de Charles Russell et A l’épreuve des balles de Ernest Dickerson.

Misery © 1990 Merrick Morton / Castle Rock Entertainment / Nelson Entertainment / Metro-Goldwyn-Mayer
Tous droits réservés

Les vingt dernières années de la carrière de James Caan, à partir de l’an 2000, étaient marquées par le même éclectisme. On a ainsi pu le voir chez James Gray (The Yards), Christopher McQuarrie (Way of the Gun), Lars von Trier (Dogville), Jon Favreau (Elfe), Peter Segal (Max la menace), Tony Kaye (Detachment), Guillaume Canet (Blood Ties) et Amanda Sthers (Holy Lands).

The Yards © 2000 Barry Wetcher / Industry Entertainment / Miramax / Bac Films Tous droits réservés

James Caan a été nommé à l’Oscar du Meilleur acteur dans un second rôle en 1973 pour Le Parrain. Il est le père de l’acteur Scott Caan (« Hawaii 5-0 »).

Elfe © 2003 Alan Markfield / New Line Cinema / Metropolitan Filmexport Tous droits réservés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici