Décès de l’acteur George Kennedy

4
1015

GeorgeKennedy

L’acteur américain George Kennedy est décédé avant-hier à Boise, dans l’état d’Idaho. Il était âgé de 91 ans. Kennedy était pendant une trentaine d’années l’un des seconds rôles les plus fiables et appréciés du cinéma hollywoodien. Il faisait partie intégrante de l’univers des films catastrophe Airport au cours des années 1970 et de celui des parodies Y a-t-il un flic … ? la décennie suivante. Auparavant, il s’était illustré dans des classiques comme Luke la main froide auprès de Paul Newman.

DouzeSalopards

Après avoir servi longtemps dans l’armée américaine, George Kennedy avait fait ses premiers pas devant la caméra à la télévision dès la fin des années ’50. Il participait alors à d’innombrables émissions, souvent des westerns, où sa carrure imposante de près de deux mètres lui assurait un large choix de rôles de méchants. Après sa participation anecdotique à Spartacus de Stanley Kubrick, où il apparaît brièvement à l’écran dans la séquence où les fidèles de l’ancien esclave prétendent être Spartacus, Kennedy avait réellement commencé à travailler pour le cinéma en 1962 dans Seuls sont les indomptés de David Miller. Pendant les cinq années suivantes, il avait participé à de nombreux films, le plus souvent dans des emplois de brute, parmi lesquels on peut citer Les Pieds dans le plat de Frank Tashlin, Charade de Stanley Donen, La Meurtrière diabolique de William Castle, Chut chut chère Charlotte, Le Vol du Phénix et Les Douze salopards de Robert Aldrich, Première victoire et Que vienne la nuit de Otto Preminger, Mirage de Edward Dmytryk, Les Prairies de l’honneur et Le Ranch de l’injustice de Andrew V. McLaglen, ainsi que Les Quatre fils de Katie Elder de Henry Hathaway.

LukeLaMainFroide

En 1967, c’est Luke la main froide de Stuart Rosenberg qui allait changer la donne de la carrière de George Kennedy. Grâce au rôle de Dragline, le chef des prisonniers, il pouvait dès lors quitter son travail alimentaire à la télévision et se concentrer exclusivement sur sa filmographie. Celle-ci s’étoffait alors avec des films comme Bandolero de Andrew V. McLaglen, La Jungle aux diamants de Delbert Mann, L’Etrangleur de Boston de Richard Fleischer, Les Colts des sept mercenaires de Paul Wendkos, Un homme fait la loi et Un beau salaud de Burt Kennedy, Tick tick tick et la violence explosa de Ralph Nelson et Gaily gaily de Norman Jewison.

Airport

En 1970, George Kennedy a interprété un autre rôle marquant, celui du mécanicien Joe Patroni dans le film à succès Airport de George Seaton, qu’il allait reprendre dans les trois suites : 747 en péril de Jack Smight, Les Naufragés du 747 de Jerry Jameson et Airport 80 Concorde de David Lowell Rich. Dans l’autre film phare du genre très à la mode à l’époque, Tremblement de terre de Mark Robson, il avait joué de même un rôle de sauveteur bienveillant. Jusqu’à la fin des années ’70, il était également à l’affiche de Le Rendez-vous des dupes et Les Cordes de la potence de Andrew V. McLaglen, Les Horizons perdus de Charles Jarrott, Le Canardeur de Michael Cimino, La Sanction de Clint Eastwood, La Guerre des otages de Edward Dmytryk, Mort sur le Nil de John Guillermin, La Cible étoilée de John Hough, Des nerfs d’acier de Steve Carver, L’Exterminateur de William Fruet, Les Chiens sont lâchés de Mel Stuart, Le Bateau de la mort de Alvin Rakoff et Virus de Kinji Fukasaku.

YATIlUnFlic

Les débuts des années ’80 étaient marqués pour George Kennedy par le même enchaînement de films de genre peu inspirés, tels Boléro de John Derek, Le Dernier missile de Albert Pyun, Delta Force de Menahem Golan et Creepshow 2 de Michael Gornick. La délivrance en termes de notoriété arrivait en 1988 par le biais de Y a-t-il un flic pour sauver la reine ? de David Zucker, dans lequel il campait Ed Hocken, le collègue de l’inspecteur gaffeur Frank Drebin interprété par Leslie Nielsen. La formule à succès à été reprise dans les deux suites Y a-t-il un flic pour sauver le président ? de Zucker et Y a-t-il un flic pour sauver Hollywood ? de Peter Segal. Kennedy avait alors obtenu le rôle récurrent de Carter McKay dans les quatre dernières saisons de la série « Dallas ». Jusqu’à la fin de sa carrière, il a également collaboré à La Baie d’émeraude de Jess Franco, Small soldiers de Joe Dante, Don’t come knocking de Wim Wenders, Another happy day de Sam Levinson et The Gambler de Rupert Wyatt.

Oscar1968

George Kennedy a gagné l’Oscar du Meilleur acteur dans un second rôle en 1968 pour Luke la main froide. Il a été nommé aux Golden Globes pour ce même rôle, ainsi que pour Airport.

4 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici