Critique : The Game

1
2555

The Game

États-Unis : 1997
Titre original : –
Réalisateur : David Fincher
Scénario : John Brancato
Acteurs : Michael Douglas, Sean Penn, Deborah Kara Unger
Production : Polygram / Propaganda Films
Genre : Thriller
Durée : 2h08
Date de sortie : 5 novembre 1997

Note : 4/5

The Game est un thriller de David Fincher, sorti en 1997. David Fincher était attendu au tournant pour ce film tourné juste après Seven et son carton planétaire qui a fait passer le réalisateur du statut de jeune doué à prodige du cinéma moderne.

Nicholas Van Orton, homme d’affaires avisé, reçoit le jour de son anniversaire un étrange cadeau que lui offre son frère Conrad. Il s’agit d’un jeu. Nicholas découvre peu à peu que les enjeux en sont très élevés, bien qu’il ne soit certain ni des règles, ni même de l’objectif réel. Il prend peu à peu conscience qu’il est manipulé jusque dans sa propre maison par des conspirateurs inconnus qui semblent vouloir faire voler sa vie en éclats…

The Game film 1

The game marque le début d’une véritable emprunte de David Fincher sur ses films : La patte de l’artiste. On se rend compte instantanément du style du metteur en scène avec un univers sombre, froid, dans lequel la pluie est toujours présente. Un monde où les personnages semblent tous avoir une déficience psychologique passant tour a tour du psychopathe au sociopathe, ou encore au schizophrène névrosé. Un style très présent mais attention, The Game n’est pas une copie de Seven, loin de là.
Le thème de ce film est largement axé sur la paranoïa. Le héros Michael Von Orton se retrouve malgré lui pion d’un jeux mortel dans lequel à chaque minute un imprévu lui tombe dessus, et dans lequel il est à la merci psychologique totale de ses ravisseurs.

Un univers dans lequel les personnages ainsi que les spectateurs sont manipulés à outrance, à tel point qu’on finit par ne plus pouvoir distinguer le vrai du faux. D’ailleurs la manipulation est tellement poussée à l’extrême qu’il peut s’agir d’un des points faibles du film. Elle peut devenir lassante et trop compliquée, ce qui aura pour effet de dissiper le spectateur. D’autant plus que l’intensité du film retombe après une première heure fascinante pour nous laisser un passage à vide plutôt dommageable pour le reste de l’œuvre.

Néanmoins le final est superbe. Un feu d’artifice cinématographique avec des rebondissements savamment orchestrés. On ne sait plus qui est fou, qui ne l’est pas, qui est gentil et qui est méchant. On se range tour à tour du coté de Von Orton, puis du coté de ses ennemis pour finir par être complétement perdu : vraiment génial.

Une fois de plus Fincher réussit à nous offrir un finish original, inattendu et qui nous laisse une bien belle impression. Ce qui est sans nous rappeler un certain Alfred Hitchcock qui aimait tant utiliser ce type de ruses.

The Game 2

Les personnages sont profonds, surtout Michael Douglas au sommet de sa forme, qui joue le rôle d’un homme riche et puissant dont la vie est monotone. Un homme qui vire dans la paranoïa la plus totale et entre dans un monde où tous ses repères s’écroulent. Une puissante interprétation qui impose le respect pour M. Douglas. Notons aussi la présence d’un Sean Penn dans un rôle malheureusement sous exploité et qui aurait mérité une mise en avant plus importante.

Résumé:

The Game est un film réussi, probablement pas le meilleur David Fincher mais il s’agit bien là d’un petit bijou du thriller psychologique. Une belle réussite que l’on peut attribuer également à un Michael Douglas tout simplement brillant.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici