Critique : Si demain

1
556

Si demain

France : 2020
Titre original : –
Réalisation : Fabienne Godet
Scénario : Fabienne Godet, Claire Mercier, Franck Vassal
Interprètes : Julie Moulier, Lucie Debay, Arnaud Valois
Distribution : Jour2fête
Durée : 1h26
Genre : Drame
Date de sortie : 8 décembre 2021

3.5/5

Originaire d’Angers, Fabienne Godet a suivi des études de psychologie avant de travailler dans le milieu médical. Passionnée par le cinéma, elle a réalisé son premier court métrage en 1992, à l’âge de 28 ans. Ce n’est que 14 années plus tard qu’elle a réalisé son premier long métrage, Sauf le respect que je vous dois. Si demain est le 5ème long métrage qu’elle réalise.

Synopsis : Esther reçoit anonymement un carnet, écrit 20 ans plus tôt sous forme de journal intime par une jeune fille dont l’histoire fait écho avec la sienne, elle qui est en pleine rupture amoureuse. Poussée par sa meilleure amie, Esther se met en tête de retrouver l’autrice et d’apprendre ce qu’elle est devenue. Son enquête se transforme en un véritable voyage intime au travers duquel Esther se libère, se déploie, se reconstruit.

Comment se remettre d’une rupture amoureuse ?

Lorsque l’on se retrouve larguée par un compagnon qui affirme, lettre d’adieu à l’appui, qu’il n’est plus heureux dans leur couple, tout en demandant à être pardonné, la meilleure solution consiste-t-elle à se murger consciencieusement, au point de se retrouver récupérée par les pompiers après s’être écroulée, ivre-morte, dans une rue ? Ce n’est pas ce que pense Élena, la meilleure amie d’Esther : « 10 jours que tu ne dessoules pas, sors toi ce type de ta tête ». Deux amies qui ne se ressemblent pas : Esther, qui se serait bien vue écrivaine et dont le travail consiste à traduire des œuvres étrangères, une femme plutôt sombre ; Élena, qui travaille dans un restaurant, lumineuse et battante malgré la d’une rechute d’un cancer dont on vient de l’informer. Élena qui voit dans l’arrivée d’un petit paquet qui vient d’être livré à Esther le moyen de changer les idées de son amie : ce petit paquet contient un carnet datant de 2001, un carnet de messages écrits par une inconnue à Toulouse, une ville où Esther n’est jamais allée et où elle ne connait personne, des messages adressés à Max, un compagnon décédé. Des messages qu’elle aurait pu écrire elle-même, elle qui vient d’être quittée. Des messages dont Elena dit qu’elle aurait pu également les écrire. Pour Élena, la meilleure des thérapies pour son amie Esther serait de se focaliser sur autre chose que ce Gregory qui l’a quittée. Ce serait, par exemple, de partir à la recherche de cette inconnue et Élena va réussir à convaincre Esther d’entreprendre cette recherche, en commençant par aller à Toulouse afin de consulter les archives du journal local et de retrouver ainsi les détails concernant cet accident dont l’inconnue parle dans son carnet. Cette « enquête » amènera Esther jusqu’à Lisbonne et lui permettra de rencontrer Alex, un auto-stoppeur mystérieux, et Antonieta, une fillette portugaise d’une douzaine d’années, élève en 5ème du lycée français de Lisbonne. Un périple au cours duquel, inquiète sur l’évolution de la maladie d’Élena, elle garde un contact téléphonique avec son amie, un périple ponctué de rencontres qui lui permettent de se reconstruire.

Comment captiver les spectateurs ?

Il y a plusieurs moyens pour arriver à captiver les spectateurs d’un film : on peut, par exemple, enfiler les rebondissements tout au long d’une histoire alambiquée, avec, si possible, en accompagnement, une musique génératrice d’angoisse. En général, cela nécessite beaucoup d’argent et, pourquoi pas, un peu de talent. On peut aussi se contenter d’une histoire assez simple, avec un minimum de musique d’accompagnement, pour arriver, malgré tout, à générer une grande tension tout au long d’un long métrage : dans ce cas, il faut du talent et, pourquoi pas, un peu d’argent (ne serait-ce que pour aller jusqu’à Lisbonne …). Si demain et Fabienne Godet, sa réalisatrice, appartiennent à cette dernière famille. Dans ce film sur la force de l’amitié, la réalisatrice a choisi d’installer le spectateur dans la tête d’Esther, Esther qui, dans ce qui s’apparente à une enquête et à un road-movie, fait jouer son imagination pour construire sa propre perception de cette inconnue qui a écrit ce carnet, qui va confronter cette construction à la réalité et s’apercevoir qu’elle est différente. Esther, qui, malgré tous les incidents qu’elle rencontre en cours de route, panne de voiture, oubli de son sac dans la voiture d’un auto-stoppeur, arrive à retrouver petit à petit une forme d’équilibre.

Casting et choix de réalisation

Un rôle principal et deux rôles majeurs dans Si demain. Disons même trois rôles majeurs ! Pour ce rôle principal, celui d’Esther, Fabienne Godet a fait appel à Julie Moulier, une comédienne qu’elle connait bien et avec qui elle a une grande complicité, l’ayant déjà dirigée dans ses deux films précédents, Une place sur la terre et Nos vies formidables, une comédienne de grand talent qu’on va retrouver prochainement dans Enquête sur un scandale d’état de Thierry de Peretti. Dans le rôle d’Élena, on retrouve la talentueuse comédienne belge Lucie Debay, qu’on avait vue et appréciée dans des rôles importants dans Melody et très récemment dans Une vie démente. Pour interpréter Alex, Fabienne Godet voulait un comédien très masculin mais en même temps fragile. Sa prestation dans le rôle de Nathan dans 120 battements par minute l’a convaincue d’engager Arnaud Valois. Quant au 3ème rôle majeur, c’est celui, court mais déterminant pour Esther, de la petite Antonieta, interprété avec beaucoup de spontanéité par la jeune Matilde Serrão.

Fabienne Godet est une réalisatrice qui aime les espaces et qui attache une grande importance aux cadres. Avec Marie Celette, sa Directrice de la photographie, elle a fait le choix d’un format scope 2.39 : 1 qui lui permet d’avoir dans un même plan un personnage filmé de près, un grand cargo et, au loin, un pont de Lisbonne. Elle a choisi aussi de filmer les scènes dans leur intégralité, quitte, bien sûr, à procéder à des coupes, plus ou moins sévères, au moment du montage. Combiné avec le talent des comédiens et des comédiennes, cela donne un grand nombre de plans séquence dans lesquels on ressent une grande spontanéité de la part des interprètes.

Conclusion

Pour ce film qui mélange enquête et road-movie, Fabienne Godet, réalisatrice qui prétend ne pas avoir beaucoup d’imagination, a construit une histoire à partir d’éléments épars en provenance de ses souvenirs, avec en tête un but bien précis : montrer l’importance des liens qui nous relient aux autres et qui nous permettent d’avancer. Bien aidée par de remarquables interprètes, elle nous gratifie d’un film passionnant de bout en bout. 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici