Critique : Infiltrée

0
1241

Infiltrée  

Guatemama, USA, Mexique : 2022
Titre original : Cadejo blanco
Réalisation : Justin Lerner
Scénario : Justin Lerner
Interprètes : Karen Martínez, Rudy Rodríguez, Pamela Martínez, Brandon López
Distribution : L’Atelier Distribution
Durée : 2h06
Genre : Drame, Thriller
Date de sortie : 23 août 2023

4/5

C’est un réalisateur américain, Justin Lerner, qui était aux manettes pour Infiltrée, un film coproduit par le Guatemala, les Etats-Unis et le Mexique. Infiltrée est le 3ème long métrage de ce réalisateur et ce film a obtenu le Prix « Sang neuf » au Reims Polar de 2022 (Festival International du Film policier). Justin Lerner a travaillé sur ce film pendant 3 ans, voyageant entre la ville de Guatemala et Puerto Barrios, rencontrant et interviewant des membres actuels ou passés de « clicas », ces petits gangs locaux impliqués dans toutes sortes d’activités illégales, découvrant le rôle important des femmes dans ces gangs de Puerto Barrios, ville qui, au Guatemala, a le plus haut taux de criminalité et de morts liées à des gangs.

Synopsis : La sœur de Sarita n’est pas rentrée chez elle après une soirée. Persuadée que sa disparition a quelque chose à voir avec Andrés, l’ex-petit ami toxique de sa soeur, Sarita trouve le moyen de se lier d’amitié avec ce dernier et d’infiltrer son gang. Armée de sa volonté sans faille de découvrir la vérité, elle se retrouve de plus en plus impliquée dans les actes violents commis par ces mercenaires sans pitié.

Haut de gamme dans sa catégorie

Encore un film sur des gangs en provenance de l’Amérique Centrale, allez vous, peut-être, récriminer ! Si c’est le cas, vous aurez à la fois tort et raison. Raison, car il est vrai que beaucoup de films en provenance de cette région du monde tournent autour de cette thématique. Tort, attendu que ce film s’avère ressortir par le haut dans cette catégorie, ne serait-ce que parce que le personnage principal est, cette fois ci, une jeune femme. Cette jeune femme, Sarita, et sa sœur Béa vivent chez leur grand-mère à Guatemala. Un soir, Sarita finit par se laisser convaincre d’accompagner Béa à une soirée au cours de laquelle cette dernière espère rencontrer Andrés, son petit ami du moment, un membre d’un gang de Puerto Barrios qui vient de temps en temps à Guatemala pour animer des soirées en tant que D.J.. Rentrée plus tôt de la soirée à la suite d’une altercation avec sa sœur, Sarita s’inquiète le lendemain de l’absence de cette dernière et, après l’avoir recherchée dans l’environnement proche, en vient à soupçonner que Andrés est pour quelque chose dans ce qui ressemble de plus en plus à une disparition et finit par partir en bus vers Puerto Barrios. Son objectif n’est pas d’aller candidement demander à Andrés de lui dire ce qui s’est passé mais bien d’infiltrer sous un faux nom le gang dont Andrés fait partie, afin, espère-t-elle, de connaître la vérité.

Voilà une mise en bouche qui va permettre à Justin Lerner de se lancer dans un thriller dans lequel tout le travail effectué en amont auprès de membres des « clicas » de Puerto Barrios va l’autoriser à faire œuvre documentaire en parallèle. De toute évidence, Sarita se met en danger en infiltrant un gang, qui plus est lorsqu’elle en arrive à rencontrer son chef. En effet, à partir de là, il ne reste plus que 2 options : être purement et simplement supprimée ou bien devenir membre du gang avec tout ce que cela implique en matière d’obéissance aux ordres. Et quel rôle, à part celui de prostituée, peut jouer une jeune femme comme Sarita au sein d’une telle organisation ? Après tout, elle présente la particularité que personne ne la connait à Puerto Barrios : pourquoi ne pas l’utiliser comme appât afin d’attirer le chef d’un gang concurrent particulièrement gênant dans une sorte de guet-apens permettant de s’en débarrasser ? Et pourquoi ne pas aller encore plus loin dans l’action si cela peut lui permettre de savoir ce qui est arrivé à sa sœur, si cela peut lui permettre de venger cette dernière ?

Un monde très noir, mais pas que …

Cette immersion au sein d’un gang de Puerto Barrios a le grand mérite de nous convaincre que, dans ce monde d’une grande cruauté, tout n’est pas entièrement noir. Certes, la vie n’a pas beaucoup de valeur, comme le prouve une conversation entre Sarita et Damian, un membre du gang d’Andrés : « Tout le monde s’en fout de deux gosses morts. Même la police ? Surtout eux ! ». Il n’empêche, Andrés va s’avérer être autre chose qu’un homme ne trouvant son plaisir que dans les crimes les plus sordides : en fait, il a sans doute cru très jeune que son avenir ne pouvait trouver sa place qu’au sein d’un « chica » mais, dorénavant, il aimerait avoir une vie différente, une vie meilleure, en quittant le gang dont il fait partie « avant qu’il ne soit trop tard ». Malheureusement pour lui, un tel départ s’avère très difficile, voire impossible, la sécurité du chef de gang étant en jeu et les moyens de la faire respecter ne s’embarrassant d’aucun scrupule. Quant à Damian, il est tout à fait conscient que nombreux sont ceux à Puerto Barrios qui se montreraient particulièrement heureux si tous les membres du gang dont il fait partie venaient à mourir !

Pour réaliser son film, tourné le plus souvent en plans séquence, Justin Lerner n’a pas hésité à faire appel à des membres de gangs de Puerto Barrios. Toutefois, il a aussi fait appel à des comédiens confirmés. C’est ainsi qu’on retrouve Karen Martínez dans le rôle de Sarita, une excellente comédienne qu’on avait perdu de vue depuis Rêves d’or, un très bon film de Diego Quemada-Díez qui avait obtenu le Prix « Un certain talent » de la sélection Un Certain Regard du Festival de Cannes 2013, récompensant l’ensemble des acteurs du film. Parmi ces acteurs se trouvait également Brandon López, l’interprète de Damian dans Infiltrée.

Conclusion

L’immersion dans un gang de Puerto Barrios que nous propose Justin Lerner s’avère passionnante à suivre tout en étant d’un réel intérêt documentaire sur ce qui se passe dans ces organisations criminelles. 10 ans après Rêves d’or, on apprécie de nouveau le jeu très expressif de Karen Martínez.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici