Critique Express : Petite leçon d’amour

0
657

Petite leçon d’amour

France : 2021
Titre original : –
Réalisation : Eve Deboise
Scénario : Eve Deboise
Interprètes : Laetitia Dosch, Pierre Deladonchamps, Paul Kircher
Distribution : KMBO
Durée : 1h27
Genre : Comédie, romance
Date de sortie : 4 mai 2022

1.5/5

Synopsis : Un café parisien, des copies égarées, la lettre d’amour d’une lycéenne à son professeur de maths : il n’en faut pas plus à Julie, promeneuse de chiens à ses heures perdues, pour se lancer dans une folle enquête. Elle a peu de temps pour éviter le pire, l’adolescente semble prête à tout. Par où commencer ? Retrouver le prof, et l’entraîner jusqu’à l’aube dans une course effrénée…


Une comédie romantique loin d’être réussie

Face à une comédie romantique réussie, il est indéniable qu’on se sent facilement transporté dans une sorte d’univers parallèle plein de légèreté où les fantasmes peuvent devenir réalité et il est incontestable qu’on y prend le plus souvent un énorme plaisir. Petite leçon d’amour est une comédie romantique. Malheureusement, elle n’est pas réussie ! D’un bout à l’autre du film, on passe d’une situation improbable à une autre situation improbable avec des interprètes dont le jeu, très improbable lui aussi, n’arrive vraiment pas à sauver la mise. Pourtant, l’idée de départ n’est pas plus mauvaise qu’une autre : Julie, une ex mannequin-buste devenue gardienne de chiens, trouve dans un café des copies oubliées par un professeur de mathématique et, dans une de ces copies, s’est glissée une déclaration d’amour d’une élève, Océane, qui affirme qu’elle va se tuer si on ne répond pas à son amour. Serait elle adressée à ce professeur, Mathieu, par ailleurs en instance de divorce ? C’est ce que pense Julie, et, pour elle, il est urgent de retrouver Océane afin de l’empêcher de commettre l’irréparable. Une fois cette histoire lancée, c’est très vite que ça se gâte, Julie et Mathieu se trouvant embarqués dans une double recherche, Océane d’un côté, le chien dont Julie a la garde de l’autre, ce dernier, figurez vous, étant arrivé à s’enfuir. Un chien qui vaut 5000 euros, quand même ! Eux et nous, spectateurs, allons de rencontre en rencontre, le film, quant à lui, allant donc d’un gag poussif à un autre gag poussif, d’une situation improbable à une autre situation improbable. A ce rythme, les 87 minutes du film semblent durer très, très longtemps !

Raté au niveau du scénario, Petite leçon d’amour pèche également dans le jeu de la comédienne et du comédien interprétant les deux rôles principaux. Concernant Laetitia Dosch, l’interprète de Julie, pas besoin d’un long discours : dire qu’elle n’est pas meilleure que d’habitude est largement suffisant. Plus étonnante est la mauvaise copie rendue par Pierre Deladonchamps. Pour le rôle de Mathieu, la réalisatrice voulait un comédien qui ne soit pas estampillé « comédie », d’où le choix de Deladonchamps. Eh bien, ce n’était pas le bon choix, ce comédien faisant une prestation médiocre dans Petite leçon d’amour, lui dont le talent était toujours présent dans tous les films qu’on avait vu de lui jusqu’alors.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici