Critique Express : Lynx

0
624

Lynx


Suisse, France : 2021
Titre original : –
Réalisation : Laurent Geslin
Scénario : Laurent Geslin
Distribution : Gebeka Films
Durée : 1h22
Genre : Documentaire
Date de sortie : 19 janvier 2022

3/5

Synopsis : Au cœur du massif jurassien, un appel étrange résonne à la fin de l’hiver. La superbe silhouette d’un lynx boréal se faufile parmi les hêtres et les sapins. Il appelle sa femelle. En suivant la vie de ce couple et de ses chatons, nous découvrons un univers qui nous est proche et pourtant méconnu… Une histoire authentique dont chamois, aigles, renards et hermines sont les témoins de la vie secrète du plus grand félin d’Europe qui reste menacé… Un film pour découvrir le rôle essentiel que ce discret prédateur occupe dans nos forêts, l’équilibre qu’il a rétabli dans un milieu fragile mais aussi les difficultés qu’il rencontre dans un paysage largement occupé par les humains.

Le plus grand félin d’Europe

Photographe animalier réputé, Laurent Geslin s’est longtemps intéressé à la faune urbaine et, en particulier, au renard des villes. Lorsqu’il est venu s’établir dans le Jura suisse, la présence dans son environnement du lynx boréal ne pouvait que l’intéresser au plus haut point. Cet animal avait complètement disparu du Jura à la fin du 19ème siècle. Réintroduit dans le Jura suisse en 1974, cet animal fait partie des espèces protégées tout en étant toujours menacé d’extinction. En 2014, Laurent Geslin a publié « Lynx, regards croisés », un livre de 160 pages présentant plus de 200 photographies du plus grand félin d’Europe prises dans son milieu naturel. Plus récemment, il a troqué son appareil photo contre une caméra et il est reparti à l’affut dans les montagnes du Jura, tant français que suisse.

Le résultat de cette nouvelle approche a pour titre Lynx et, en plus de nous gratifier de splendides images, ce film nous apprend tout ce que nous ne savions pas sur ce magnifique animal qu’est le lynx : un animal très discret sans être pour autant particulièrement timide, un animal pour qui la notion de territoire est très importante, un animal pour qui se pose un problème de consanguinité du fait de la faible population, un animal dont les ingénieurs forestiers du Jura se félicitent de la présence. En effet, ce prédateur joue un rôle important dans le maintien en bonne santé de la forêt jurassienne en participant à la régulation des animaux comme les chamois et les chevreuils qui causent d’énormes dégâts sur les jeunes arbres et les jeunes pousses, freinant ainsi le rajeunissement forestier. Laurent Geslin a pris le risque (réussi) de scénariser son film avec, en particulier, l’évocation du destin de 3 petits lynx, dont l’un est tué par un braconnier et un autre tué par une voiture. De ce film très beau visuellement et fort instructif et qui, bien que surtout consacré au lynx, nous montre de nombreux autres animaux de la forêt jurassienne, reste à se demander quelle place il va trouver dans le paysage cinématographique actuel : va-t-il être entrainé vers un bon succès public par l’ « effet » La panthère des neiges, ou bien, au contraire, le fait de sortir 5 semaines après le film de Marie Amiguet et Vincent Munier va-t-il le handicaper ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici