Critique : Cheval de guerre

0
110
Irvine et Spielberg dans War Horse

Cheval de guerre

Inde, USA : 2011
Titre original : Cheval de guerre
Réalisateur :
Scénario : Lee Hall et Richard Curtis
Acteurs : Jeremy Irvine, Peter Mullan, Emily Watson, Niels Arestrup
Distribution : The Walt Disney Company
Durée : 2h27
Genre : Guerre, Drame
Date de sortie : 22 février 2012

4/5

Annoncé sans trop de battage médiatique, le nouveau film de Steven Spielberg sort le 22 février 2012 sur nos écrans. Le sujet ? Une histoire d’amitié entre un jeune homme et son cheval. De quoi emballer le spectateur, comme à la belle époque ?

Synopsis : Une histoire d’amitié entre Albert, un jeune garçon, et son cheval Joey. Vendu à la cavalerie britannique dans les premières heures de la Première Guerre mondiale, Joey est directement envoyé au front. Mais il est capturé par les Allemands qui n’hésitent pas à s’en servir dans les combats. Albert, qui est encore trop jeune pour s’engager, décide de se lancer dans une mission de secours pour libérer son cheval…


Jeremy Irvine

Une épopée sans grande envergure signée Steven Spielberg

Tiré d’un roman de l’écrivain Michael Morpurgo, Cheval de Guerre est avant tout un film pour enfant. Ne vous attendez pas à un nouveau chef d’oeuvre du réalisateur d’E.T et d’, ce film n’en est clairement pas un. Point de vue très subjectif, puisque Cheval de Guerre est tout de même nominé 6 fois aux Oscars, dont une nomination pour le meilleur film.

Pour raconter cette histoire Spielberg a fait appel à Richard Curtis, auteur connu pour ses comédies romantiques Quatre mariages et un enterrement, Coup de foudre à Notting Hill et Le Journal de Bridget Jones, et réalisateur du non moins célèbre . Bien qu’il partage le scénario avec Lee Hall, on aurait donc pu s’attendre à un certain humour, cher au cinéaste anglais. Ce n’est pas le cas, et on trouvera plutôt son bonheur du coté de la réalisation et des magnifiques paysages de la campagne anglaise.

Sans être une déception, la musique de John Williams n’est pas non plus inoubliable. Rappellant parfois les thèmes d’Howard Shore, elle souffre peut être du manque d’émotions du film en général.

 

Irvine et Spielberg dans War Horse

De belles scènes de guerre, mais 2h30 c’est long !

Spierlberg avait traité plusieurs films dont l’action se passait durant la Seconde Guerre mondiale (La Liste de Schindler, Il faut sauver le soldat Ryan, 1941). Néanmoins, c’est la première fois qu’il s’attaque à la Grande Guerre.

Le résultat sur ce plan là est une réussite : on sent que Spielberg maitrise complètement les scènes de batailles, qu’il a d’ailleurs filmées ici sans effets spéciaux pour plus de réalisme. C’est effectivement très bien réalisé, et heureusement (pour les enfants) moins sanglant que dans Il faut sauver le soldat Ryan.

Néanmoins, ces seules scènes de bataille et les belles couleurs utilisées n’empêchent pas de regarder sa montre tous les quarts d’heures dès le milieu du film, et attention car le film dure tout de même 2h30 ! C’est beaucoup pour une histoire d’amitié entre un garçon et son cheval…

Vous l’aurez compris, je ne suis pas spécialement fan du sujet. A trop se focaliser sur le cheval, le réalisateur de Jurassic Park nous empêche de nous attacher vraiment aux acteurs, plutôt bons soit dit en passant. Le film manque donc d’émotions, de ressenti par manque d’identification. On aura du mal à lâcher une larme, sauf à être un grand adorateur des chevaux. C’est dommage, car j’avais adoré L’homme qui murmurait à l’oreille des chevaux, preuve s’il en fallait une qu’un enfant et un cheval peuvent parfois mener à un grand film.

Résumé

Un film qui se regarde, mais qui ne laissera sans doute pas un souvenir impérissable dans la mémoire du spectateur. Vivement que Steven Spielberg nous fasse rêver à nouveau !

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=HkBiKwwUgR4[/youtube]

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici