Cette semaine sur la planète cinéma (7 décembre 2015)

0
278
Aki Kaurismaki à Cannes pour Le Havre (© AFP)
Aki Kaurismaki à Cannes pour Le Havre (© AFP)
Aki Kaurismaki à Cannes pour Le Havre (© AFP)

On commence par la très bonne nouvelle de la semaine. Le retour, cinq ans après Le Havre (prix Louis-Delluc 2011), de l’un des plus grands cinéastes actuels, Aki Kaurismaki. Refugee sera le deuxième volet d’une trilogie basée sur les villes portuaires et évoquera la crise des migrants, le rôle principal devant être tenu par un syrien ou un irakien. «La situation à la ville frontalière de Tornio, au nord-est de la Finlande, a éveillé quelque chose en moi» a-t-il expliqué à l’hebdomadaire TV-Maailma. Gageons qu’il saura capter comme nul autre, avec son regard poétique, tendre et néanmoins caustique une situation dramatique et majeure de notre société contemporaine, comme on le voyait déjà dans son précédent opus. Une nouvelle réjouissante annoncée par le Finnish Film & Audiovisual Export et reprise par Cineuropa. Tournage prévu en 2016 pour une sortie en 2017.

Leos Carax à Cannes pour Holy Motors (© FIF/GT)
Leos Carax à Cannes pour Holy Motors (© FIF/GT)

Les Inrocks annonce qu’un peu plus de trois ans après la présentation de Holy Motors au Festival de Cannes qui signait son grand retour, Leos Carax serait en négociations très avancées pour confier à Rooney Mara et Adam Driver les rôles principaux (une chanteuse d’opéra et un acteur de stand up) de son prochain long-métrage. Vincent Maraval (Wild Bunch) prévient néanmoins que si les acteurs sont en effet intéressés, rien n’est signé et que cela dépend encore de la faisabilité du projet et de leur disponibilité au moment du tournage. Le groupe The Sparks (Singin in the shower avec les Rita Mitsuko) avait annoncé en début d’année l’existence ce projet de comédie musicale prometteur qu’ils mettraient en musique dont ils disent que cela ne ressemblera pas à un «musical clinquant de Broadway» mais plus à la scène avec Kylie Minogue dans Holy Motors.

Elle, par contre, ne nous manquait pas vraiment, mais Barbra Streisand, 73 ans, devrait faire son retour derrière la caméra pour une biographie de l’impératrice russe Catherine II. Aucune actrice n’est pour l’instant annoncée pour le rôle. Voilà un projet qui fait envie, d’autant plus que le scénario de Kristina Lauren Anderson, axé sur les jeunes années de la reine, était en haut du panier de la Black List de 2014, la Black List étant une sinistre fumisterie, censée réunir les meilleurs scénarios non tournés, ce qu’infirme la liste complète des scripts s’y trouvant au fil des années. Évidemment, quelques bons scénarios s’y trouvent (encore heureux) mais le nombre de purges ou de films sans réelle ambition artistique dépasse largement celui des bons films. Le dernier film de Streisand était Leçons de séduction en 1996, une comédie romantique dont elle tenait le premier rôle aux côtés de Jeff Bridges et grâce à laquelle Lauren Bacall avait failli gagner l’Oscar du second rôle, si Juliette Binoche pour Le Patient Anglais ne s’était pas trouvée sur son chemin. On lui doit également les films Yentl et Le Prince des marées, cités respectivement cinq et sept fois aux Oscars, dont celui du meilleur film, mais pas de la réalisation, pour ce dernier.

Barbra Streisand en février 2015 (©Alberto E. Rodriguez/Getty Images North America)
Barbra Streisand en février 2015 (©Alberto E. Rodriguez/Getty Images North America)

MIF_affiche_def.indd

Le film Made in France de Nicolas Boukhrief devait sortir en salles le 18 novembre mais avait été déprogrammé après les attentats du vendredi 13. Pretty Pictures annonce que le film, le récit d’une infiltration dans des milieux intégristes par un journaliste indépendant interprété par Malik Zidi, sortira finalement le 20 janvier au cinéma et dès le 29 en e-cinema (le joli nom de la VOD) en partenariat avec TF1 Vidéo, précisant dans son communiqué officiel que «il est plus que jamais essentiel de permettre au public de voir le film. Parce que son visionnage éclaire l’actualité, sans jugement ni polémique, le rendre accessible au plus grand nombre fait partie du combat pour la liberté». En voici ci-dessous le nouveau visuel, l’ancienne affiche (la même image, mais avec une kalachnikov posée le long de la Tour Eiffel) étant désormais jugée comme étant difficilement soutenable.

Made in France bandeau

Échec à peu près généralisé (en particulier sur le continent américain, mais pas en France où il remporta le Grand Prix d’Avoriaz) lors de sa sortie en salles, Phantom Of The Paradise de Brian De Palma est devenu depuis un film culte dans de nombreuses régions du monde. À Winnipeg, au Canada, ville maternelle du grand Guy Maddin (dont le nouveau film, le fascinant La Chambre interdite, sera en salles le 16 décembre prochain, fin de la parenthèse), il fut pourtant un succès immédiat. Cet enthousiasme de la ville canadienne sera le sujet de Phantom of Winnipeg, un documentaire qui sera réalisé par Malcolm Ingram et racontera l’histoire d’une communauté de fans dévoués, toujours aussi enthousiastes aujourd’hui à la manière de ceux de Rocky Horror Picture Show, ce qui n’est pas peu dire. Un festival nommé Phantompalooza a même lieu sur place tous les deux ans !

Phantom of the Paradise

C’est désormais officiel, Tristar Pictures vient de confirmer avoir acheté les droits de Porno, la suite de Trainspotting (critique) toujours écrite par Irvine Welsh. La distribution centrale d’origine sera bien de retour, avec Ewan McGregor (Renton), Jonny Lee Miller (SickBoy), Ewen Bremner (Spud) et Robert Carlyle (Begbie), toujours sous la direction de Danny Boyle qui précise : «20 années se sont écoulées depuis que nous avons rencontré ces personnages. Le scénario de John Hodge explore brillamment ce qui leur est arrivé, ce qui nous est arrivé même, depuis tout ce temps». Le tournage devrait débuter dès le printemps 2016 pour une sortie en 2017. Voir précédente news sur ce même projet en cliquant sur ce lien.

Trainspotting 2

Fort du succès surprise, surtout dans son ampleur, de son deuxième long-métrage, Creed, spin-off de la franchise Rocky centré sur le petit-fils d’Apollo Creed (Carl Weathers) interprété par Michael B. Jordan (et toujours avec Sylvester Stallone, bien placé dans la course à l’oscar du second rôle), Ryan Coogler pourrait diriger les aventures de Black Panther (avec Chadwick Boseman dans le rôle-titre) qui fera ses débuts au sein de la distribution de Captain America : Civil War. Après le refus de AvaDuvernay (Selma) et F. Gary Gray (Straight outta Compton), la Marvel tenterait de convaincre le jeune réalisateur de Fruitvale Station. Un choix donc assumé de la compagnie, celui que le premier super-héros noir des comics soit mis en images par un réalisateur noir. La sortie est datée pour début 2018, le scénario est écrit par Joe Robert Cole qui vient notamment de signer American Crime Story autour du procès d’O.J. Simpson pour le petit écran.

laureats fondation gan 2015

fondation gan pour le cinéma logoLa Fondation Gan vient d’annoncer la liste de six projets, des premiers ou seconds longs-métrages, soutenus cette année sur les 165 présentés et qui recevront chacun 53 000 euros. Il s’agit de L’ami (François d’Assise et ses frères) de Renaud Fély et Arnaud Louvet (déjà en tournage) avec Jérémie et Yannick Renier, Elio Germano, Alba Rohrwacher et Olivier Gourmet ; Après la guerre d’Annarita Zambrano (l’excellent court Tre ore) écrit avec Delphine Agut (l’horripilant La Vie au Ranch) ; Bloody Milk de Hubert Charuel ; Cornelius, le meunier hurlant de Yann Le Quellec (Le quepa sur le Vilni) adapté du roman éponyme du finlandais Arto Paasilinna ; Kairos, temps opportun de Nicolás Buenaventura ainsi que le film d’animation Mister Vu de Patrick Zachmann qui rejoint le quintet habituel annuellement, repêché par un prix spécial. Le Jury de l’Aide à la Création était présidé par l’actrice et réalisatrice Marilyne Canto, lauréate en 2011 pour le très attachant Le sens de l’humour. Rappelons que parmi les anciens lauréats, l’on retrouve Delicatessen de Jean-Pierre Jeunet et Marc Caro pour, L’Odeur de la papaye verte de Tran Anh Hung, La Vie de Jésus de Bruno Dumont, Persepolis de Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud ou Louise Wimmer de Cyril Mennegun.

 

Enfin, selon La lettre de l’Audiovisuel, Frédéric Bonnaud, journaliste et directeur de rédaction des Inrocks, serait le favori pour succéder à Serge Toubiana à la tête de Cinémathèque française. Costa-Gavras, président de la Cinémathèque française, aurait ainsi proposé son nom, sorti un peu de nulle part quand même. Le rival principal était Marc Nicolas, actuellement directeur de la Femis et dont le projet était arrivé en tête de la sélection du conseil d’administration de la Cinémathèque. Ils seront départagés par la ministre de la culture Fleur Pellerin. Résultat le 11 décembre prochain.

frederic bonnaud

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici