César 2018 : Penelope Cruz lauréate honorifique

0
381

L’actrice espagnole Penelope Cruz va recevoir le César d’honneur lors de la 43ème cérémonie des prix suprêmes du cinéma français le vendredi 2 mars prochain. C’est ce que le président de l’Académie des Arts et Techniques du cinéma Alain Terzian a annoncé hier. La nouvelle a été brièvement relayée par notre cher rédacteur en chef Pascal dans son article de pronostics, pour une fois sans faire part en même temps de son agacement par rapport aux lauréats honorifiques des César. En effet, si l’on peut considérer que Cruz est encore un peu jeune, à 43 ans seulement, pour recevoir un prix pour l’ensemble de sa carrière, comparé aux heureux élus majoritairement américains de ces dernières années, son choix fait au moins preuve d’une ouverture d’esprit toute relative. Car l’actrice a su se faire un nom autant dans le cinéma européen qu’à Hollywood, même si son lien avec l’industrie nationale est plutôt ténu. Mais puisque nous avons depuis longtemps fait une croix – sans mauvais jeu de mots, s’il vous plaît – sur l’espoir hypothétique de voir un jour les César d’honneur revenir aux monstres sacrés du Septième Art, comme ce fut le cas à leurs débuts avec des noms illustres tels que Jacques Tati, Marcel Carné et Louis De Funès, voir l’égérie du cinéma espagnol monter sur la scène de la Salle Pleyel ne relève pas non plus de l’hérésie !


C’est évidemment dans son Espagne natale que Penelope Cruz a fait ses premiers pas devant la caméra, remportant un beau succès dès son premier film en 1992 Jambon jambon de Bigas Luna. Jusqu’à la fin de la décennie, elle allait se faire un nom dans des productions ibériques aussi diverses et reconnues à l’étranger que Belle époque de Fernando Trueba – Oscar du Meilleur Film étranger en 1994 –, En chair et en os et Tout sur ma mère – Oscar du Meilleur Film étranger en 2000 – de Pedro Almodovar, ainsi qu’Ouvre les yeux de Alejandro Amenabar. Par la suite, elle était revenu à intervalles réguliers au cinéma espagnol, notamment dans Volaverunt de Bigas Luna, La Fille de tes rêves de Fernando Trueba, A corps perdus de Sergio Castellitto, Volver, Étreintes brisées et Les Amants passagers de Pedro Almodovar et Ma ma de Julio Medem. Côté français, elle n’a fait que de timides incursions, par exemple dans le Don Juan de Jacques Weber et Fanfan la tulipe de Gérard Krawczyk, le film d’ouverture du Festival de Cannes en 2003.


Car dès la fin des années ’90, Penelope Cruz avait tenté sa chance en Amérique, alternant entre films d’auteurs signés Stephen Frears (The Hi-Lo Country) Billy Bob Thornton (De si jolis chevaux), John Madden (Capitaine Corelli) et Woody Allen (Vicky Cristina Barcelona et To Rome with Love), et des productions plus commerciales telles que Blow de Ted Demme, Vanilla Sky de Cameron Crowe, Gothika de Mathieu Kassovitz, Sahara de Breck Eisner, Nine et Pirates des Caraïbes La Fontaine de jouvence de Rob Marshall, Cartel de Ridley Scott, Zoolander 2 de Ben Stiller, Grimsby Agent trop spécial de Louis Leterrier et Le Crime de l’Orient Express de Kenneth Branagh. Elle vient de faire ses débuts à la télévision américaine par le biais du rôle de Donatella Versace dans la deuxième saison de « American Crime Story ».


Oscarisée en 2009 dans la catégorie de la Meilleure actrice dans un second rôle pour Vicky Cristina Barcelona, Penelope Cruz n’est que la deuxième personnalité espagnole du cinéma à recevoir un César d’honneur, après son mentor Pedro Almodovar en 1999. Elle est la 21ème actrice honorée de la sortie, après, entre autres, Ingrid Bergman – dont elle avait repris le rôle dans Le Crime de l’Orient Express –, Danielle Darrieux, Sophia Loren, Andie MacDowell, Kate Winslet et Scarlett Johansson.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici