Cannes 2017 : la sélection Cannes Classics

0
297

70 ans, ça se fête ! C’est ce qu’ont dû se dire les organisateurs du , qui ne ménagent pas leurs efforts pour célébrer le 70ème anniversaire de cette manifestation cinématographique incontournable. A se demander ce qu’ils vont bien s’imaginer d’encore plus prestigieux pour 2022 et les trois quarts de siècle … , la sélection dédiée aux films de patrimoine, présentés dans des copies numériques méticuleusement restaurées, n’est certes qu’à sa quatorzième édition, mais participe pleinement aux festivités.

Faute d’invité d’honneur qui ferait battre le cœur de tous les cinéphiles nostalgiques, la programmation parallèle, annoncée ce jour, fait cette année la part belle à son propre lieu de projection, à travers une rétrospective de quinze films qui ont pris leur envol public à Cannes. Venus du monde entier, ces films ont connu un sort varié sur la Croisette mais bénéficient sans exception des techniques de restauration les plus pointues, grâce auxquelles le public cannois d’aujourd’hui pourra découvrir ces trésors d’hier dans toute leur splendeur. L’hommage est complété d’une brève histoire des courts-métrages présentés par le , sept occasions de voir les premiers pas créatifs de futurs habitués du festival, tels que Joris Ivens, Jane Campion et Xavier Giannoli.

 

De 1946 à 1992, une brève histoire du
En compétition

Un petit carrousel de fête (1956) de Zoltan Fabri (Hongrie, 1h30) avec Mari Töröcsik et Imre Soos
Vers l’inconnu (1957) de Georges Nasser (Liban, 1h30) avec Laura Azar et Raouf Rawi
Siège (1969) de Gilberto Tofano (Israël, 1h29) avec Gila Almagor et Yehoram Gaon
Babatu Les Trois conseils (1976) de Jean Rouch (Niger, 1h33) avec Lam Dia et Diama

Les lauréats


(1946) de René Clément (France, 1h25) avec Jean Daurand / Grand prix de la mise en scène
(1952) de Henri-Georges Clouzot (France, 2h33) avec Yves Montand et Charles Vanel / Grand prix – en avant-première d’un « grand événement » dédié au réalisateur prévu à l’automne
J’ai même rencontré des tziganes heureux (1967) de Aleksandar Petrovic (Serbie, 1h22) avec Bekim Fehmiu et Olivera Vuco / Grand prix spécial du jury
Blow-up (1966) de Michelangelo Antonioni (Royaume-Uni, 1h51) avec David Hemmings et Vanessa Redgrave / Grand prix international

(1979) de Bob Fosse (Etats-Unis, 2h03) avec Roy Scheider et Jessica Lange / Palme d’or 1980
L’Homme de fer (1981) de Andrzej Wajda (Pologne, 2h33) avec Jerzy Radziwilowicz et Krystyna Janda / Palme d’or
(1982) de Yilmaz Güney et Serif Gören (Turquie, 1h53) avec Tarik Akan et Serif Sezer / Palme d’or
(1983) de Shôhei Imamura (Japon, 2h13) avec Ken Ogata et Sumiko Sakamoto / Palme d’or
Le Songe de la lumière (1992) de Victor Erice (Espagne, 2h20) avec Antonio Lopez Garcia et Marina Moreno / Prix du jury

Sections parallèles

Soleil O (1970) de Med Hondo (Mauritanie, 1h38) avec Robert Liensol et Josette Barnett / Semaine de la critique
L’Empire des sens (1976) de Nagisa Oshima (Japon, 1h43) avec Tatsuya Fuji et Eiko Matsuda / Quinzaine des réalisateurs – ressortie française le 12 juillet

 

D’autres films restaurés

(1934) de Jean Vigo (France, 1h28) avec Michel Simon et Dita Parlo / en copie restaurée 35 mm
(1966) de Luis Buñuel (France, 1h40) avec Catherine Deneuve et Jean Sorel / ressortie française le 2 août
(1992) de Robert Redford (Etats-Unis, 2h04) avec Craig Sheffer et Brad Pitt / ressortie française le 24 mai
Lucia (1968) de Humberto Solas (Cuba, 2h40) avec Raquel Revuelta et Eslinda Nuñez
(1953) de Max Ophüls (France, 1h45) avec Charles Boyer et Danielle Darrieux / présenté par Dominique Besnehard, Pierre Murat et Henri-Jean Servat
Paparazzi (1963) de Jacques Rozier (France, 0h18) présenté par le réalisateur
Sang noir (1951) de Pierre Chenal (Argentine, 1h47) avec Richard Wright et Gloria Madison

 

Documentaires sur le cinéma

La Belge histoire du de Henri De Gerlache (Belgique, 1h02) un road-movie joyeux sur le cinéma belge présent à Cannes depuis 70 ans
Cary Grant De l’autre côté du miroir de Mark Kidel (France, 1h25) sur la cure LSD de l’acteur Cary Grant
David Stratton A Cinematic Life de Sally Aitken (Australie, 1h37) sur le critique anglais David Stratton exilé en Australie
Filmworker de Tony Zierra (Etats-Unis, 1h29) sur Leon Vitali, pendant plus de vingt ans le fidèle collaborateur de Stanley Kubrick
Jean Douchet L’Enfant agité de Fabien Hagège, Guillaume Namur et Vincent Haasser (France, 1h30) sur le célèbre critique français Jean Douchet

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici