Cannes 2016 : Risk – Quinzaine

2
306


349343.jpg-r_1024_576-f_jpg-q_x-xxyxxRisk

Allemagne, Etats-Unis 2016
Titre original : –
Réalisateur : Laura Poitras
Scénario : Laura Poitras
Acteurs : Julian Assange, Sarah Harrison, …
Distribution : –
Durée : 1h27
Genre : Documentaire
Date de sortie : –

4/5

Un an après avoir remporté l’oscar du meilleur documentaire pour Citizen Four, Laura Poitras fait le portrait d’un autre lanceur d’alertes, Julian Assange. Ce dernier est le fondateur de la plateforme Wikileaks, et est depuis quatre ans reclus dans l’ambassade de l’Equateur en Angleterre pour ne pas être extradé aux Etats-Unis. Elle continue ainsi d’interroger le thème de la liberté d’expression et de la surveillance de masse sous le gouvernement d’Obama.

Synopsis officiel : Dans ce documentaire immersif, Poitras tourne sa caméra sur une autre figure controversée : l’éditeur de WikiLeaks, Julian Assange. La réalisatrice oscarisée de Citizenfour continue ainsi sa courageuse enquête sur les voix qui défient les autorités et mettent en question la surveillance des citoyens par l’État.

Un véritable film d’espionnage ?

Si dans Citizen Four on suivait en direct la révélation des abus de la NSA par Snowden, ici Julian Assange est déjà connu. Wikileaks est actif depuis des années, mais la publication de vidéos sur les bavures des drones de l’armée américaine va être la goutte de pixel qui fait déborder le vase : il va être obligé de demander l’asile politique à une ambassade pour ne pas être (illégalement de plus) extradé. Le voir, lui et ses complices, dans le “Q.G.” de Wikileaks, une sorte de manoir anglais, nous laisse penser que le film va être proche d’un film d’espionnage – et il le sera. Ainsi, on est immergé dans une histoire où ceux accusés entres autres d’espionnage doivent constamment crypter leurs données, parfois se cacher. Ils voyagent pour leur cause, finissent par renoncer à leur vie familiale : Jacob Apelbaum et Sarah Harrison sont bloqués en Europe depuis trois ans, on aperçoit la mère de Assange qui l’aide à s’évader … Enfin, dernière preuve s’il en faut que Risk apparaît comme un véritable film d’action, d’espionnage, comme un thriller : les déguisements. Assange change constamment d’apparence pendant ces 1h30, parfois pour influencer l’opinion que le monde peut se faire de lui, mais aussi pour se réfugier en lieu sûr.

Risk_Film Still Julian Assange_Courtesy of Praxis Films

 

La vision de Laura Poitras

Si Laura Poitras décide de ne suivre que le groupe de lanceurs d’alertes, elle laisse au spectateur le choix de trancher sur le personnage de Assange. Il n’est pas présenté comme un héros, seulement tel qu’il est – aucune autocensure n’est faite sur les propos qu’il tient. Il est de plus conscient des dommages que peuvent créer de telles révélations, mais décide de ne pas choisir de camp, si ce n’est celui de la vérité. Il n’est d’ailleurs pas seul à l’écran, puisque d’autres journalistes ont décidé de se lancer dans l’aventure. Risk n’est ainsi pas seulement le portrait de Julian Assange, mais aussi celui de ceux qui l’entoure, pour servir une même cause. Un chapitre met en scène Apelbaum, qui vient dénoncer la censure qu’on connu les internautes égyptiens pendant le printemps arabe, pendant un salon où sont présentes les sociétés responsables de cette censure. Parlons enfin de l’esthétique en elle-même, très travaillée, dont la photo et le cadrage, mais aussi le travail effectué sur le son lors de l’ouverture des chapitres renforcent l’impression d’assister à un film.

Conclusion

Laura Poitras montre ainsi avec brio les conséquences de Wikileaks sur ceux qui y travaillent et dans une moindre mesure sur les nations, en suivant pendant près de cinq ans son fondateur. Bien que moins impactant que Citizen Four de par son sujet, il est toujours impressionnant de suivre de l’intérieur des affaires ayant secoué une partie de notre société. Julian assange, lui, continue de vivre entre la bibliothèque et la salle de bain de l’ambassade d’Equateur …

 

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici