Festival de Cannes 2016 News — 24 mai 2016
Cannes 2016: les reprises parisiennes

Après onze journées de projections le long de la Croisette, reprise de l’intégralité de plusieurs sélections officielles et parallèles (, , ) et, nouveauté de cette année 2016, d’une partie de au cinéma Les Fauvettes dont Critique-film est devenu le partenaire officieux grâce aux multiples critiques et annonces de cycles signées Tobias. Reprise des films de la Cinéfondation à retrouver en cliquant sur ce lien.

festival morelia 2016

Démarrage de ces reprises dès ce soir, mardi 24 mai à partir de 20h, avec la reprise, une première également, du programme de courts-métrages issus de la sélection officielle du Festival International du film de (créé en 2003 pour promouvoir les jeunes talents mexicains) dont la Semaine de la Critique est le partenaire depuis plusieurs années. Cette sélection a été projetée lors d’une séance spéciale à l’espace Miramar le 19 mai dernier et si l’ensemble de la programmation de la Semaine est reprise à la Cinémathèque (voir plus bas), curieusement cette collection de courts-métrages mexicains en était toujours absente. Oubli réparé avec la projection de ces quatre films au cinéma La Clef (34 rue Daubenton, métro Censier Daubenton) en présence de Daniela Michel, sa fondatrice et directrice (voir entretien sur le site de mediapart) et des réalisateurs mexicains.

Au programme :
El buzo de Esteban Arrangoiz (Prix du Meilleur Court-Métrage Documentaire, FICM 2015)
Julio César Cu Cámara est chef plongeur dans le système d’évacuation des eaux usées à Mexico City. Son travail est de réparer les pompes et d’enlever les déchets qui s’écoulent dans les égouts, afin de maintenir le circuit d’assainissement.

Rebote de Nuria Menchaca (Prix du Meilleur Court-Métrage d’Animation, FICM 2015)
Un homme sans abri habite sous un pont avec son fidèle compagnon. Un jour, une grande tempête arrive et changera leur destin. Animé sur les pages de 40 livres usagées, Rebote (Rebondissement) est un projet d’animation expérimentale basé sur le poème de l’artiste québécoise Hélène Matte.

Mil capas de Tess Anastasia Fernández
María est allergique au soleil. Elle est responsable d’un parc aquatique qu’elle possède avec sa tante Tita. Elle seule aimerait garder cette entreprise familiale. Alors, elle tombe amoureuse de Leonardo, le coach d’aqua-gym, qui, pour un instant, lui fait oublier sa maladie.

Isabel Im Winter de Laura Baumeister et Teresa Kuhn
Isabelle est une jeune mère en proie à un conflit intérieur entre la poursuite de ses rêves, le poids de la responsabilité et la recherche de sa place dans le monde.

Tarif unique 6,5 euros, carte UGC et Gaumont non acceptées

un certain regard reflet medicis 2016 affiche annonce

Un Certain Regard du mercredi 25 au mardi 31 mai au Reflet Medicis

Suite de ces reprises avec les 18 longs-métrages de la sélection officielle bis Un Certain Regard considérée comme particulièrement inégale cette année. À vérifier dès demain donc. Si l’égyptien est trop théâtral et artificiel par sa façon d’encombrer un lieu clos (un avec une sélection bien trop représentative de la société, de Kore-eda Hirokazu est un beau drame familial avec un adulte paumé séparé de sa femme, pas très doué pour s’occuper de son fils, qui vivote comme détective privé et se ruine en jouant aux courses. Programme complet ci-dessous, voir le palmarès ici. Gratuit pour les accrédités du Festival de Cannes, 5 euros pour les détenteurs du pass UGC Illimité et plein tarif pour les autres.

un certain regard reflet medicis 2016

logo_quinzaine_datefr_rvb

Ouverture officielle de la Quinzaine des Réalisateurs ce jeudi 26 mai à 20h30. Programme complet ci-dessous jusqu’au 5 juin, certaines séances seront présentées par des membres des équipes.

Jeudi 26 mai
20h00 Tour de France de Rachid Djaïdani, en présence de l’équipe

Vendredi 27 mai
16h30 Psycho Raman d’Anurag Kashyap
19h00 Risk de Laura Poitras
20h00 Fais de beaux rêves de Marco Bellocchio en présence de Bérénice Béjo
21h00 Wolf and Sheep de Shahrbanoo Sadat

Samedi 28 mai
14h00 Fiore de Claudio Giovannesi
16h00 Programme de courts métrages 1 (1h35) : Happy End de Jan Saska (Tchéquie), Hitchhiker de Jero Yun (Corée du Sud), Zvir de Miroslav Sikavica (Croatie), Abigail d’Isabel Penoni et Valentina Homem (Brésil), Chasse Royale de Romane Gueret et Lise Akoka (France), Listening to Beethoven de Garri Bardine (Russie). Rencontre avec les réalisatrices Romane Gueret et Lise Akoka
18h30 Ma vie de courgette de Claude Barras, en sa présence
20h30 L’Économie du couple de Joachim Lafosse, en présence de l’équipe

Dimanche 29 mai
14h30 Dog Eat Dog de Paul Schrader
17h00 Poesía sin fin d’, en sa présence
19h30 Psycho Raman d’Anurag Kashyap
20h30 Tour de France de Rachid Djaïdani, en sa présence

Mardi 31 mai
16h30 Mean Dreams de Nathan Morlando
19h00 Two Lovers and a Bear de Kim Nguyen
20h00 Divines de Houda Benyamina, en sa présence
21h00 Risk de Laura Poitras

Mercredi 1er juin
17h00 Wolf and Sheep de Shahrbanoo Sadat
19h00 South Africa Factory
20h30 L’Effet aquatique de Sólveig Anspach, en présence de l’équipe
21h00 Fiore de Claudio Giovannesi

Jeudi 2 juin
17h00 Divines de Houda Benyamina
19h00 Mean Dreams de Nathan Morlando
20h30 Mercenaire de Sacha Wolff, en sa présence
21h15 Neruda de Pablo Larraín

Vendredi 3 juin
16h00 Mercenaire de Sacha Wolff
18h30 L’Économie du couple de Joachim Lafosse
20h30 Folles de joie de Paolo Virzì, en présence de l’actrice Valéria Bruni-Tedeschi
21h00 Two Lovers and a Bear de Kim Nguyen

Samedi 4 juin
14h30 Ma vie de courgette de Claude Barras
16h30 Programme de courts métrages 2 (1h39) : Léthé de Dea Kulumbegashvili (Géorgie-France), Import d’Ena Sendijarević (Pays-Bas), Habat shel hakala de Tamar Rudoy (Israël), Decorado d’Alberto Vazquez (Espagne-France), Kindil el bahr de Damien Ounouri (Algérie)
19h00 Dog Eat Dog de Paul Schrader
21h00 Les Vies de Thérèse de Sébastien Lifshitz, en sa présence

Dimanche 5 juin
14h30 Folles de joie de Paolo Virzì
17h00 Neruda de Pablo Larraín
19h30 Les Vies de Thérèse de Sébastien Lifshitz
21h00 Poesia Sin Fin d’Alejandro Jodorowsky

jessica chastain semaine critique 2016

On continue avec la programmation de la Semaine de la Critique à la du mercredi 1er au lundi 6 juin et l’on recommande vivement Grave de Julia Ducournau, surtout si vous aimez le sang et la viande… spéciale.

Mercredi 1er juin
20h00 et 20h15 : Victoria de Justine Triet

Jeudi 2 juin
19h30 Grave de Julia Ducournau
21h15 One Week and A Day d’Asaph Polonsky

Vendredi 3 juin
19h30 Bonne figure de Sandrine Kiberlain, En moi de Laetitia Casta et Kitty de Chloë Sevigny
21h15 Happy Times Will Come Soon d’Alessandro Comodin

Samedi 4 juin
14h30 Apnée de Jean-Christophe Meurisse
16h30 Diamond Island de Davy Chou
19h30 Arnie de Rina B. Tsou, Campo de víboras de Cristèle Alves Meira, Oh What A Wonderful Feeling de François Jaros, Prenjak de Wregas Bhanuteja et Le Soldat vierge d’Erwan Le Duc
22h00 From the Diary of a Wedding Photographer de Nadav Lapid et Los Pasos del agua de César Augusto Acevedo

Dimanche 5 juin
14h30 Tramontane de Vatche Boulghourjian
17h00 Mimosas d’Oliver Laxe
19h00 Ascensão de Pedro Peralta, Delusion is Redemption to Those in Distress de Fellipe Fernandes, L’Enfance d’un chef d’Antoine de Bary, Limbo de Konstantina Kotzamani et Superbia de Luca Toth
21h30 A Yellow Bird de K. Rajagopal

Lundi 6 juin
16h45 Albüm de Mehmet Can Mertoglu
19h00 A Yellow Bird de K. Rajagopal
21h30 One Week and A Day d’Asaph Polonsky

Enfin, première donc avec la reprise d’une petite partie de la section officielle Cannes Classics avec la projection de films, documentaires et fictions, qui ont des distributeurs, ce qui laisse bien des regrets quant à la présence des documentaires primés par L’Oeil d’or, deux films issus de cette sélection, Cinéma Novo et The Cinema Travellers. Liste complète très bientôt. Ce sera aux Fauvettes à partir du mercredi 1er juin, avec notamment le documentaire Voyage à travers le cinéma français de Bertrand Tavernier en sa présence.

Les films de l’ seront repris le dernier week-end de septembre.

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Pascal Le Duff

Cet article a été écrit par Pascal Le Duff, rédacteur en chef cinéma sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles