Blood Night: The Legend of Mary Hatchet

0
1212
Blood Night: The Legend of Mary Hatch photo du film

Blood Night: The Legend of Mary Hatchet l'affiche du filmBlood Night: The Legend of Mary Hatchet

USA : 2009
Titre original : Blood Night, The Legend of Mary Hatchet
Réalisateur : Franck Sabatella
Scénario : Franck Sabatella, Elke Blasi
Acteurs : Nate Dushku, Alissa Dean, Anthony Marks, Danielle Harris, Bill Moseley
Distribution : Lionsgate
Durée : 1h23
Genre : horreur
Date de sortie : Disponible en DVD Z1

Globale : [rating:4][five-star-rating]

Blood Night, The Legend of Mary Hatchet a été présenté au Festival International du Film d’Horreur de Sainte-Maxime en 2009. Le réalisateur Franck Sabatella féru du genre réussi son pari : proposer un pur slasher très sanglant et gore dans la veine assumée d’Halloween.

Synopsis : Un groupe d’adolescents célébrant en toute inconscience l’anniversaire de la mort de l’assassinat de Mary Hatchet, se retrouvent soudainement confronté face à face avec les réalités de cette tragédie devenue une légende…

Blood Night: The Legend of Mary Hatch photo du film

Blood Night : l’Halloween d’aujourd’hui

Le film commence directement par une très longue séquence d’une rare intensité horrifique. Une nuit de 1979 à Long Island, Mary douze ans est envahie d’une rage en découvrant sa première menstruation. Dans une sauvagerie inouïe et bien au-delà de l’acharnement elle tue son père, puis sa mère. Froide, comme téléguidée, le carnage est sans concession et implacable. Dix ans plus tard, on retrouve Mary enfermée dans un centre psychiatrique. Le diagnostic est posé : crise de violence et de rage avec aggravation en période de menstruation. Un gardien sadique maltraite et abuse d’elle : « tu veux jouer avec moi sale cochonne ?… » Le choc est tel qu’elle réitère un massacre avec un goût prononcé pour les décapitations. Un policier l’intercepte, et lui tire une balle en pleine tête.

De cet atroce fait divers, naît une tradition vingt ans plus tard: La Blood Night. De jeunes étudiants organisent une fête aux allures d’Halloween. On y retrouve Danielle Harris (Hatchet 2) et Bill Moseley (The Devil’s Rejects). La soirée ne tardera pas à virer à la tuerie. Une jeune femme les attaque à la pioche, couteau et ciseaux. Est-ce Mary Hatchet qui réapparaît ? Les survivants tentent de fuir. Pas si loin, et malheureusement pas dans le meilleur « bunker » protecteur : l’hôpital psychiatrique où avait séjourné Mary Hatchet. Dans ce cadre la vérité et le mystère de la légende du Blood Night aura ses révélations, et se déroulera un final qui saigne et tranche net.

Blood Night:  photo du film

Bien construit et techniquement réussi

Blood Night ne manque pas de références aux films des années 80 et 90 sans complexe. Le réalisateur-producteur-scénariste Franck Sabatella assume entièrement son penchant pour le genre. Blood Night est le fruit d’un projet qui a muri pendant plus de trois ans. Et cela se voit. Ce slasher aux caractéristiques  traditionnelles et classiques avec un style qui rappelle Halloween  est complètement volontaire. Un hommage appuyé qui n’enlève rien à la qualité et singularité du film.

Blood Night bénéficie d’une construction très travaillée. Le déroulement s’apparente à une très bonne orchestration en trois actes. La longue et saisissante scène d’ouverture vise à impacter fortement le spectateur. Puis, on y retrouve les ingrédients purement fonctionnels du slasher : des jeunes insouciants voués à être « dégommer » les uns après les autres, et une issue qui réserve son lot de surprises, de mystères et même d’un « switch ». Et s’il est vrai qu’il existe quelques petites longueurs, le rythme tient bon. La régularité presque millimétrée de la survenue des meurtres pendant tout le film éradique l’ennui.

L’usage de techniques visuelles efficaces majore le tout. A ce titre, le réalisateur ne s’est pas privé de collaborer avec deux pointures en matière d’effets visuels aux Etats-Unis : John Morena et Jeremy Selenfriend. Entièrement tourné de nuit, la maîtrise des jeux de lumières est remarquable. Le rouge et le noir sont les couleurs dominantes bien sûr. Les orages, le bruitage et le crépitement incessant de lumières se révèlent très efficaces pour le maintien du « climax ».

Résumé

 Blood Night: The Legend of Mary Hatchet  est une valeur sûre à découvrir qui ne manquera pas de provoquer des palpitations. Très bien mené et construit, le film explore une légende sanguinaire et urbaine en la transposant de nos jours. On ressent cet attachement aux films d’horreur du réalisateur. Démonstration éclatante que le plaisir se transmet au spectateur ainsi.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=b4jcoQ7G-Vg[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici