Beast

0
1200
Beast de Christoffer Boe

Beast affiche présent au festival de gérardmer 2012Beast

Danemark : 2011
Titre original : Beast
Réalisateur : Christoffer Boe
Scénario : Christoffer Boe
Acteurs : Nicolas Bro, Marijana Jankovic, Nikolaj Lie Kaas
Distribution : AlphaVille Pictures Copenhagen
Durée : 1h23
Genre : Fantastique
Date de sortie : Prochainement

Globale : [rating:1][five-star-rating]

Beast est le premier film en compétition présenté au Festival de Gérardmer 2012. Venu tout droit du Danemark, il met en scène un couple tourmenté déchiré entre l’amour et la haine. Mais alors ou est le fantastique dans tout ça ?

Synopsis : Bruno aime son épouse Maxine. Mais son amour, tout comme son apparence physique, commencent lentement à se transformer… Et Bruno reste impuissant face à ce quelque chose qu’il sent bouillir en lui. Car il n’est plus possible de faire demi-tour lorsqu’on explore le côté sombre de l’amour pour n’y trouver que pouvoir, haine et violence.

Beast de Christoffer Boe

La bête de Christoffer Boe

Pour son cinquième film, le réalisateur danois Christoffer Boe choisit le thème de la déception amoureuse. Auréolé d’une Caméra d’Or au festival de Cannes de 2003 pour son film Reconstruction, ce nouveau film était très attendu par la critique. Malheureusement la déception est grande en sortant de la salle de cinéma.

Ce n’est pas faute du jeu des acteurs. Nicolas Bro, Marijana Jankovic et Nikolaj Lie Kaas donnent tout ce qu’ils peuvent et la profondeur de leurs personnages sauvent l’ensemble du naufrage. Leurs physiques banals, bien loin des stéréotypes, donnent du poids à leurs rôles et leurs personnages complexes sujets aux incertitudes sont le véritable point fort de Beast.

Beast de Christoffer Boe

Un manque de rythme évident

La réalisation propose des plans techniquement réussis grâce à une recherche graphique. C’est ainsi que Christoffer Boe choisit régulièrement des plans figés de la ville et lui donne une entité propre. Malheureusement la bande son est mal choisie, plus proche de l’essai que de musiques mélodieuses qui nous prennent aux tripes, les morceaux sont mal placés et arrivent comme un cheveu sur la soupe (surtout au début du film). Le son quant à lui fait figure d’effet de style. On appréciera ou non lors des scènes de rue le son intense des voitures par exemple. Par ailleurs, le caméraman a la bougeotte durant 1h30, impossible d’avoir des plans posés ce qui supprime encore un peu plus toute trace de professionnalisme…

Le scénario est quant à lui intéressant même s’il est logique que le public du Festival de Gérardmer sorte déçu de la projection quand on sait qu’il s’agit d’un festival fantastique et que Beast… n’a rien de fantastique. Néanmoins l’histoire de cet homme perdu dans son couple, qui refuse de voir la fin et préfère s’enfermer dans un imaginaire qui va le pousser à la tragédie, est intense mais s’attarde sur trop de détails. Une histoire qui méritait une mise en scène plus incisive et moins contemplative.

Résumé

Pourquoi Beast est-il diffusé au festival de Gérardmer ? Grande question ! Une chose est sûre, Christoffer Boe rate sa dernière réalisation, faute à un scénario pas suffisamment détaillé, une mise en scène molle et un manque de rythme évident.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=12_ArTej3Xs[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici