Au bout du conte

0
135
bacri

affiche

France : 2013
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : Agnès Jaoui,
Acteurs : Agnès Jaoui, Jean-Pierre Bacri,
Distribution : Memento Films Distribution
Durée : 1h52
Genre : Comédie
Date de sortie : 06 mars 2013

Globale : [rating:3][five-star-rating]

Chroniques douces amères des relations entre jeunes et moins jeunes amants, entre couples divorcés, entre parents et enfants, « Au bout du conte » joue sur les contes de l’enfance pour dresser un tableau des relations d’aujourd’hui.

Synopsis : Il était une fois une jeune fille qui croyait au grand amour, aux signes, et au destin ; une femme qui rêvait d’être comédienne et désespérait d’y arriver un jour ; un jeune homme qui croyait en son talent de compositeur mais ne croyait pas beaucoup en lui ;  une petite fille qui croyait en Dieu ;un homme qui ne croyait en rien jusqu’au jour où une voyante lui donna la date de sa mort et que, à son corps défendant, il se mit à y croire.

bacri

La vie n’est pas un conte

Comme ils savent si bien le faire, Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri s’attachent à leurs personnages dont les histoires vont toutes se croiser d’une manière ou d’une autre. Il y a une vraie tendresse pour chacun d’entre eux tant leurs vies faites d’audace, de peur, de lâcheté, d’espoir, de doute, de résignation, de révolte ou de passivité ne sont jamais moquées, jugées ou érigées en modèle.

Chacun vit, chacun va, comme il peut, et c’est déjà beaucoup.

Agnès Jaoui a tissé ses histoires dans la toile des contes de fées de l’enfance, que comédienne sans trop d’engagements, elle met d’ailleurs en scène pour le spectacle d’enfants d’une école voisine.

Cendrillon, Blanche Neige, Alice, le petit chaperon rouge transparaissent au fil de l’histoire ou d’objets parsemés ici et là. Bien souvent les décors, les costumes participent à cette mise en scène : la maison si kitsch de Marianne ou ses tenues improbables, la demeure des parents de Laura, la chambre de Wolf où trône une affiche de Barbe Bleue et un oiseau de proie empaillé….

Au bout du conte, chacun va sortir peut-être pas grandi, mais plus adulte, plus prêt à vivre.

Et au bout du conte, Agnès Jaoui nous dit que les contes de fées …… n’existent pas, que la vie tient à ce que l’on en fait.

jaoui

Et le film s’y perd un peu

On peut  s’interroger sur l’intérêt réel de multiplier les références au conte. Mêler un peu d’étrangeté à certaines scènes peut-être.  Pas sur que cela rende le propos plus fort, la démonstration plus évidente. Il y a un peu trop d’artifice dans tout cela, de volonté un peu trop évidente de « placer » un conte ici et là. Au final le spectateur risque de se concentrer plus sur la recherche des références …..

Les dialogues sont assez exceptionnels, drôles ou émouvants, toujours justes.

Les comédiens sont il faut le signaler remarquables. Certes Bacri fait du Bacri et on peut ne pas aimer mais il le fait bien. Jaoui, Biolay passent en même temps que leurs personnages le cap d’une certaine jeunesse. Agathe Bonitzer, vraie princesse est un bonheur de subtilité. Dominique Valadié est touchante, Didier Sandre juste quand il parle de la vieillesse.

 

Résumé

Probablement pas totalement réussi, le film ne peut charmer complètement mais il est empreint d’une petite et douce poésie qui n’est pas désagréable.

[youtube]http://youtu.be/raOjiB27W0w[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici