American Society of Cinematographers 2017 : les nominations

0
110

En attendant les nominations au prix de l’influent syndicat des réalisateurs plus tard aujourd’hui, voici celles des chefs opérateurs. Elles ont été annoncées hier au siège de l’association à Hollywood. La cérémonie des 31èmes aura lieu le 4 février au Hollywood & Highland Ray Dolby Ballroom. L’acteur Denzel Washington (Fences) y recevra le Board of Governors Award et le chef opérateur Ed Lachman (nommé l’année dernière pour Carol) un prix honorifique pour l’ensemble de sa carrière.

Lion, sortie française le 22 février

 

Ce chef opérateur australien s’est fait un nom à Hollywood depuis le début de la décennie, après avoir été responsable de la photo de plusieurs films en Australie depuis le début du siècle. D’abord sollicité pour des courts-métrages, Greig Fraser (*1975) éclaire son premier long-métrage en 2005 à travers Jewboy de Tony Krawitz. Après avoir collaboré avec la réalisatrice Jane Campion sur sa contribution au film collectif Chacun son cinéma, il refait équipe avec elle pour Bright star. En 2010, il est associé à son premier film américain, Laisse-moi entrer de Matt Reeves. Il enchaîne rapidement sur Blanche-Neige et le chasseur de Rupert Sanders, Cogan Killing them softly de Andrew Dominik, Zero Dark Thirty de Kathryn Bigelow, qui lui vaut le prix de la Meilleure photo des critiques de New York en 2012, Foxcatcher de Bennett Miller, The Gambler de Rupert Wyatt, le blockbuster Rogue One A Star Wars Story de Gareth Edwards et donc Lion de Garth Davis pour lequel il vient d’être nommé également aux BAFTA.

Moonlight, sortie française le 1er février

 

Le fils de la costumière Aggie Guerard Rogers (La Couleur pourpre) a œuvré principalement dans le cinéma américain indépendant depuis une dizaine d’années. Il est le seul de ses confrères nommés cette année à n’avoir adhéré à aucun syndicat de chefs opérateurs. James Laxton décroche sa première nomination à l’Independent Spirit Award de la Meilleure photo en 2009 pour son premier long-métrage Medicine pour Melancholy, qui est aussi le premier film de son réalisateur Barry Jenkins. Il continue à travailler sur des films qui sont présentés au Festival de Deauville, mais qui n’ont point le privilège de sortir au cinéma en France, tels que The Myth of the American Sleepover de David Robert Mitchell, California solo de Marshall Lewy et Camp X-ray de Peter Sattler. Pour sa deuxième collaboration avec Barry Jenkins sur Moonlight, il a déjà décroché le grand chelem des prix des critiques américains, en en remportant les plus prestigieux prix de la Meilleure photo de la part des critiques de New York, de Los Angeles et de la National Society of Film Critics. Il a également reçu sa deuxième nomination aux Independent Spirit Awards pour Moonlight.

Silence, sortie française le 8 février

 

Ce Mexicain est le plus établi parmi ses confrères nommés cette année, puisqu’il décroche déjà sa troisième nomination au prix du syndicat des chefs opérateurs grâce au nouveau film de Martin Scorsese, après celles pour Frida en 2003 et pour Le Secret de Brokeback Mountain en 2006, qui lui avait valu aussi une nomination à l’Oscar de la Meilleure photo. Très recherché dans son pays natal dès les années 1990, Rodrigo Prieto (*1965) profite de l’engouement pour le cinéma mexicain au début du siècle, notamment grâce à Amours chiennes de Alejandro Gonzalez Iñarritu, pour s’installer à Hollywood. Il y travaille alors avec certains des réalisateurs les plus prestigieux, comme Julie Taymor (Frida), Curtis Hanson (8 Mile), Spike Lee (La 25ème heure), Alejandro Gonzalez Iñarritu (21 grammes, Babel et Biutiful), Oliver Stone (Alexandre et Wall Street L’Argent ne dort jamais), Ang Lee (Le Secret de Brokeback Mountain – Lion d’or au Festival de Venise en 2005 – et Lust caution – Lion d’or au Festival de Venise en 2007), Pedro Almodovar (Etreintes brisées), Kevin Macdonald (Jeux de pouvoir), Francis Lawrence (De l’eau pour les éléphants), Cameron Crowe (Nouveau départ), Ben Affleck (Argo – Oscar du Meilleur Film en 2013), Martin Scorsese (Le Loup de Wall Street), Tommy Lee Jones (The Homesman) et Morten Tyldum (Passengers).

La la land, sortie française le 25 janvier

 

A l’image de Greig Fraser, ce membre du syndicat suédois des chefs opérateurs s’est fait un nom à Hollywood depuis quelques années seulement. Après avoir travaillé pour le cinéma suédois pendant une dizaine d’années, il est responsable de l’aspect visuel de son premier film américain en 2012 avec Promised land de Gus Van Sant. Linus Sandgren (*1972) collabore par la suite à deux reprises avec le réalisateur David O. Russell sur American bluff et Joy, ainsi qu’avec Lasse Hallström sur Les Recettes du bonheur. Il vient de finir le tournage de son prochain film, La Bataille des sexes de Jonathan Dayton et Valerie Faris, pour lequel il avait retrouvé Emma Stone, la vedette de La la land de Damien Chazelle, le favori quasiment incontesté dans la course aux Oscars.

Premier contact

 

Le parcours de Bradford Young (*1977) n’est pas très différent de celui de ses contemporains. Ce chef opérateur américain a beaucoup travaillé sur des courts-métrages, avant de passer aux productions indépendantes, comme Middle of nowhere de Ava DuVernay, Mother of George de Andrew Dosunmu et Les Amants du Texas de David Lowery, puis à des films plus prestigieux tels que A Most Violent Year de J.C. Chandor, Selma de Ava DuVernay, pour lequel il fut nommé aux Independent Spirit Awards de la Meilleure photo en 2015, et Le Prodige de Edward Zwick.


Egalement hier, le syndicat a annoncé ses nominations pour les 4èmes prix ASC Spotlight, dédiés aux chefs opérateurs étrangers :

The Childhood of a Leader (Royaume-Uni) de Brady Corbet – Lol Crawley

House of others (Géorgie) de Russudan Glurjidze – Gorka Gomez Andreu

Tempestad (Mexique) de Tatiana Huezo – Ernesto Pardo

Mon ange (Belgique) de Harry Cleven – Juliette Van Dormael


https://youtu.be/fnnxLAa1Kxk

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici