Festivals News — 24 juin 2014
Alexandre Desplat président du jury à Venise

C’est une première dans l’histoire des trois plus grands festivals de cinéma : jamais un compositeur n’avait été nommé à la tête du jury de Cannes, Berlin ou Venise. Loin des réalisateurs et/ou acteurs généralement choisis pour ces hautes fonctions, le choix est audacieux et original. En 2005, le décorateur italien Dante Ferretti avait lui aussi présidé le jury de Venise, les grands techniciens n’étant pas beaucoup plus souvent proposés à ce même poste. Cette année à Berlin, autre exemple de ‘contre-programmation’, c’est le scénariste (et producteur) James Schamus qui avait été choisi comme président du jury, un métier là encore peu présent à la tête des jurys de ces festivals.

Aux Cesar 2011 (Francois Durand/Getty Images Europe)

Aux Cesar 2011 (Francois Durand/Getty Images Europe)

 

 

Le français est devenu un grand nom du cinéma international depuis La Jeune Fille à la perle de Peter Webber en 2003, premier jalon d’une carrière qui lui a permis d’obtenir six citations aux Oscars pour The Queen et Philomena de Stephen Frears, L’Etrange histoire de Benjamin Button de David Fincher, Fantastic Mr Fox de Wes Anderson (l’un de ses cinéastes fétiches), Le Discours d’un roi de Tom Hooper et Argo de Ben Affleck. Il a par ailleurs remporté 3 César pour De battre mon cœur s’est arrêté et De rouille et d’os de Jacques Audiard qui est son grand parrain au cinéma, depuis Regarde les hommes tomber en 1994, et pour The Ghost Writer de Roman Polanski.

Sa légitimité à cette fonction est incontestable. Il est respecté de ses pairs et a marqué des dizaines de films par ses compositions variées et ambitieuses, ne citons que Birth de Jonathan Glazer, Moonrise Kingdom pour Wes Anderson, Reality de Matteo Garrone ou La Vénus à la fourrure de Roman Polanski, qui vient d’ailleurs de sortir en Amérique avec un succès réel sur le circuit art et essai. Cette année on lui doit les partitions primesautière de The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson, angoissante de Godzilla de Gareth Edwards et énergique de The Monuments Men de George Clooney dans laquelle il apparaît en fermier qui tente d’apprendre le français à Matt Damon. Évidemment ses compositions pour les inédits Suite française de Saul Dibb et Unbroken d’Angelina Jolie ne leur permettront pas d’être présentés en compétition. Il a également signé la musique de Lust, Caution d’Ang Lee, lion d’or en 2007.

Alexandre Desplat succède à Quentin Tarantino, Darren Aronofsky, Michael Mann et Bernardo Bertolucci qui avaient respectivement primé Somewhere de Sofia Coppola, Faust d’Alexandre Sokourov, Pietà de Kim Ki-duk et Sacro GRA de Gianfranco Rosi, un documentaire. En 2010, il faisait partie du jury présidé par Tim Burton qui a remis la Palme d’or à Oncle Boonmee d’Apichatpong Weerasethakul, aux côtés d’un certain Alberto Barbera, invité alors en tant que directeur du Musée National du Cinéma de Turin et nommé depuis à la tête du Festival de Venise en 2012, après un premier passage de 1999 à 2001.

Alberto Barbera, Benicio Del Toro, Kate Beckinsale, Alexandre Desplat, Shekhar Kapur, Victor Erice, Emmanuel Carrere, Giovanna Mezzogiorno et Tim Burton (Michael Buckner/Getty Images Europe)

Alberto Barbera, Benicio Del Toro, Kate Beckinsale, Alexandre Desplat, Shekhar Kapur, Victor Erice, Emmanuel Carrere, Giovanna Mezzogiorno et Tim Burton, le jury de Cannes 2010 (Michael Buckner/Getty Images Europe)

 

 

Alberto Barbera a précisé dans un communiqué officiel qu’Alexandre Desplat « n’est pas seulement l’un des plus grands compositeurs de musiques de films actif aujourd’hui, il est également un cinéphile ardent et dont la sensibilité artistique extraordinaire est nourrie par une connaissance profonde du cinéma, de son histoire et de son langage ». Le compositeur ajoute :  » C’est grand honneur et une responsabilité ardue d’être nommé président du jury d’un festival si prestigieux. Le cinéma italien a influencé mes goûts personnels et ma musique, plus que n’importe quelle autre cinématographie. Je suis d’ailleurs fier de succéder à monsieur Bernardo Bertolucci. »

golden era

Le film de clôture a déjà été annoncé, il s’agira de de la réalisatrice , une biographie de la vie de l’écrivaine radicale Xiao Hong, interprétée par , héroïne de… Lust, Caution. La hongkongaise Ann Hui, dont la carrière a trouvé une nouvelle jeunesse grâce à son précédent film, le superbe Une vie simple, sera lors de ce même festival la présidente du jury Orizzonti. , Grand Prix du jury à Cannes cette année pour Les Merveilles, va elle mener le jury des premiers films.

La 71ème Mostra de Venise aura lieu cette année du 27 août au 6 septembre.

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Pascal Le Duff

Cet article a été écrit par Pascal Le Duff, rédacteur en chef cinéma sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles