parajumpers ugo jacket the windows 7 ultimate product key you typed is invalid for activation parajumpers web store parajumpers ugo jacket canada goose jacket edmonton canada goose youth price parajumpers masterpiece owner
La Colère des Titans

La Colère des Titans, l'affiche du film

Américain : 2012
Titre original :
Réalisateur : Jonathan Liebesman
Scénario : Greg Berlanti , Dan Mazeau , David Leslie Johnson , Steven Knight
Acteurs : , ,
Distribution : Warner Bros. France
Durée : 1h39
Genre : Aventure, Fantastique, Action
Date de sortie : 28 mars 2012

Globale : [rating:2][five-star-rating]

Après un peu apprécié Choc des Titans, Warner Bros remet ça avec cette fois Jonathan Liebesman aux commandes de . Le dernier long métrage signé de sa patte était l’on ne peut plus décevant World Invasion : Battle Los Angeles, qui avait fait l’erreur de promettre du génial en se contentant de nous donner du potable. Ainsi, même pas assis dans la salle qu’on s’inquiète déjà du pauvre coup marketing bourré d’effets spéciaux pour lequel on s’est déplacé. Ca promet.

SynopsisDix ans après avoir vaincu le monstre Kraken, au terme d’une bataille héroïque, Persée, demi-dieu et fils de Zeus, tente de mener une vie paisible dans un village où il est pêcheur et s’occupe, seul, de son fils de dix ans, Hélius.

Mais Persée ne se doute pas que les dieux se sont engagés dans une lutte de pouvoir qui menace son existence tranquille. Affaiblis par le manque de dévotion des hommes, les dieux risquent bien de perdre leur immortalité et de ne plus pouvoir garder le contrôle sur leurs redoutables prisonniers, les Titans, et leur chef cruel, Kronos, père de Zeus, de Hadès et de Poséidon : les trois frères ont détrôné leur père depuis longtemps et l’ont envoyé croupir au plus profond du Tartare, donjon situé dans les entrailles des Enfers.

Désormais, Persée n’a d’autre choix que d’accepter son destin lorsque Hadès et Arès, fils de Zeus, changent de camp et passent un accord avec Kronos pour capturer le roi des dieux. Tandis que les pouvoirs divins de Zeus diminuent, la puissance des Titans, elle, s’accroît, et les forces des ténèbres se déchaînent sur Terre.

Persée fait appel à la reine guerrière Andromède, au fils de Poséidon, le demi-dieu Agénor, et au dieu déchu Héphaïstos pour s’enfoncer dans les Enfers dans le but de libérer Zeus, de vaincre les Titans et de sauver l’humanité…

La Colère des Titans, photo du film

Il y avait de quoi s’inquiéter.

Bien que peu apprécié, Le Choc Des Titans avait réalisé d’excellents résultats au boxoffice. Il est donc inutile d’être une flèche pour comprendre que n’est là que pour réaliser un coup marketing et tirer un maximum de bénéfices de cette histoire. D’ailleurs, pour pouvoir profiter de tout ça, les scénaristes ont été contraints d’inventer une sorte de « mythe perdu » qui pourrait être intégré à l’épopée de Persée. Le problème, c’est que, très concrètement, il n’y a pas grand chose à se mettre sous la dent. L’idée de base est intéressante, puisque voir le réveil du tout puissant Chronos promet du spectacle sur le papier. Un petit conflit entre Dieux est tout à fait crédible, mais toute la population de l’Olympe est mise à la trappe au profit des quatre Dieux les plus connus : Hadès, Arès, Zeus et Poséidon. Les autres disparaissent mystérieusement sans qu’on ne les ait même aperçu… Ensuite, une fois les faits expliqués et le décor planté, l’ami Persée se lance dans une folle escapade, aussi molle qu’un paquet de Kremas laissé au soleil et complètement dénuée d’intensité. Vaincre une chimère en deux coups d’épée, survivre à une attaque de cyclope… Tout ça, c’est bien joli, mais encore faut-il que le spectateur en ait pour son argent, et quand ça ne dur pas plus de 47 secondes à l’écran et que c’est trop gentil, on s’ennuie.

D’un point de vue technique, les carences du scénario auraient pu être comblées. Auraient pu, oui, mais n’ont pas. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’à trop user des effets spéciaux pour réussir La Colère Des Titans et donc nous en mettre plein la vue, on a l’impression que tout ne repose plus que là dessus. Les créatures mythologiques sont très réussies, certes, et la scène finale avec Chronos est très agréable à voir, mais à trop en abuser, on finit par ne plus voir que ça. Des effets visuels sympathiques donc, mais présents en trop grand nombre et gâchés par une conversion 3D que l’on n’arrêtera jamais de critiquer. Les couleurs sont donc fades, ternes, et très honnêtement, on passe notre temps à se plaindre de cette pratique et à se demander à quoi ça sert. La grande question, maintenant, est de savoir pourquoi cette conversion est si prisée actuellement. Critiquée à répétition, on se demande pourquoi Jonathan Liebesman a encore utilisé cette technique, alors qu’il aurait pu (et aurait dû, c’est ce qui était prévu) tourner en 3D. Mystère…

La Colère des Titans, photo du film

Pour ce qui est du casting, sur le papier, c’est intéressant. A l’écran aussi, avec tout de même quelques déceptions… a quelque chose, et fait un Zeus tout à fait crédible par la classe et la sagesse qui se dégage de lui. En revanche, se perd dans son propre rôle (Hadès) et Edgar Ramirez se contente de froncer méchamment les sourcils à chacune de ses apparitions en Arès… Parmi les rôles principaux, la seule représente de la gente féminine, Rosamund Pink (Andromède) n’apparaît que très peu à l’écran, mais est rayonnante et apporte un peu de fraîcheur à un film plein de muscles et de sueur. Le plus intéressant reste probablement Toby Kebbel, qui semble hyper à l’aise dans la peau d’Agénor, demi Dieu et fils de Poséidon. Une très belle performance pour un acteur qu’on ne voit pas assez. , quant à lui, fait un Persée qui ne lui va absolument pas. Peut-être était-ce sa coupe de cheveux, pleine d’étranges bouclettes qu’on ne lui connaissait pas… Malgré cela, il remplit son contrat et fait son job, même s’il nous avait habitué à mieux.

Résumé

La Colère des Titans est un coup marketing, rien de plus. L’histoire, inventée, est trop légère pour passionner, et la 3D déçoit encore, heureusement que les acteurs sont là pour empêcher le naufrage…
Image de prévisualisation YouTube

Related Articles

Share

About Author

Axel

Cet article a été rédigé par Axel Spaenlé, Rédacteur de Critique Film.