Wake Wood

0
1947
Wake Wood

Wake WoodWake Wood

Irlande, Angleterre : 2010
Titre original : Wake Wood
Réalisateur : David Keating
Scénario : David Keating
Acteurs : Eva Birthistle, Ella Connolly, Amelia Crowley
Distribution : Fantastic Films
Durée : 1h30
Genre : Drame , Epouvante-horreur , Thriller
Date de sortie : Prochainement

Réalisation :  [rating:2.0]
Scénario :       [rating:2.5]
Acteurs :         [rating:2.0]
Musique :       [rating:1.5]
Globale :         [rating:2.0]
[five-star-rating]

Wake Wood est un film d’horreur produit par la légendaire compagnie Hammer Film Productions qui semble renaitre de ses cendres. Un film qui fait forcément penser à Simetierre avec cette histoire de cadavre ressuscité, même si ici l’aspect dramatique est davantage mis en avant. Alors est-ce que la Hammer va retrouver sa gloire d’antan et proposer des films d’horreur de haut niveau ?

Synopsis : Toujours traumatisés par la mort de leur fille unique, Alice, suite à l’attaque d’un chien enragé, Patrick et Louise déménagent dans la petite bourgade reculée de Wake Wood. Là-bas, alors que la vie reprend son cours, ils apprennent qu’un rite païen séculaire pratiqué dans la région pourrait leur permettre de déjouer le décès de la fillette de neuf ans et passer ainsi trois jours de plus avec elle. D’abord choqués à cette idée, le vétérinaire et la pharmacienne se font pourtant rattraper par leur chagrin et passent un marché avec Arthur, le maire de Wake Wood. Mais alors que les préparatifs pour la cérémonie débutent, une question s’impose à eux : que feront-ils quand Alice devra repartir ?

Wake WoodLa tension monte progressivement

Wake Wood nous choque au départ par la très mauvaise qualité des images. On se croirait dans un feuilleton français et c’est terriblement dérangeant. Comme tout, on s’y fait et une fois qu’on a habitué sa rétine à la laideur de ce que l’on voit, on peut entrer dans l’histoire. Dès le départ on assiste à la mort d’Alice, une petite fille qui se fait sauvagement attaquer par un chien (en même temps vu la dégaine du chien on se demande comment elle a pu s’approcher de la bête féroce). La scène est violente et on est vite surpris par tant de sauvagerie.

Wake Wood se déroule dans un petit village et on se dit qu’il est sympa de voir un film d’horreur rural et axé sur les coutumes et secrets de nos campagnes. En effet la cérémonie de résurrection au coin d’une ferme avec de charmants paysans crée une atmosphère gênante et le coté huit clos du village est plus angoissant. Hormis cette scène et celle de la mort d’Alice, il n’y a pas grand chose de vraiment effrayant durant la première moitié du film. Le scénario s’attache plus à montrer jusqu’où peuvent aller des parents endeuillés pour retrouver leur enfant (égoïsme, perte de la raison…) même l’espace d’un instant, et la façon qu’ils ont de se donner l’illusion d’un bonheur retrouvé tout en sachant qu’il ne durera pas.

Wake WoodUne enfant démoniaque qui ne laisse pas de marbre

Ensuite on entre dans une seconde partie caractérisée par une montée progressive de la tension. Ce passage ressemble plus à un film de slasher, avec une enfant démoniaque totalement imprévisible qui enchaine les meurtres de sang froid et qu’il semble impossible à stopper. Une partie plus prenante qui réussit à nous terrifier grâce à la petite Alice vraiment très inquiétante. Tout le petit village semble dépassé par les événements, à commencer par les parents. On réalise qu’il y a des conséquences à ramener un mort à la vie et qu’il vaut mieux parfois accepter la disparition de l’être cher.

La petite Alice jouée par Ella Connolly est totalement angoissante, passant d’un visage d’ange à un air de diable, elle interprète son rôle avec panache et talent. Le reste du casting est moins intéressant, à l’image d’Eva Birthistle (The Children, La Ronde de nuit) qui tient le rôle plus nuancé de la mère. Elle ne nous convainc malheureusement pas toujours.

Résumé :

Wake Wood est un petit film sans prétention qui dispose d’un bon scénario, d’une mise en scène intelligente et qui nous réserve quelques frayeurs. On regrettera la laideur des images qui gâche le film en lui donnant un aspect téléfilm. On attendait mieux de la part de la Hammer mais gageons qu’ils améliorent leurs productions avec le temps.

[youtube width= »620″ height= »380″]http://www.youtube.com/watch?v=qS_L06Mub40[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici