Twin Peaks sans David Lynch, c’est comme…

3
237

twin-peaks-without-david-lynch-is-like 01

annonçait ce lundi son retrait du tournage des nouveaux épisodes de précisant qu’il estimait que la chaîne Showtime ne lui proposait pas un budget suffisamment élevé pour tourner les scénarios des neuf épisodes écrits avec dans des conditions satisfaisantes. La comédienne Mädchen Amick a posté sur son compte WhoSay une vidéo «  without is like… » avec un lien vers une page Facebook où elle appelait ses anciens partenaires à rajouter leur propre commentaire. Elle a aussi écrit sur son compte Twitter cette phrase éloquente : «  a deux capitaines, et … sans eux le bateau pourrait bien couler »

twin peaks madchen amick

Plus d’une dizaine d’acteurs des deux premières saisons de la série culte dont on ignore encore s’ils feront tous leur retour dans les nouveaux épisodes ont répondu à cet appel ainsi que sa fille Jennifer Lynch, qui avait écrit à l’époque le journal intime de Laura Palmer. Ils expriment leur désarroi face à cette décision avec humour (avec parfois des références à leurs personnages) et cette phrase appelée à devenir un slogan de ralliement : «  sans , c’est comme… ». L’air de rien, revoir cette belle troupe est sacrément touchant en attendant de les voir (on l’espère toujours) in situ. Ray Wise, l’inoubliable père de Laura Palmer a ensuite posté sur son compte Twitter son soutien à son mentor et ami. Pas de réaction publique pour l’instant de Kyle Mac Lachlan alias Dale Cooper.

twin peaks david lynch ray wise

sans , c’est comme… sans ses acteurs d’origine, non ? Autant dire que le projet risque bien de s’effondrer si son créateur ne revient pas pour diriger les neuf épisodes comme cela était prévu au départ.

Voici la vidéo :

En VF par ordre d’apparition à l’écran :

sans , c’est comme… une fille sans secret ( alias Laura Palmer)

sans , c’est comme… un chien sans aboiement ( alias Bobby Briggs)

sans , c’est comme… des yeux sans sourcils ( alias Audrey Horne)

sans , c’est comme… une serveuse sans son uniforme (Mädchen Amick alias Shelly Johnson)

sans , c’est comme… des tartes sans leurs cerises ( alias Norma Jennings)

sans , c’est comme… une moto sans son pilote (James Marshall alias James Hurley)

sans , c’est comme… un bureau de shérif sans donut (Kimmy Robertson alias Lucy Moran)

sans , c’est comme… une veste en cuir sans cuir ( alias Mike Nelson)

sans , c’est comme… une bûche sans écorce ( alias la dame à la bûche)

sans , c’est comme… des tringles à rideaux sans boule de coton ( alias Nadine Hurley… avec son bandeau sur l’oeil!)

sans , c’est comme… le feu sans la chaleur ( alias le manchot… devant un feu de cheminée)

sans , c’est comme… un trou sans son donut (Jennifer Lynch)

et en message écrit :

sans , c’est comme… la tristesse sans le rire, ou le rire sans la tristesse (Grace Zabriskie alias Sarah Palmer)

sans , c’est comme… Abbott sans Costello, Bela sans Lugosi… Franken sans stein (Charlotte Stewart alias Betty Briggs)

Et pour vous, sans , c’est comme quoi ? Cher(s) lecteur(s) et/ou lectrice(s) de critique-film, toi aussi, tourne ta vidéo «  sans , c’est comme… » ou exprime-toi dans les commentaires ! Oui, à critique-film, on pratique le tutoiement familier ! C’est pas cinevibe ou cinechronicle ici !

Le hashtag officiel : #SaveTwinPeaks

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici