Tetro

0
404

Tetro

États Unis, Argentine : 2009
Réalisateur : Francis Ford Coppola
Acteurs : Vincent Gallo, Alden Ehrenreich, Maribel Verdú
Distribution : Memento Films Distribution
Durée : 2h07
Genre : Drame
Date de sortie : 23/12/09

Globale : [rating:4][five-star-rating]

Assumé par Coppola comme en partie autobiographique, Tetro est également un des rares films dont il a écrit le scénario lui-même. Il livre à travers ses personnages beaucoup de lui-même .

Synopsis :
Tetro est un homme sans passé. Il y a dix ans, il a rompu tout lien avec sa famille pour s’exiler en Argentine. A l’aube de ses 18 ans, Bennie, son frère cadet, part le retrouver à Buenos Aires. Entre les deux frères, l’ombre d’un père despotique, illustre chef d’orchestre, continue de planer et de les opposer. Mais, Bennie veut comprendre. A tout prix. Quitte à rouvrir certaines blessures et à faire remonter à la surface des secrets de famille jusqu’ici bien enfouis.

Violence de la vie familiale

« L’amour dans ma famille, c’est un couteau dans le dos» dit Tetro (Vincent Gallo) dans une des scènes du film.  Tout est dit dans cette phrase qui cristallise les dérives de son personnage principal de fuite en hôpital psychiatrique et d’hôpital en fuite.

Coppola filme  les retrouvailles de deux frères (qui en fait ne le sont pas) plus de 10 ans après le départ de l’ainé.

Retrouvailles compliquées faites d’affection, de rejet, de non-dits jusqu’à la brutalité d’une explication finale.

Tendus, vibrants, à la limite de la rupture tous les deux, cherchant tantôt à s’affronter, tantôt  à se protéger, ils vont retisser le fil de leur histoire sous l’ombre d’un père, musicien et chef d’orchestre célèbre qui a étouffé sa famille sous le poids de sa gloire.

De la presque candeur du cadet à l’abrupte et sourde colère de l’ainé, c’est 20 ans de leurs vies qui explose. Cette vie que Tetro a écrit lors de son internement et dont Bennie (Alden Ehrenreich),  le cadet va subtiliser les feuillets pour monter  une pièce dont il veut faire l’instrument qui recréera le lien avec son ainé qu’il vénère et le sortira de son autodestruction compulsive.

Dans une mise en scène parfaite

La réalisation est sans fioritures, la caméra scrute les visages, les regards sans concession. La tension est rendue d’autant plus palpable que Coppola a choisi un noir et blanc âpre pour toutes les scènes du présent, seuls les souvenirs étant en couleurs.

Le film est émouvant malgré sa noirceur notamment quand on sait que Coppola et Gallo y ont introduit des éléments autobiographiques(le père de Coppola était un grand musicien et comme dans le film il a étouffé la carrière de son oncle, Coppola a eu des relations difficiles avec son frère ainé, le père de Gallo le battait comme il l’évoque dans une scène de l’hôpital psychiatrique.).

Gallo et le jeune Ehrenreich y sont criants de vérité, de douleur, d’amour et d’émotion.

Résumé

Un beau moment de cinéma et la démonstration par un artiste que les démons intérieurs peuvent être vaincus  par l’amour et la création.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=OA-YmWlAPxg&feature=fvst[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici