Test DVD : Un monstre à mille têtes

5
47

un monstre à mille têtes dvd
: 2015
Titre original : Un Monstruo de Mil Cabezas
Réalisateur :  
Scénario :
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1 h 12
Genre : Drame, Thriller
Date de sortie cinéma : 30 mars 2016
Date de sortie DVD : 16 août 2016

 

 

Dans une tentative désespérée d’obtenir le traitement qui pourrait sauver la vie de son mari, Sonia Bonet part en lutte contre sa compagnie d’assurance aussi négligente que corrompue. Elle et son fils se retrouvent alors pris dans une vertigineuse spirale de violence. Un animal blessé ne pleure pas, il mord…

un monstre à mille tetes 5

Le film

[3.5/5]

En mars 2008, la sortie en salles du film mexicain La Zona avait marqué les esprits de nombreux spectateurs par son discours et par son côté percutant. On apprenait que Rodrigo Plá, dont c’était le premier long métrage, était uruguayen mais vivait au Mexique. Desierto Adentro et La Demora, ses 2 films suivants, étaient passés quelque peu inaperçus quand bien même leurs qualités étaient, à nouveau, évidentes. Dans sa dénonciation des injustices, Rodrigo Plá continue, dans Le monstre à mille têtes, de mettre le doigt là où ça fait mal, s’attaquant cette fois ci à la corruption qui règne dans son pays d’adoption (mais, sans doute, dans de nombreux autres pays) dans certaines compagnies d’assurance liées à la santé (toutes, peut-être!), à la désinvolture et au cynisme de leurs dirigeants qui se soucient davantage de la santé de leur compte en banque que de celle de leurs clients. Pour étayer sa démonstration, nul besoin d’un scénario alambiqué, nul besoin d’un film qui n’en finit pas : juste, pendant moins de 75 minutes, une femme, Sonia, la quarantaine, classe moyenne, l’épouse d’un malade du cancer, qui pète les plombs face à sa difficulté à joindre le médecin coordinateur de la compagnie d’assurance censée leur garantir les soins adéquats, afin d’obtenir de lui qu’il revienne sur sa décision de refuser le traitement expérimental qui pourrait sauver son mari. Mais, que voulez vous, on est le vendredi après-midi, le week-end s’annonce, la partie de squash que le Docteur Villalba a planifié avec le DG et le DRH de la compagnie d’assurance est autrement plus importante que la vie d’un client. De fil en aiguille, Sonia, suivie par son fils Dario qui essaye vainement de la raisonner, va en arriver, poussée à bout, à des extrémités condamnables mais qu’on peut arriver à comprendre.

 

un monstre à mille têtes

 

L’idée de départ et le scénario de Un monstre à mille têtes sont l’œuvre de Laura Santullo, l’épouse du réalisateur, déjà scénariste ou co-scénariste de ses films précédents. Une idée venant probablement de l’addition de plusieurs histoires véridiques, Laura Santullo passant, d’après son mari, beaucoup de temps sur les forums du web : c’est là que, dit-il, elle trouve le plus souvent la matière pour ses scenarii ou ses romans. Dans un premier temps, n’arrivant pas à écrire un scénario satisfaisant à partir de son idée de départ, elle a écrit un roman qui fut publié au Mexique et en Uruguay, et, à partir, de ce roman, l’écriture d’un scénario est devenu plus évidente. Devenu le bébé de Rodrigo Plá  et de ses comédien(ne)s, le scénario a subi quelques retouches et a fait l’objet d’une réalisation qui apporte beaucoup à l’aspect thriller du film : uniquement des plans fixes, une grande importance apportée au cadrage, une grande quantité de scènes filmées au travers d’une vitre ou provenant d’un reflet, la superposition, sur les images de certains protagonistes au moment de l’action, de leurs témoignages sonores lors de leur intervention au moment du procès, tout cela permet une montée graduelle de la tension. Dans le rôle de Sonia, Jana Raluy, comédienne « multicarte » (théâtre, téléfilms, séries TV, cinéma), s’avère d’une grande justesse et elle contribue grandement à tirer le film vers le haut. Malgré la volonté affichée par le couple scénariste / réalisateur de ne pas retranscrire le seul point de vue de Sonia et, au contraire, de permettre à tous les protagonistes d’expliciter leurs motivations, on ne peut s’empêcher, finalement, d’épouser la cause qu’elle défend, quand bien même les moyens employés s’avèrent plus que contestables. Ne serait ce que par l’a priori raciste affiché par un des protagonistes lorsqu’il décrit Sonia : « elle était bien habillée, blanche, accompagnée de son fils. Une personne correcte, a priori« . Ne serait-ce que par ce que confesse le Docteur Villalba, sur les primes accordées aux coordinateurs qui refusent des traitement onéreux à des patients.

un monstre à mille têtes 8

Le DVD

[3/5]

Le choix laissé au spectateur par Memento Films pour visionner le film est plus que minimal, mais, finalement, seuls les adeptes de la VF vont trouver à redire : seules possibilités, la VO sous-titrée et le son Dolby 5.1 ! Le choix du réalisateur d’offrir de nombreuses scènes peu éclairées et l’utilisation fréquente d’images prises au travers de vitres ou provenant d’un reflet ne facilitaient pas le transfert sur le support DVD : vues ces difficultés, le résultat obtenu est tout à fait honorable. Quant au bonus, il consiste en une interview du réalisateur,  d’une durée de 11 minutes, réalisée en mars 2016 par le journaliste et scénariste Philippe Piazzo. Y sont exposés le mode de travail de  Rodrigo Plá et celui de son épouse et, pour finir, un scoop concernant leur prochain film : alors que, jusqu’à présent, ils avaient toujours un a priori en ce qui concerne les sujets traités, le prochain, c’est promis, traitera un thème sur lequel ils n’ont pas d’opinion tranchée.

 

un monstre à mille têtes 2

 

5 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici