Test DVD : The Lab

1
459

The Lab

The lab DVDIsraël : 2013

Titre original : Hamaabada
Réalisateur :Yotam Feldman

Éditeur : Les Mutins de Pangée
Durée : 0h57
Genre : Documentaire
Date de sortie cinéma : –
Date de sortie DVD : 19 janvier 2016

 

Israël est en état de guerre permanent. Forts de leurs années d’expériences sur le peuple palestinien, les industriels de l’armement et des techniques sécuritaires ont développé un savoir-faire qui s’exporte très bien dans le monde. Acheter israélien, c’est la garantie d’obtenir des armes testées grandeur nature.
Le réalisateur Yotam Feldman enquête dans cet univers glaçant auprès de ces maîtres de guerre qui se livrent sans complexes devant la caméra. Pour eux, la guerre est un business, Gaza un showroom mondial et les palestiniens, une simple variable sur une équation …

The lab 1

Le film

[4/5]

« The Lab », le laboratoire. « C’est quoi un laboratoire ? », s’interroge le Général de réserve Shimon Naveh, à la tête de l’Institut Opérationnel de Recherche Théorique de l’armée israélienne de 1996 à 2006 : « c’est l’opportunité d’étudier, et étudier, ce n’est pas accomplir ce que je sais faire, c’est bien accomplir ce que je ne connais pas ». Depuis près de 70 ans, pour Israël, chaque nouvelle guerre représente une nouvelle expérience. Son laboratoire préféré se situe en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Auparavant, la vie et la guerre s’opposaient et il fallait stopper la guerre pour laisser place à la vie. En Israël, aujourd’hui, la vie et la guerre cohabitent, la guerre étant même devenue un avantage à tel point qu’on ne peut plus imaginer la vie sans la guerre. C’est ce que, en moins de 60 minutes très intenses, le réalisateur Yotam Feldman démontre en allant à la rencontre de marchands d’armes, de militaires et de politiques. Des rencontres qui, à l’exception de l’une d’entre elles se déroulant lors d’un salon de l’armement parisien, se déroulent de façon très accorte, avec des gens qui, sans fausse pudeur, de façon souriante, voire rigolarde ou bien avec beaucoup d’aplomb et de certitudes, nous parlent de leur métier et de leurs succès, quand bien même ils se sont forgés sur des milliers de morts. Certaines interventions font dans le cynisme, qu’il soit ingénu ou revendiqué, d’autres montrent qu’on peut être un marchand d’armes tout en sachant faire preuve de lucidité. Et on entre même dans le domaine mathématique avec une équation donnant la probabilité qu’une organisation s’effondre en fonction du pourcentage de ses membres qui ont été « neutralisés » !

the lab 7

Dans ce pays où, lorsqu’on termine sa carrière dans l’armée, si possible dans un poste important, il semble presque évident de devenir marchand d’armes ou ministre, la vente des armes représente une part importante de l’économie, avec un chiffre d’affaires de l’ordre de 7 milliards de dollars et 150 000 foyers qui dépendent de l’industrie de l’armement. On parle souvent, avec envie, du miracle économique israélien et, très naïvement, on se demande comment cela est possible dans le contexte de conflits militaires que connait le pays, mais peut-être est-ce possible, au contraire, grâce à eux ! En effet, Israël, grâce aux intifadas, aux combats menés entre autres à Jénine, à Naplouse et à Gaza, est devenue le spécialiste mondial des combats en zone urbaine, inventant de nouvelles armes, comme le « Corner Shot », accessoire pour arme à feu permettant de « tirer dans les coins », inventant de nouvelles pratiques militaires, comme celle qui permet d’inverser la situation que l’on connaissait auparavant dans les guérillas urbaines : en investissant les maisons, en passant de l’une à l’autre en creusant des trous dans les cloisons, ce sont les « autres », les ennemis qui se retrouvent dans la rue, sans protection. Bien entendu, ces inventions, ces armes et ces pratiques militaires testées dans la vraie … mort, Israël les vend, que ce soit à l’armée américaine pour ses combats en Irak ou en Afghanistan, ou à la police brésilienne pour sa politique dite de pacification dans les favelas. Autant dire qu’à la vision de ce film, on comprend pourquoi Israël, depuis des années, fait semblant de vouloir la paix, tout en prenant un maximum d’actions qui ne manqueront pas d’entretenir cet état de guerre quasi permanente. Une impression qui ne pourra qu’être renforcée par la vision de Defamation, autre documentaire israélien consacré à l’antisémitisme que Les Mutins de Pangée sort simultanément en DVD. Voir critique.

The lab 3

Le DVD

[ 4/5]

On se doit de remercier Les Mutins de Pangée d’avoir mis à notre disposition, via ce DVD, ce documentaire de 2013, documentaire important mais inédit en France si l’on excepte son passage sur les écrans de Montpellier, lors du Festival International du Cinéma Méditerranéen de 2013, et lors de quelques projections, le plus souvent organisées en faveur de la Palestine. Un documentaire que l’on visionnera en 5.1 et en version originale sous-titrée. Le transfert sur DVD des images filmées par Philippe Bellaïche ne souffre d’aucun défaut et le son est en phase avec ce qu’on attend d’un documentaire. Comme complément, un entretien avec Dominique Vidal, historien et journaliste, collaborateur du Monde Diplomatique. Dans cet entretien, Dominique Vidal apporte une lumière intéressante sur quelques passages de The Lab et ajoute quelques éléments importants : suite à la deuxième Intifada, l’état d’Israël a légalisé les exécutions extrajudiciaires, pratique que les Etats-Unis ont reprise à grande échelle, en particulier en Irak, en utilisant le plus souvent des drones. Selon Dominique Vidal, ces exécutions (mal) ciblées auraient fait 5000 victimes dont 98 % de victimes civiles. Toujours d’après Dominique Vidal, Daech serait le résultat le plus probant de ce type de pratique ! Quant au Hezbollah et au Hamas, remarque-t-il, la science militaire israélienne n’a pas réussi à en venir à bout.

The lab 10

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici