DVD — 28 juillet 2016
Test DVD : The finest hours

 
États-Unis : 2016
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : , ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h52
Genre : Aventures, Drame, Historique
Date de sortie cinéma : 24 février 2016
Date de sortie DVD : 6 juillet 2016

 

 

Le 18 février 1952, l’une des pires tempêtes qu’ait jamais connues la côte Est des États-Unis s’abat sur la Nouvelle-Angleterre. Elle ravage les villes du littoral et détruit tout sur son passage, y compris deux pétroliers de 150 mètres. Le SS Pendleton et le SS Fort Mercer, en route respectivement pour Boston (Massachusetts) et Portland (Maine), sont littéralement brisés en deux. Les équipages restent piégés à l’intérieur des navires voués à sombrer rapidement. Le premier assistant mécanicien Ray Sybert, officier responsable à la poupe du Pendleton, réalise très vite qu’il lui appartient de prendre en charge des marins terrifiés et de les amener à travailler ensemble pour maintenir le navire à flot le plus longtemps possible…

 

 

Le film

[3/5]

Quelques mois après avoir navigué sur les flots dans Au cœur de l’océan, Disney nous propose de reprendre la mer pour un nouveau film historique mettant en scène une poignée de marins aux prises avec la grande bleue dans The finest hours.

Prenant place dans les années 50, le film nous narre les déboires maritimes de deux pétroliers en détresse et de leur sauvetage héroïque par les garde-côtes, et s’inscrit dans une longue tradition de films catastrophe Hollywoodien destinés à mettre en exergue le courage et la détermination d’une poignée d’hommes prêts à tout pour s’accrocher à la vie.

Aux commandes du navire The finest hours, on trouvera le capitaine Craig Gillepsie, qui après deux comédies en 2007 (Mr Woodcock, Lars and the real girl) et un nanar horrifique en 2011 (le remake de Fright night), semble aujourd’hui s’être recyclé dans le classicisme le plus américain qui soit avec Million dollar arm (2013) et The finest hours (2016), tous deux produits et distribués par Disney. Le film enchaine donc tous les passages obligés du genre (non sans une certaine mièvrerie par moments), afin de mettre en avant la grandeur d’âme de ces valeureux marins.

Mais ce qui fait vraiment la valeur de The finest hours, ce sont ses impressionnants moments de bravoure en mer, qui parviennent à le hisser sans peine au statut d’excellent divertissement familial et un brin désuet.

 

 

Le DVD

[4/5]

Il n’y a pas à se plaindre, le DVD édité par Walt Disney France nous permettra de découvrir le nouveau film de Craig Gillepsie dans des conditions tout à fait satisfaisantes. Aux États-Unis, The finest hours est sorti en Blu-ray au mois de mai ; en France, nous n’aurons droit qu’à une sortie DVD. C’est certes dommage, car les qualités techniques du film et la sublime photo signée Javier Aguirresarobe (La route, Les autres…) auraient sans doute mérité un encodage en haute définition. Mais il faut avouer que Disney est rodé au format DVD, et nous propose une nouvelle fois un master sans faille : définition, piqué et couleurs composent plutôt bien avec les limites d’un encodage en définition standard. VF et VO sont proposées en Dolby Digital 5.1, dans des mixages dynamiques, bien enveloppants et très riches en basses.

En guise de bonus, et pour consolider l’expérience « cinéma », l’éditeur nous propose simplement une série de bandes-annonces en avant-programme.

 

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles