Test DVD : Infidel

0
663

Infidel

États-Unis : 2019
Titre original : –
Réalisation : Cyrus Nowrasteh
Scénario : Cyrus Nowrasteh
Acteurs : Jim Caviezel, Claudia Karvan, Hal Ozsan
Éditeur : SAJE Distribution
Durée : 1h48
Genre : Thriller
Date de sortie DVD : 15 septembre 2021

Un journaliste américain donne une conférence au Caire et se fait kidnapper. Il se retrouve prisonnier etn Iran pour espionnage. Le gouvernement américain l’oublie, son épouse, fonctionnaire au département d’État, prend les choses en mains et se rend en Iran, déterminée à le faire sortir…

Le film

[3/5]

Infidel est un thriller teinté d’action écrit, réalisé et produit par Cyrus Nowrasteh, mettant en scène Jim Caviezel et Claudia Karvan, qui avaient déjà joué un couple dans l’intéressant Long Weekend en 2008. Il s’agit également de la deuxième collaboration entre Cyrus Nowrasteh et Jim Caviezel après La lapidation de Soraya M., également tourné en 2008. Comme on pouvait s’y attendre, Infidel s’imposera comme le digne successeur de La lapidation de Soraya M., dans le sens où ce nouveau film s’attarde à nouveau sur les abus de pouvoir et la corruption régnant au cœur du régime iranien, qu’il dénonce et condamne d’une façon pour le moins manifeste.

L’histoire est centrée sur Doug (Jim Caviezel), un blogueur chrétien, et ses démêlés avec la République islamique d’Iran, qui l’accuse d’être un espion. Les preuves qui l’accablent ont en fait été réunies par Javid (Aly Kassem), terroriste émigré aux États-Unis avec qui il a travaillé – on découvrira dès les premières minutes d’Infidel que ce dernier est complètement taré : il a en effet torturé et tué sa propre fille sous le prétexte qu’elle avait « déshonoré » sa famille en sortant avec un américain. En collaboration avec un mouvement clandestin chrétien en Iran – ayant la particularité d’être dirigé principalement par des femmes – et de deux agents du Mossad, sa femme Liz (Claudia Karvan) va tenter de le faire évader.

Comme on l’avait déjà constaté à la découverte du Jeune messie, Cyrus Nowrasteh fait preuve d’un savoir-faire certain pour tirer le meilleur parti de son budget, qu’on imagine pour le moins étriqué. Ainsi, si l’on excepte un hélicoptère au rendu un peu trop numérique en fin de métrage, Infidel ne trahit jamais réellement ses origines modestes. De plus, le film parvient à conserver un rythme soutenu, qui ne permettra jamais à l’ennui de s’installer : les rebondissements sont nombreux, l’histoire est linéaire, les acteurs sont convaincants, les décors sont utilisés à bon escient et l’ensemble ne fait jamais « cheap ».

L’intrigue d’Infidel se base sur des cas bien réels de ressortissants américains emprisonnés par le gouvernement iranien, tels que Xiyue Wang, emprisonné entre 2016 et 2019, ou encore Robert Levinson, agent de la CIA présumé mort en Iran après sa disparition de l’île de Kich en mars 2007. Il s’inspire également, en partie, des expériences du propre père du cinéaste, Daryush Nowrasteh, qui avait été arrêté et détenu en 2003 lors d’une visite en Iran. Pour autant, Nowrasteh ajoute à son récit une dimension « spirituelle » assez nette, qui tend à amoindrir un peu l’impact de certaines séquences. Dans le même état d’esprit, s’il ne mettait pas en scène une petite poignée de personnages musulmans « positifs » (ils sont décrits comme étant en opposition avec le régime iranien), Infidel pourrait franchement donner l’impression d’être islamophobe. Le genre de film qui, s’il atterrissait sur Twitter, provoquerait sans doute la troisième Guerre Mondiale.

Pour la petite histoire, Infidel a été tourné en Jordanie, où Nowrasteh avait déjà tourné La lapidation de Soraya M.. Sur son site cyrusnowrasteh.com, le cinéaste explique que la Commission Royale du Film de Jordanie avait gardé le secret autour du tournage du film par crainte d’objections de la part du gouvernement iranien, et que l’équipe avait bénéficié d’une sécurité renforcée. Lorsque le gouvernement iranien avait appris la présence de Nowrasteh à Amman pour le tournage, il aurait « fait part de son mécontentement » au gouvernement jordanien – on ignore de quelle manière…

Le DVD

[4/5]

Le DVD d’Infidel édité par SAJE Distribution nous permettra de découvrir le petit film sorti de nulle-part signé Cyrus Nowrasteh dans des conditions tout à fait satisfaisantes : l’éditeur est rodé depuis de nombreuses années au format DVD, et nous propose une nouvelle fois un master sans faille : définition, piqué et couleurs composent parfaitement avec les limites d’un encodage en définition standard. Côté son, la version française sont proposées en Dolby Digital 5.1, dans des mixages dynamiques et bien enveloppants : du beau travail.

En guise de bonus, on trouvera une poignée de bandes-annonces, naturellement consacrées à des films et séries disponibles chez SAJE Distribution.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici