Test DVD : 9 jours à Raqqa

0
636

9 jours à Raqqa

France : 2020
Titre original : –
Réalisation : Xavier de Lauzanne
Scénario : Xavier de Lauzanne
Interprètes : Leila Mustapha, Marine de Tilly
Éditeur : L’Atelier d’images
Durée : 1h30
Genre : Documentaire
Date de sortie en salles : 8 septembre 2021
Date de sortie en DVD, Blu-ray, VOD : 4 janvier 2022

Leila Mustapha, 30 ans, ingénieure en génie civil, est la jeune maire de Raqqa, l’ancienne capitale autoproclamée de l’état islamique en Syrie. Plongée dans un monde d’hommes, elle a pour mission de reconstruire sa ville en ruines après la guerre, de réconcilier et d’y instaurer la démocratie. Une mission hors normes. Grand reporter et écrivaine française, Marine de Tilly traverse l’Irak et la Syrie pour venir à sa rencontre. Dans cette ville encore dangereuse, elle a 9 jours pour vivre avec Leila et découvrir son histoire…

Le film

[3.5/5]

5ème ville de Syrie par le nombre d’habitants, Raqqa est située dans le nord du pays, sur les rives de l’Euphrate. De 2014 à 2017, Raqqa a été la capitale syrienne de l’organisation djihadiste État islamique et c’est dans cette ville qu’ont été planifiés la plupart des attentats terroristes qui ont frappé l’Europe durant cette période, dont ceux du 13 novembre 2015 à Paris. Le 11 octobre 2015 a vu la création de la coalition connue sous l’appellation FDS (Forces Démocratiques Syriennes) visant à chasser l’État islamique du nord de la Syrie. Après de nombreux combats, la ville de Raqqa a été entièrement reprise par les FDS le 17 octobre 2017. Une nouvelle vie a alors commencé pour cette ville, détruite à plus de 90%, et pour ses habitants, ceux qui sont restés et ceux qui reviennent. Une nouvelle vie qui entend donner toute leur place aux femmes et à la démocratie. C’est ainsi que, dès le 18 avril 2017, avant même la reprise totale de Raqqa par les FDS, avait été créé le Conseil civil de Raqqa, chargé de la reconstruction et de la future gestion de la ville, et bien décidé à respecter toutes les formes de parité : parité entre les femmes et les hommes, mais aussi parité ethnique. C’est ainsi que ce même 18 avril 2017 a été élue une coprésidence pour ce Conseil civil : une femme, un homme, un représentant ou une représentante de la communauté kurde, un représentant ou une représentante de la communauté arabe. C’est ainsi que, femme et kurde, Leila Mustapha est devenue, alors qu’elle n’avait pas encore 29 ans, coprésidente du Conseil civil de Raqqa. Une femme dont on peut dire qu’elle est tout à fait normale tout en étant totalement exceptionnelle, une femme qui, en tout cas, redonne de l’espoir en … l’homme (Je n’y peux rien, c’est la formule consacrée !). 

Écrivaine et grande reporter, Marine de Tilly s’est montrée intéressée par la cause kurde depuis longtemps et elle a souhaité se déplacer à Raqqa afin de rencontrer Leila Mustapha, dans le but d’écrire un livre consacré à cette jeune femme kurde devenue icône du féminisme. Ayant eu vent de ce projet, le documentariste Xavier de Lauzanne lui a proposé de l’accompagner afin de filmer cette rencontre. Ce séjour de 9 jours à Raqqa s’est déroulé en 2019. Marine de Tilly et Xavier de Lauzanne ont suivi Leila dans de nombreux déplacements liés à sa fonction et où, malgré tout le dispositif de sécurité qui l’entoure, elle arrive à faire preuve d’une grande empathie avec les gens, hommes ou femmes, arabes, kurdes, turkmènes, arméniens ou chrétiens. En plus, sa compétence d’ingénieure en génie civile lui permet d’être parfaitement à l’aise dans ses discussions avec des techniciens, des contremaîtres ou des ouvriers, sur les chantiers qu’elle visite, et ils sont innombrables à Raqqa. Par ailleurs, Leila a consacré plusieurs soirées à Marine, une fois son travail du jour terminé. La couverture de ces faits et les conversations entre Leila et Marine ont permis au livre projeté par Marine De Tilly de voir le jour : « La femme, la vie, la liberté » par Leila Mustapha et Marine de Tilly, sorti le 29 janvier 2020 aux Editions Stock. Le film quant à lui, faisait partie de la sélection du Festival de Cannes 2020, celui qui n’a pas pu avoir lieu. A noter que 9 jours à Raqqa est le premier volet d’une trilogie réalisée par Xavier de Lauzanne et consacrée à « La vie après Daech ». Après le volet politique de 9 jours à Raqqa, sortiront en 2022 un volet sur le monde médiatique et un volet sur la vie culturelle et éducative.

Le DVD

[4/5]

L’image que nous donne ce DVD est tout à fait conforme à ce qu’on attend de ce type de support et on ne déplore aucun défaut majeur.  Concernant l’audio, aucun choix n’est offert : Dolby 5.1, langue internationale (arabe, français, anglais, kurde) avec sous-titres en français.

3 compléments viennent enrichir la vision du film. Le premier, d’une durée de 16 minutes et intitulé « Rencontre avec Xavier de Lauzanne et Marine de Tilly« , raconte le genèse du projet livre + film et donne des précisions sur le renouveau démocratique dans le nord-est de la Syrie, région dans laquelle les kurdes sont très présents : une population chez qui le féminisme n’est pas un vain mot. D’ailleurs, lorsque Marine de Tilly est revenue à Raqqa en 2020 pour présenter leur livre commun à Leila Mustapha, c’était la Journée de la Femme et Leila était tout particulièrement fêtée ! Le deuxième complément, d’une durée de 5 minutes, s’intitule « Des ruines à l’espoir » et consiste en une interview d’Ibrahim Maalouf, le trompettiste franco-libanais compositeur de la musique du film. Il y explique comment il s’est efforcé de composer une musique qui soit en symbiose avec ce que montrait le film, ce qui pouvait aller du drame à l’espoir. L’espoir personnel d’Ibrahim : que les voisins du Liban puissent s’épanouir ! Le troisième complément consiste en la captation de l’intervention de Leila Mustapha et de Alabed Hamdam, représentant du gouvernement autonome du Nord-Est de la Syrie, à l’Assemblée Nationale française. Invité.e.s le 9 juin 2021 par la Commission des Affaires étrangères présidée par Jean-Louis Bourlange, Leila Mustapha et Alabed Hamdam sont interrogé.e.s sur divers points par des membres de cette commission et apportent brièvement des réponses. C’est long (1 heure et 12 minutes), il y a beaucoup de bla-bla et on a du mal à échapper à un rire crispé en voyant les masques chirurgicaux qui ne cessent de descendre le long du visage. En fait, on retient surtout ce souhait de voir le soutien moral apporté à cette région démocratique et féministe de la Syrie se transformer en véritable soutien politique. Il n’est pas interdit de rêver …

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici