DVD — 14 mars 2019
Test Blu-ray : Yéti & Compagnie

Yéti & Compagnie

 
États-Unis : 2018
Titre original :
Réalisation : ,
Scénario : Karey Kirkpatrick,
Acteurs (VF) : Marc Arnaud, ,
Éditeur : .
Durée : 1h36
Genre : Animation
Date de sortie cinéma : 17 octobre 2018
Date de sortie DVD/BR : 20 février 2019

 

Vivant dans un petit village reculé, un jeune et intrépide yéti découvre une créature étrange qui, pensait-il jusque-là, n’existait que dans les contes : un humain ! Si c’est pour lui l’occasion de connaître la célébrité – et de conquérir la fille de ses rêves -, cette nouvelle sème le trouble dans la communauté yéti. Car qui sait les surprises que leur réserve encore le vaste monde ?

 


 

Le film

[3,5/5]

Évoluant dans le petit monde de l’animation depuis quasiment une trentaine d’années, Karey Kirkpatrick est passé par Disney, Dreamworks, Aardman, Nickelodeon ou encore Sony Pictures Animation. Et après un premier long-métrage signé pour Dreamworks en 2006 puis un film « live » avec Eddie Murphy en 2009, c’est finalement sous la bannière de Warner bros. Animation qu’il a signé en 2018 son troisième film, Yéti & Compagnie. A ses côtés, on trouvera également en tant que co-réalisateur Jason Reisig, qui affiche également vingt ans d’expérience chez Dreamworks Animation, et en tant que co-scénariste Clare Sera, qui s’était notamment faite remarquer en 2014 en cosignant le scénario de Famille recomposée, un des délires les plus attachants d’Adam Sandler.

Autant dire donc que Yéti & Compagnie s’imposera d’entrée de jeu comme un film qui sera techniquement très difficile à prendre en défaut : les années d’expérience du duo de réalisateurs, alliés à l’évolution des techniques d’animation contemporaine en font une œuvre visuellement sublime, propre à impressionner régulièrement le spectateur avec des images mémorables, des compositions de plans remarquables, et une mise en scène vraiment très habile, multipliant les points de vue et ayant pour elle la modestie de ne jamais spécialement chercher à épater la galerie. On retrouvera également au cœur du film un soin certain à proposer un scénario qui, s’il ne brille peut-être pas par sa grande originalité, s’avère bien construit, avec un début, un milieu et une fin, des personnages qui évoluent et des situations qui, d’un strict point de vue narratif, imposent une certaine logique : on est loin du scénario « prétexte » à enchaîner les séquences décousues à la manière de sketches interchangeables. De ce point de vue, Yéti & Compagnie s’avère indéniablement un film d’animation « old school », à l’ancienne – dans le bon sens du terme.

Ce côté old school se retrouvera également dans la façon dont le film articulera chaque évolution narrative autour d’une chanson, élément qui se perd de plus en plus dans le cinéma d’animation de nos jours, même chez Disney. De la même façon, le film de Karey Kirkpatrick et Jason Reisig développe volontiers un humour très proche des cartoons produits par Warner et MGM dans les années 40/50 : Yéti & Compagnie verse en effet très régulièrement dans un humour en mode slapstick absurde hérité de grands noms de l’animation tels que Chuck Jones ou Tex Avery, qui fera assurément rire les enfants mais également les adultes, grâce à une créativité sans cesse renouvelée. Prenons par exemple la courte scène durant laquelle Migo, le héros/yéti du film, se retrouve suspendu entre deux pans de falaise, maintenu en équilibre instable par deux cordes, uniques vestiges de ce qui était un pont suspendu quelques secondes auparavant. Si bien sûr on s’attend bien à ce que le personnage, une corde dans chaque bras, finisse par tomber parce que les piquets lâchent ou parce que la corde cède, Kirkpatrick et sa co-scénariste Clare Sera nous proposent une variation délicieuse à ce cliché du dessin animé : suite aux efforts de Migo pour tendre les cordes, ce sont d’abord les deux pans de falaise qui font en fait se rapprocher brutalement, écrasant notre personnage au passage – il finira par les séparer à nouveau en forçant sur ses bras et ses jambes, puis tombera dans le vide avant d’être écrasé par le premier pan de falaise qui s’écroule sur lui, puis par le deuxième. Un art de l’absurde et du non-sens qui passera un peu au-dessus de la tête des plus petits, mais qui régalera à coup sûr les adultes, et rehaussera largement l’intérêt porté au récit, adapté d’un récit pour enfants – non publié – signé , grand nom de l’animation et créateur de la franchise Moi, moche et méchant. Les auteurs du premier jet de l’histoire, Glenn Ficarra et John Requa (I love you Phillip Morris, Bad Santa…), assurent par ailleurs que leurs premières idées allaient encore plus loin dans la folie furieuse, et avaient reçu l’aval de Phil Lord (Tempête de boulettes géantes) : « Nous pourrions faire un autre film entier avec les gags que nous avions pondus » a même déclaré Glenn Ficarra à nos confrères de Metro.

Cela dit, vous l’aurez compris, Yéti & Compagnie tel que nous pouvons le découvrir aujourd’hui reste tout de même un très sympathique film d’animation, enchaînant les gags et les séquences musicales sur un rythme soutenu, et déploie une énergie folle pour faire rire petits et grands. On notera aussi la présence vocale au casting de Julien Doré, Amel Bent et Oxmo Puccino.

 

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

Comme à son habitude, Warner bros. nous livre avec ce Blu-ray de Yéti & Compagnie une galette Haute-Définition techniquement irréprochable. Piqué d’une précision à couper le souffle, couleurs éclatantes et naturelles, noirs denses, contrastes parfaits… Le top du top ! On ne déplore pas la moindre baisse de définition, c’est du haut niveau de A à Z, l’édition parfaite, d’autant plus qu’à la fois la VF et la VO sont proposés en DTS-HD Master Audio 5.1, dans des mixages amples et d’un dynamisme littéralement bluffants. En version originale, vous pourrez retrouver les prestations vocales de Channing Tatum, , , Common, , ou encore . Le doublage français, de fort bonne qualité, sera mené par Marc Arnaud dans le rôle de Migo, mais bénéficiera de toute l’énergie de Julien Doré dans celui de Percy, alias « Petit pied ».

Dans la section suppléments, outre une option nous permettant de visionner le film en mode karaoké, on trouvera tout d’abord un court-métrage dédié à une des yétis du P.E.P, intitulé Super Soozie, qui se complétera par Migo découvre le secret des pierres de Yéti, autre petit bonus animé servant d’introduction au film en expliquant les bases de la société Yéti. Le bonus suivant sera un petit making of d’un peu moins de six minutes : on y reviendra très rapidement sur le concept « inversé » du film, ses diverses influences et enfin sur l’enregistrement des voix par une pléiade de stars US. On continuera avec une série de clips vidéo de Niall Horan et Cyn, ainsi qu’avec la chanson « Wonderful life » proposée en 28 langues. On terminera avec une série de mini-sujets destinés à la promo du film, reprenant des éléments du film ou demandant au public d’éteindre son portable.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles