Test Blu-ray : The duke of Burgundy

0
784

The duke of Burgundy

 
Royaume-Uni : 2014
Titre original : –
Réalisateur : Peter Strickland
Scénario : Peter Strickland
Acteurs : Sidse Babett Knudsen, Chiara D’Anna, Kata Bartsch
Éditeur : Wild Side Vidéo
Durée : 1h46
Genre : Drame, Fantastique
Date de sortie cinéma : 17 juin 2015
Date de sortie DVD/BR : 28 octobre 2015

 

 

Quelque part en Europe, il n’y a pas si longtemps… Cynthia et Evelyn s’aiment. Jour après jour, le couple pratique le même rituel qui se termine par la punition d’Evelyn, mais Cynthia souhaiterait une relation plus conventionnelle. L’obsession d’Evelyn se transforme rapidement en une addiction qui mène leur relation à un point de rupture…

 


 

Le film

[3,5/5]

On s’en est rendu compte avec Katalin Varga et Berberian sound studio, le cinéma de Peter Strickland est étrangement contemplatif, très influencé par les années 70 et toujours à la lisière du fantastique. On pense notamment souvent aux films de Peter Weir, surtout quand, comme dans The duke of Burgundy, la nature prend une place prépondérante au cœur du récit. Lent, maniéré et économe en dialogues, son style si particulier s’échine cette fois à servir une romance trouble, lesbienne et sadomasochiste. En ne cherchant ni à juger ni à expliquer, Strickland signe sans aucun doute son meilleur film à date, formellement sublime, et au rythme un peu mieux géré que sur son interminable film précédent.

Pour autant, The duke of Burgundy n’est pas non plus tout à fait exempt de défauts. Abordant de façon frontale une relation de domination / soumission, le film de Peter Strickland se refuse à tout jugement moral, mais se borne également à refuser de revenir sur le background de ses personnages, et notamment de celui d’Evelyn, la victime consentante et concupiscente. Aussi son personnage se voit-il rapidement réduit à cette seule fonction, et en devient une caricature de masochiste n’existant malheureusement qu’à travers cette posture. Ainsi, quand Evelyn se voit contrariée par la livraison tardive d’un lit arnaché de chaines et autres boucles, elle apparaît au spectateur comme monstrueusement capricieuse ; quand elle insiste lourdement sur le déroulement des jeux de rôles, elle paraît égoïste et presque manipulatrice. Les exemples de cette déshumanisation de son personnage sont nombreux et desservent vaguement le propos du film. Même si bien sûr on se doute que le but réel de Strickland est de signer une sorte de conte abstrait, proche d’un Pique-nique à Hanging Rock, on aurait aimé que la relation de domination / soumission proposée par le film se fasse de façon plus « humaine », à la façon du chef d’œuvre qu’est La secrétaire par exemple (qui est la preuve qu’une vision humaine du SM ne se fait pas forcément au détriment d’un esthétisme léché, ni d’une histoire d’amour bouleversante).

 

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

Comme à son habitude, Wild Side a soigné sa copie en ce qui concerne le nouveau film de Peter Strickland, et photo sublime oblige, a apporté un soin tout particulier au transfert de l’image. Le master de The duke of Burgundy affiche donc une forme littéralement insolente : beau piqué, couleurs éclatantes, profondeur de champ et niveau de détails accrus… Du beau travail. Côté son, seule la VO est proposée en DTS-HD Master Audio 5.1, nous plongeant au cœur d’un mixage d’ambiance immersif à souhait.

Dans la section bonus, on découvrira tout d’abord les bandes-annonces des sorties à venir chez Wild Side Vidéo, qui nous promet d’ailleurs des mois de décembre et janvier absolument formidables, de quoi fêter Noël et la St Sylvestre avec les meilleurs films qui soient (on y reviendra). On passera ensuite rapidement sur le clip de Cat’s eye, qui nous propose une musique bien planante et envoutante, pour se concentrer sur l’impressionnante sélection de scènes coupées, d’une durée de presque trois quarts d’heure. On y trouvera beaucoup de scènes très intéressantes, coupées pour d’évidentes raisons de durée : Peter Strickland a du vouloir d’avantage ramasser son intrigue histoire de ne pas livrer un film de plus de deux heures trente.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici