Test Blu-ray : Les monstres de la mer

0
1921

Les monstres de la mer

États-Unis : 1980
Titre original : Humanoids from the Deep
Réalisation : Barbara Peeters
Scénario : Frederick James
Acteurs : Doug McClure, Ann Turkel, Vic Morrow
Éditeur : Sidonis Calysta
Durée : 1h20
Genre : Fantastique, Horreur
Date de sortie cinéma : 20 août 1980
Date de sortie DVD/BR : 19 août 2021

Pour avoir mangé des saumons génétiquement modifiés, des cœlacanthes, une espèce aquatique vieille comme l’humanité, mutent. Beaucoup plus agressifs qu’ils ne l’étaient avant leur transformation, désormais capables de se déplacer sur la terre ferme, les créatures attaquent et massacrent quiconque se présente à elles dans le secteur du port de Noyo. Des pêcheurs, des estivants… Personne ne leur échappe…

Le film

[4/5]

S’il a probablement été largement découvert par le biais de la vidéo au fil des années 80, Les monstres de la mer est surtout connu des fantasticophiles français grâce à son affiche, peut-être bien plus célèbre que le film de Barbara Peeters lui-même. Signée Bob Larkin, cette sublime affiche mettant en scène une femme en bikini sortant de l’eau et poursuivie par une créature humanoïde a en effet largement déchaîné les imaginations des jeunes cinéphiles depuis de nombreuses années. De plus, elle avait servi de couverture au premier recueil de la série « Ze craignos monsters » de Jean-Pierre Putters en 1991 – ouvrage culte s’il en est – ce qui lui avait encore donné une popularité supplémentaire, même et surtout à une époque où le film n’était plus tellement visible en vidéo, et où en dénicher une copie relevait du chemin de croix.

Quarante ans après sa sortie bien sûr, Internet et/ou le marché de l’import avaient permis depuis quelques années aux esthètes ayant grandi avec une affiche des Monstres de la mer au-dessus de leur lit d’assouvir leur curiosité. Cependant, la sortie du film en Blu-ray sous les couleurs de Sidonis Calysta est tout de même un sacré événement, à saluer bien bas, parce qu’elle nous permettra de revoir le film dans des conditions exceptionnelles ET de le découvrir en version française. Et honnêtement, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on ne s’attendait pas à un tel cadeau.

Parce que mine de rien, Les monstres de la mer fera vraiment office de cadeau pour les amateurs de bis. On est bien conscient qu’il s’agit d’un gros bis racoleur, et la légende autour du film – incluant notamment des plans de nudité totalement gratuits rajoutés par Roger Corman derrière le dos de la réalisatrice – ne suffira certes pas à gommer les carences d’un script mal fagoté, surtout dans ses deux premiers actes. Ainsi, Les monstres de la mer s’impose comme le film des atermoiements, changeant de tonalité d’une séquence à une autre, et donnant l’impression d’avoir le cul entre deux chaises, slalomant entre le drame social autour d’une petite ville US se déchirant au sujet de l’implantation d’une usine et le film d’exploitation complètement fou et décomplexé. Pour autant, ce sont ces éléments mélangés qui contribueront à livrer au public un troisième acte complètement branque et taré, suivant l’attaque des monstres sur la ville lors du « Festival du Saumon ».

Cependant, et même si l’intrigue met un certain temps à trouver ses marques, Les monstres de la mer conserve tout du long des bases globalement solides, qui permettent au film de maintenir bon gré mal gré un relatif équilibre entre l’intrigue sociale, l’intrigue pseudo-scientifique à tendance écolo et surtout les attaques de monstres, qui ne lésinent pas sur la violence et le sexe. Le gros point fort du film, c’est bien sûr le design de ces créatures vertes gluantes, qui s’avère tout à fait enthousiasmant, à la fois marrant et plutôt joli. Même s’il est évident que les créatures ne sont que des acteurs en costumes, lesdits costumes sont vraiment superbes, avec beaucoup de bave et d’algues qui rappellent le design de la Créature du lagon noir.

Le final des Monstres de la mer est par ailleurs vraiment formidable, avec des effets « gore » bien foutus, et la touche finale est apportée par la partition de James Horner, qui accompagne le film avec classe et contribue fortement à créer une atmosphère solide et réjouissante. On passera donc outre les faux raccords et les approximations scénaristiques pour se concentrer sur le plaisir de gosse ressenti devant le film, avec ces gros monstres pour de rire qui donnent vraiment au film de Barbara Peeters une aura si particulière.

Le Combo Blu-ray + DVD + Livret

[5/5]

Encore relativement peu connu en France, Les monstres de la mer a aujourd’hui l’insigne honneur de débarquer en vidéo grâce à une superbe édition Mediabook (Blu-ray + DVD + Livret) éditée par Sidonis Calysta, un des noms les plus prestigieux parmi les éditeurs indépendants de l’hexagone. Les monstres de la mer s’offre donc un lifting Haute Définition sur galette Blu-ray pour tout dire assez inattendu. Et aussi bien côté image que côté son, le master proposé par l’éditeur est de très bonne tenue ; le film est proposé au format cinéma respecté et encodé en 1080p. Le piqué est d’une belle précision, le grain cinéma est parfaitement préservé, et couleurs et contrastes semblent avoir été tout particulièrement soignés, même si les noirs apparaissent comme un poil bouchés sur quelques plans épars. L’ensemble est donc plus que recommandable : on suppose que l’éditeur a bénéficié de la restauration 4K effectuée par Shout Factory en 2019. Rien à redire non plus sur le mixage audio, proposé en DTS-HD Master Audio 2.0 mono d’origine, clair et sans souffle, en VF ou en VO. Du très beau travail !

Côté suppléments, Sidonis Calysta nous propose tout d’abord une présentation du film par Olivier Père (25 minutes), qui remettra le film dans son contexte de tournage et évoquera les thèmes forts du film et les séquences « dégoutantes », tout autant que les problèmes de production, qui seront pour le coup beaucoup plus longuement détaillés dans le livret inédit de 24 pages présent au cœur du coffret. Ce livret signé Marc Toullec s’avère vraiment une des pièces maitresses de cette édition, puisqu’il réunit énormément de documents d’archive et illustre tous les points de vue, celui de la réalisatrice blessée bien sûr, mais aussi celui de la production. Retour sur le disque ensuite avec un passionnant making of rétrospectif (23 minutes), qui nous proposera une série d’entretiens avec Roger Corman, Mark Goldblatt (montage), James Sbardellati (réalisateur de seconde équipe), James Horner (compositeur), Chris Walas et Kenny Myers (effets spéciaux), ainsi qu’avec les acteurs Cindy Weintraub (Carol) et Linda Shayne (Miss Saumon). Les discussions porteront en grande partie sur la vision que la réalisatrice Barbara Peeters avait du film, et mettront en avant l’absence d’éléments propres au cinéma d’exploitation – ni assez sexy, ni assez gore, le film manquait de « sensations fortes ». Pour autant, les intervenants ne cacheront pas non plus le mécontentement des acteurs et de l’équipe au regard du film terminé. Un document très solide, instructif et souvent drôle ; certains pourraient même le trouver plus intéressant que le film en lui-même ! On continuera ensuite avec un entretien avec Roger Corman (3 minutes), enregistré par l’américain Leonard Maltin avant la diffusion des Monstres de la mer à la TV, ainsi qu’avec une sélection de scènes coupées (6 minutes), pour la plupart en bon état, mais dont la bande sonore a parfois été perdue. On terminera ensuite avec la traditionnelle bande-annonce.

Cliquez sur l’image ci-dessus pour accéder à la page du Concours !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici