Test Blu-ray : Escrocs mais pas trop

0
165

 
États-Unis : 2000
Titre original : Small time crooks
Réalisateur :
Scénario : Woody Allen
Acteurs : Woody Allen, ,
Éditeur :
Durée : 1h34
Genre : Comédie
Date de sortie cinéma : 6 décembre 2000
Date de sortie DVD/BR : 8 février 2016

 

 

Ray, dit « le cerveau », monte le casse du siècle : avec trois ex-taulards, il s’apprête à creuser un tunnel pour atteindre le coffre d’une banque. Pour détourner l’attention, il transforme la boutique voisine en fabrique de cookies. Très vite, les ventes de pâtisseries se multiplient, l’entreprise devient florissante, et les ennuis commencent…

 

 

Le film

[3/5]

Si depuis Match Point, la livraison annuelle des films de Woody Allen s’est toujours vue gratifiée d’une sortie sur support Blu-ray en France, il n’en était pour l’instant pas de même pour ses films précédents, tous inédits en Haute Définition, à l’exception de Manhattan (1979) et Annie Hall (1977). Et comme le binoclard New-Yorkais nous livre grosso-modo un film par an depuis 1969, cela fait beaucoup de films toujours bizarrement inédits sur support HD. Gloire soit donc rendue à Metropolitan Vidéo, qui vient de récupérer les droits auparavant détenus par TF1 Vidéo pour plusieurs films de Woody Allen des années 90, et qui nous propose donc de les redécouvrir en Blu-ray dans des éditions minimalistes mais soignées.

Escrocs mais pas trop marque le retour de Woody Allen à la comédie pure, au burlesque de ses débuts, abandonné à la fin des années 70 avec le succès de Manhattan. Conçu pour, on l’imagine, retrouver la verve d’un Prends l’oseille et tire-toi (le personnage incarné par Woody Allen, Ray, semble être une version « âgée » du Virgil Starkwell de son film de 1969), Escrocs mais pas trop met en scène une équipe de truands qui sont autant de bras cassés, un peu abrutis mais réellement attachants. Et si le film ne retrouve pas la force comique des films des années 70, il fonctionne néanmoins plutôt bien grâce aux acteurs dont s’entoure le cinéaste : pour lui donner la réplique, il y a bien sûr la gouaille de Tracey Ullman, actrice comique surtout connue aux États-Unis pour son Tracey Ullman Show où elle proposa à la fin des années 80 les premiers épisodes de ce qui deviendrait la série animée Les Simpson. Du côté des braqueurs « amateurs », on retrouvera également avec plaisir , , habitué, de par ses origines, aux rôles de mafieux en tous genres ou encore l’excellent (L’or de Curly, Prof et rebelle), dont le talent a toujours été trop boudé, en France comme ailleurs, et dont la carrière se résume depuis quelques années à de simples apparitions dans les films de son ami Adam Sandler. Au milieu de ces phénomènes, Hugh Grant nous propose quant à lui sa composition habituelle de british un peu coincé et charmeur. Bref, s’il ne faut certes pas s’attendre à un des sommets de la carrière de Woody Allen, Escrocs mais pas trop fonctionne bien comme ce qu’il est : une petite récréation bon enfant entre deux films plus importants.

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

C’est donc Metropolitan Vidéo qui nous propose aujourd’hui de (re)découvrir Escrocs mais pas trop en Blu-ray. L’image est proposée au format, et nous propose un gain sensible de précision côté image ; la photo du film est lumineuse, et le piqué est très satisfaisant, le tout est proposé dans un master stable et bien restauré, avec de belles couleurs vives et surtout un grain argentique parfaitement préservé. Côté son, VF et VO sont toutes deux proposées en mono d’origine et mixées en DTS-HD Master Audio 2.0. Les deux versions restituent les dialogues avec la plus parfaite clarté, avec un petit « plus » pour la VO, mieux équilibrée.

Comme le veut la « tradition » concernant les films de Woody Allen, aucun supplément n’est proposé, outre les habituelles bandes-annonces des films édités par Metropolitan.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici