Test Blu-ray : Course à la mort / Death Race – Réédition 2022

0
1065

Course à la mort

États-Unis : 2008
Titre original : Death Race
Réalisation : Paul W.S. Anderson
Scénario : Paul W.S. Anderson
Acteurs : Jason Statham, Joan Allen, Ian McShane
Éditeur : BQHL Éditions
Durée : 1h51
Genre : Action, Science-fiction
Date de sortie cinéma : 15 octobre 2008
Date de sortie DVD/BR : 19 janvier 2022

Ancien champion de courses de voitures, Jensen Ames est incarcéré dans la prison de haute sécurité de Terminal Island, accusé du meurtre de sa femme. N’ayant d’autre choix pour gagner sa liberté, il participe aux côtés des pires criminels du pays à une course de voiture d’un nouveau genre, un show sanglant dirigé par Claire Hennessey, la directrice de la prison…

Le film

[4/5]

Sorti sur les écrans français en 2008, Death Race bénéficie aujourd’hui d’une ressortie en vidéo sous le titre francisé Course à la mort. Si on peut certes s’interroger sur la nécessité de rebaptiser le film moins de quinze ans après sa sortie, ce nouveau titre permettra néanmoins à l’œuvre de Paul W.S. Anderson d’afficher de façon claire et nette sa filiation avec le film de Paul Bartel La Course à la mort de l’an 2000 (1975), dont il est le remake.

Pensé par son créateur pour s’imposer comme le summum du divertissement de l’époque en matière d’action et de violence bourrine, Course à la mort ne cherche pas à péter plus haut que son cul, et se contente donc d’être un concentré de violence, de courses en grosses cylindrées et de punchlines, le tout se succédant à l’écan sur une bande-son quasi-ininterrompue de gros bruits de moteur (vroum vroum pet-pet-pet) et de fusillades explosives à base de mitrailleuses lourdes (ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta). Contrairement à son modèle, le film de Paul W.S. Anderson n’essaie pas de nous proposer un sens caché derrière son intrigue, et se contente au final d’être l’un des films d’action les plus électrisants, les plus rythmés, les plus bourrins et les plus amusants qui soient.

Grand spectacle putassier s’il en est, Course à la mort n’en remplit pas moins son rôle de défouloir hardcore et profondément jouissif. Aussi beauf et macho que profondément ancré dans une certaine culture « geek » (science-fiction, personnages badass caractérisés à la façon d’un jeu vidéo, présentations télévisuelles à la Robocop…), le film de Paul W.S. Anderson nous propose en fait une espèce d’équivalent américain et over-friqué de Banlieue 13 – autant dire que l’on a devant nous un film qui a le Q.I entre deux chaises (ouaf ouaf ouaf).

Mais on ne va pas faire la fine bouche : par son côté bourrin qui détruit tout sur son passage, Course à la mort s’attirera rapidement – et irrémédiablement – la sympathie du spectateur masculin, qu’il ne lâchera jamais en cours de route dans le sens où le film refuse de ralentir et ne s’enlise jamais dans des éléments d’intrigue superflus qui pourraient détourner notre attention de l’intrigue principale. En ce qui concerne l’action, le réalisateur Paul W.S. Anderson (Event Horizon) utilise les mouvements de caméra saccadés combinés à un montage très cut, ce qui pourra conférer aux nombreuses scènes d’action du film un certain sentiment de réalisme. Un réalisme tremblant et hyperactif, certes, limite Parkinsonien, mais qui colore la plupart des prises de vue d’une notion de « danger ».

Cette technique donne l’impression que les séquences de courses de Course à la mort sont saisies « sur le vif », mais on pourra parfois déplorer un léger manque de lisibilité dans l’action, d’autant que Paul W.S. Anderson use et abuse des zooms/dézooms sur les personnages, ce qui aura parfois tendance à donner la nausée (voire la chiasse) au spectateur et qui lui rappellera que cette manie du zoom était une des caractéristiques essentielles du cinéma de Jess Franco (ce qui est très cohérent, quelque part).

Cependant, Course à la mort nous propose également un putain de « Production Design », avec des décors et des accessoires de ouf, une photo désaturée qui colle parfaitement à l’ambiance sombre de la prison. Par ailleurs, les voitures elles-mêmes deviendront de véritables personnages du film, nous proposant un « tuning » ne cherchant pas forcément le choc esthétique mais s’avérant essentiellement basé sur la puissance, les armes, les boucliers. Du côté des acteurs, on retiendra principalement Jason Statham bien sûr, qui nous livre sa performance habituelle de badass taciturne toujours sur le point d’exploser, ou encore Joan Allen, qui s’avérera très étonnante dans le plaisir qu’elle prend à jouer une « méchante », et qui nous proposera une ligne de dialogue absolument anthologique : « OK, cocksucker. Fuck with me, and we’ll see who shits on the sidewalk ! »

Le Blu-ray

[4/5]

C’est à BQHL Éditions que nous devons le plaisir de redécouvrir Course à la mort sur support Blu-ray, quelques années après une première édition sous les couleurs d’Universal. Le format Scope est respecté, le piqué, les couleurs légèrement désaturées et les contrastes sont impressionnants, et le tout respecte scrupuleusement le léger grain argentique d’origine. Bref, le master devrait satisfaire le plus grand nombre. Côté son, VF et VO nous sont proposées en LPCM Audio 5.1, et font clairement honneur à l’ampleur du film. Les scènes d’action en particulier, tout particulièrement impressionnantes, s’avèrent d’un dynamisme et d’une force acoustique tout simplement bluffantes, renforcées par des basses littéralement tonitruantes et des effets multi-canaux épatants de finesse et de précision. et s’avère parfaitement claire, équilibrée et confortable, sans le moindre souci à déplorer. On notera par ailleurs que le film nous est proposé en version longue non censurée (1h51).

Dans la section suppléments, l’éditeur nous propose tout d’abord une présentation du film par Vincent Nicolet (27 minutes), qui remettra le film dans son contexte de tournage, ainsi qu’au cœur de la carrière de Paul W.S. Anderson, avant d’en évoquer les qualités ainsi que les défauts. Un intéressant making of (20 minutes) ainsi qu’un sujet consacré aux cascades du film (8 minutes) ont également fait le voyage depuis la première édition Blu-ray du film.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici