Accueil Tags Terry O’Quinn

Tag: Terry O’Quinn

Test DVD : Le beau-père 2

0
Succès surprise en 1987, Le beau-père ne pouvait rester sans suite, et à peine deux ans après sa sortie, le film de Joseph Ruben est donc passé au statut de « premier épisode » d'une nouvelle franchise horrifique, comptant à ce jour trois films, tournés en l'espace de cinq ans, et un reboot, sorti sur les écrans en 2009. De ce fait, Jerry Blake, le tueur psychopathe en quête de la famille idéale, est devenu un énième « boogeyman » de plus dans l'Histoire du cinéma d'horreur, perdant dès ce deuxième épisode l'essentiel de sa saveur subversive pour se contenter d’enchaîner les meurtres et d'aligner les vannes morbides.

Test Blu-ray : Le beau-père

0
Gros succès en vidéo à la fin des années 80, Le beau-père est un film plus subversif qu’il n’y parait à priori. Car à la façon d’un film tel que Les griffes de la nuit (Wes Craven, 1984), le film de Joseph Ruben ne joue pas simplement la carte du psycho-killer dérangé tuant les jeunes filles au hasard, mais propose un vrai discours tordu sur les « WASP » ou classes moyennes américaines de l’époque. Il faut dire aussi que le scénario du film a été co-écrit par Donald E. Westlake, écrivain spécialiste du polar de « casse » mais dont les romans affichent parfois une portée sociale assez cynique, qui n’a pas échappée à Costa Gavras par exemple, qui adapterait Le couperet en 2005.

Test DVD : Castle Rock – Saison 1

0
Depuis la parution de Carrie en 1973, l’œuvre littéraire de Stephen King s’est considérablement étoffée : avec plus de 70 romans et recueils de nouvelles à son actif, l’auteur américain a vendu plus de 350 millions de livres à travers le monde, et s’impose depuis presque cinquante ans comme l’écrivain de tous les records. L’impact de son œuvre sur la culture populaire de ces trente dernières années est considérable : tout le monde connaît de nom soit l’auteur soit quelques-uns de ses personnages, les adaptations de ses œuvres au cinéma ou à la télévision sont innombrables… Stephen King est donc parvenu, au fil de ses romans, à créer un véritable « univers », comparable à celui développé depuis quelques années par les studios Marvel, dans le sens où King développe dans toute son œuvre des « passerelles » entre ses différents romans depuis une vingtaine d’années, parsemant chaque nouvelle parution de clins d’yeux plus ou moins appuyés à d’autres de ses écrits. L’œuvre monumentale que constitue La tour sombre (neuf volumes et plus de 4000 pages à ce jour) en est l’exemple le plus frappant, avec sa « Tour » servant de colonne vertébrale à différents univers parallèles, et permettant à l’auteur de relier entre elles ses œuvres antérieures, de créer des passerelles afin de revenir, à loisir, sur certains sujets, lieux ou personnages au sujet desquels il aurait l’impression de ne pas en avoir « terminé ».

Cette semaine sur la planète Séries…

0
Au menu de ce deuxième numéro de 2014, de l’originalité, des nouvelles - bonnes et moins bonnes - et un palmarès. Sachez que nous...

Les nouveautés de la rentrée 2012/13 – ABC

0
Emily Owens, MD diffusé mardi dernier a été la dernière nouveauté de cette première moitié de saison 2012/13. L'occasion pour Critique-film de passer en...