Accueil Tags Samuel Fuller

Tag: Samuel Fuller

Critique : Au delà de la gloire

0
Si le regard que Samuel Fuller portait sur la guerre de Corée dans deux de ses films au début de sa carrière était déjà peu complaisant, le point de vue du réalisateur sur un conflit auquel il avait activement participé, observé à travers le prisme d'une nostalgie nullement conciliante, ne pouvait être que cinglant. En effet, Au delà de la gloire compte parmi ces films de guerre qui plongent le spectateur dans un chaos existentiel, où la gloire et la patrie ne valent plus rien, face à l'urgence de rester en vie.

Critique : Baïonnette au canon

0
La distance juste dans le temps, pour tenir compte d'un événement historique au cinéma, n'existe pas a priori. Ou en tout cas, le recul nécessaire pour ne pas se laisser happer par l'urgence irréfléchie, induite par la volonté de coller trop près à l'actualité, peut s'avérer hautement variable, en fonction du travail de mémoire sur ces faits du passé, auquel le Septième Art contribue activement depuis sa naissance.

La Cinémathèque Française en hiver 2017/18

0
Alors que la Cinémathèque Française est ces derniers jours dans l'actualité pour toutes les mauvaises raisons, l'illustre institution cinématographique a communiqué la semaine passée sa programmation pour le trimestre de l'hiver 2017/18. Dans le sillage international de l'affaire Harvey Weinstein, qui ébranle depuis un mois la communauté hollywoodienne, la polémique avait démarré côté parisien autour de la rétrospective consacrée en ce moment au réalisateur franco-polonais Roman Polanski, dont la soirée d'ouverture au début du mois de novembre était alors accompagnée de manifestations d'associations féministes.

Test DVD : L’inexorable enquête

0
Aussi étonnant que cela puisse paraitre aujourd’hui, L’inexorable enquête est un film qui s’est trimballé une mauvaise réputation pendant de nombreuses années, pour deux raisons qui, aujourd’hui, paraitront probablement un peu tirées par les cheveux. La première est due à l’ombre persistante de Samuel Fuller, qui plane encore largement sur le film. Cela est dû à la simple et bonne raison que le film s’avère être l’adaptation de l’un de ses romans, The dark page, publié en 1944, et que Fuller, jamais avare en petites phrases choc, avait déclaré avoir trouvé le film si mauvais que, fou de rage, il avait poursuivi le réalisateur lors de la première du film afin de lui casser la gueule. La deuxième raison de la mauvaise réputation du film est que L’inexorable enquête souffre un peu de la comparaison avec La grande horloge (John Farrow, 1948), film à l’intrigue assez similaire, et adapté du roman éponyme de Kenneth Fearing, publié en 1946. Plusieurs décennies plus tard, on sait maintenant que le roman de Fearing était en réalité un plagiat de celui de Fuller écrit deux ans plus tôt. Mais la chronologie fut inversée au cinéma, ce qui put donner l’impression opposée aux spectateurs de l’époque.

Test Blu-ray : Le port de la drogue

0
Aujourd'hui unanimement considéré comme un grand classique du Film Noir, Le port de la drogue a pourtant été, durant de nombreuses années, assez mal aimé des cinéphiles. Déjà, on notera qu'il a une histoire un peu particulière pour nous autres français : si le titre évoque une sombre histoire de drogue complètement absente du métrage en VO, c'est qu'à l'occasion de sa sortie en salles en France au début des années 60, le distributeur avait jugé bon de gommer toute référence au fait que les « méchants » du film soient de dangereux espions communistes. Le film fut tourné en plein maccarthysme triomphant aux États-Unis (1953), mais en France à cette époque, les idées du parti communiste sont encore assez populaires ; aussi la version française du film ne parlera pas de cocos, mais de trafiquants de coco. Pour beaucoup de cinéphiles, même s'il est loin d'être central au film de Fuller, cet aspect « anti-rouge » n'aura valu aucune sympathie au Port de la drogue, au point d'être parfois considéré comme un vulgaire film de propagande.

Back To The Past #17

0
Amis cinéphiles, bienvenue ! Ton site préféré te propose les Madeleines de Proust de David : par moult souvenirs et autres petites anecdotes, notre...

Critique : Fury

0
Brad Pitt commande un équipage de cinq hommes dans un tank Allié nommé Fury dans les derniers jours de la Seconde Guerre Mondiale. David Ayer (End of watch, Sabotage) va-t-il faire oublier les passagers du char de Lebanon de Samuel Maoz ou rate-t-il sa cible ?