Accueil Tags David Marsais

Tag: David Marsais

La Roche-sur-Yon 2020 : Mandibules

0
Quel délire filmique peut-on encore attendre de la part d'un réalisateur, qui avait fait d'un pneu tueur en série le protagoniste de l'un de ses premiers films ? Quentin Dupieux est indiscutablement un auteur à part dans le cinéma français.

Test Blu-ray : Santa & Cie

0
Alain Chabat occupe vraiment une place « à part » dans le paysage du cinéma français actuel, autant que dans le cœur des français. Sans doute en partie parce qu'il faisait partie de la fameuse troupe comique des « Nuls », qui s'était employé à dynamiter l'humour français entre 1987 et 1992 à la télévision, puis dès 1994 au cinéma avec le cultissime La cité de la peur (une comédie familiale). Peut-être aussi parce que certains de ces personnages, tel que celui du Professeur Thibault (« la mouche qui pète ! »), ont littéralement marqué au fer rouge toute une génération d'adolescents. Peut-être parce que « Les Nuls, l'émission » ou le « Burger Quiz » ont façonné une certaine idée de la télévision d'aujourd'hui. Peut-être aussi, qui sait, parce qu'Alain Chabat -on l'oublie un peu trop souvent- peut également se targuer d'avoir réalisé, en 2002, l'un des films français les plus rentables de tous les temps. En effet, avec plus de 14 millions d'entrées, Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre se classe en effet encore aujourd'hui à la quatrième place des plus grands succès français du box-office, derrière Bienvenue chez les Ch'tis, Intouchables et La grande vadrouille, mais devant Les visiteurs. Et pour la petite histoire, au sein du « Top 10 » des plus grands succès français du box-office, Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre est également le seul film demeurant encore, à ce jour, inédit sur support Blu-ray (alors même que de nombreux cinéphiles meurent d'envie de le revoir). Bref, la France aime Alain Chabat. Elle l'aime d'amour. A part bien sûr quelques mamies pouvant encore s'offusquer de ses dérives verbales parfois qualifiées de « vulgarité » - ce qui nous paraît un peu difficile à avaler à une époque où la télé-réalité est devenue un business et un métier.