Accueil Tags Anne Benoit

Tag: Anne Benoit

Critique : Patients

1
Sur un sujet difficile, Grand Corps Malade et Mehdi Idir proposent un film très réussi, un film qui montre l'inextinguible soif de vivre de jeunes individus aux corps abimés, la patience et le courage qu'il faut à ces êtres pour arriver à renaître petit à petit.

Critique : Je vous souhaite d’être follement aimée

1
A la vision de "Je vous souhaite d'être follement aimée", on ne peut s'empêcher d'être partagé entre deux sentiments : d'un côté, le sentiment plaisant d'avoir vu un film aux qualités indéniables et présentant même un certain nombre de scènes bouleversantes de vérité ; de l'autre, celui, frustrant, d'être tout simplement passé à côté d'un grand film !

Festival : RCC 2015, cérémonie d’ouverture

0
C'est dans la salle du Théâtre Croisette, remplie à ras bord, qu'a eu lieu, ce lundi 7 décembre, la cérémonie d'ouverture des 28èmes Rencontres Cinématographiques de Cannes. Animée par Gérard Camy, le président de Cannes Cinéma, et par Gilles Schneider, critique de cinéma, la cérémonie a permis, durant une heure, de dresser pour les 825 spectateurs un panorama exhaustif de ce qui allait se passer jusqu'au 13 décembre. Elle s'est poursuivie par la projection du nouveau film de Ounie Lecomte, "Je vous souhaite d'être follement aimlée".

Bande-annonce : Trois souvenirs de ma jeunesse

2
Un peu moins de vingt ans après Comment je me suis disputé (ma vie sexuelle), Arnaud Desplechin et Mathieu Amalric retrouvent le personnage de Paul Dedalus pour une histoire antérieure à ce premier opus. C'est suffisamment rare pour être souligné, le concept de suite et encore plus de prequel, est très rare dans le cinéma français, et à plus forte raison dans le cinéma d'auteur.

Critique : Tournée

0
Le New Burlesque, un groupe de cinq 'performeuses' délurées, s'est trouvé un beau porte-paroles avec Mathieu Amalric qui signait son œuvre la plus accessible, drôle et énergique avec sa quatrième réalisation.

Critique : Louise Wimmer

1
Dans la droite ligne de « Sans toit ni loi », Cyril Mennegun livre un portrait de femme en proie à la crise sociale mais sans jamais la faire sombrer, à l’inverse de la Mona du chef-d’œuvre d’Agnès Varda.