Sils Maria reçoit le Prix Louis-Delluc 2014

0
71
Olivier Assayas et Juliette Binoche (AFP/Dominique Faget)

Surprise, remporte pour la première fois de sa carrière le . était l’un des films les plus marquants de la compétition cannoise cette année et mérite largement ce prix même si d’autres films auraient pu prétendre le remporter. de Jean-Luc Godard, de Pascale Ferran, Trois cœurs de Benoit Jacquot (auteurs déjà primés), de Claus Drexel, Eastern Boys de Robin Campillo, de Bertrand Bonello et Timbuktu d’Abderrahmane Sissako étaient également en lice.

Olivier Assayas et Juliette Binoche (AFP/Dominique Faget)
Olivier Assayas et Juliette Binoche (AFP/Dominique Faget)

«C’est l’un des plus beaux prix de cinéma, donc je suis très touché. Je le partage aussi avec Juliette Binoche car c’est un film de comédienne» a commenté Olivier Assayas à l’AFP. Il succède à La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche.

«Un film d’une grande subtilité de la part du réalisateur français, remarquablement servi par deux comédiennes au sommet de leur art. 3 femmes et un scénario très fouillé qui permettent à Olivier Assayas de dire une foultitude de choses sur le monde du cinéma, sur le métier de comédienne, sur l’usure du temps, sur les préjugés qu’on peut avoir et qui se heurtent souvent à la réalité, sur le désir, sur les phénomènes de domination et de soumission … Vaste programme, parfaitement maîtrisé du début à la fin, sans lourdeur, sans une once de didactisme» (voir critique complète).

Autre film révélé lors de la dernière édition du Festival de Cannes, de Thomas Cailley reçoit le Prix Louis-Delluc du premier film, à l’unanimité de la vingtaine de votants et succède à Vandal d’Hélier Cisterne. «L’unanimité est arrivée en moins de cinq minutes, c’est rare pour un premier film. J’ai grand espoir pour la suite de son réalisateur» a précisé le président du jury, Gilles Jacob qui a par ailleurs salué les qualités esthétiques de l’oeuvre d’Assayas à l’AFP.

Un film qui «a la fraîcheur de la nouveauté, bien servi par un scénario énergique, un couple de jeunes comédiens plus que prometteurs et la photo très travaillée d’un certain David Cailley, le propre frère du réalisateur. ‘ (voir critique complète). Les autres films en finale étaient de Virgil Vernier, de Mati Diop, de Gilles Deroo et Marianne Pistone, de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis et de Guillaume Brac.

Merci à Jean-Jacques Corrio pour ses critiques des films primés dont j’ai extrait quelques mots pour cette news.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici