Oscars 2022 : les 3 demi-finalistes français du Film international

0
304

Indochine © 1992 Paradis Films / Ciné 5 / Studiocanal / Carlotta Films Tous droits réservés

Combien de temps la France devra-t-elle encore attendre avant de décrocher à nouveau l’Oscar du Meilleur Film international à Hollywood ? Si jamais c’était le cas en mars 2022, il aurait fallu patienter quand même près de trente ans – vingt-neuf pour être exact – avant de trouver un successeur à Indochine de Régis Wargnier, le dernier lauréat tricolore en 1993. Entre-temps, il y a certes eu une dizaine de nominations françaises dans cette catégorie qui s’appelait auparavant Meilleur Film étranger, depuis Ridicule de Patrice Leconte jusqu’à Les Misérables de Ladj Ly. Mais globalement, on n’aurait pas forcément tort en affirmant que l’Académie du cinéma américain est en panne d’appréciation du cinéma français. Deux de Filippo Meneghetti, le candidat malheureux de l’année dernière, peut en témoigner.

Tout ce préambule pour dire qu’on se trouve pendant quelques jours dans la parenthèse enchantée, celle où tout paraît possible. En effet, le comité de sélection, désigné par le CNC et composé de neuf personnes, dont la réalisatrice Julie Delpy (My Zoé), le réalisateur Florian Zeller (The Father), le producteur Alain Goldman (J’accuse) et l’ancienne présidente de WarnerMedia France Iris Knobloch, a publié avant-hier la liste des trois films toujours éligibles pour représenter la France à la 94ème cérémonie des Oscars. Cette dernière est prévue d’avoir lieu le dimanche 27 mars 2022. Mardi prochain, le 12 octobre, la commission se réunira de nouveau, afin de s’entretenir avec le producteur, le vendeur international et le distributeur américain de chacun de ces trois films. Puis, elle votera pour le candidat final.


Bac Nord © 2019 Jérôme Mace / Chi-Fou-Mi Productions / France 2 Cinéma / Studiocanal Tous droits réservés

Bac Nord de Cédric Jimenez, en salles depuis le 18 août

Le dernier film français nommé à l’Oscar du Meilleur Film international traitait déjà de l’accueil peu chaleureux des forces de l’ordre dans une cité de banlieue. Pourquoi ne pas tenter de renouveler l’exploit alors ? En termes de prestige artistique, le quatrième long-métrage de Cédric Jimenez ne peut toutefois guère rivaliser avec Les Misérables version 2019. Et les acteurs du film sont tout sauf des valeurs sûres ou au moins reconnaissables auprès du public américain. A l’exception éventuelle de Adèle Exarchopoulos, qui avait fait quelques pas timides dans le cinéma anglophone à travers The Last Face de Sean Penn et Noureev de Ralph Fiennes, depuis son sacre cannois dans La Vie d’Adèle en 2013.

Non, l’argument principal en faveur de ce film de flics pur et dur, ce seraient ses résultats impressionnants au box-office français. Actuellement dans sa huitième semaine à l’affiche, il a dû désormais dépasser la barre impressionnante par temps post-pandémiques de deux millions de spectateurs. En toute logique, le comité de sélection mise sur la popularité et l’accessibilité relative du film pour un public international, afin de séduire les votants de l’Académie du cinéma américain.


L’Événement © 2021 Rectangle Productions / France 3 Cinéma / Wild Bunch Distribution Tous droits réservés

L’Événement de Audrey Diwan, sortie le 24 novembre

Ce n’était pas tout à fait un grand chelem. Néanmoins, le cinéma français a fait fort cette année en termes de prix suprêmes des plus prestigieux festivals du continent européen. Le dernier en date était le Lion d’or attribué par le jury présidé par le réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho au drame historique L’Événement de Audrey Diwan. Le sujet du film pourrait d’ailleurs jouer en sa faveur, grâce à l’actualité américaine qui vit au rythme des interdictions et des autorisations successives de l’avortement dans l’état du Texas. A moins que ce calcul ne produise le résultat inverse. Ce qui reste malgré tout peu probable, au vu de la politique hautement inclusive appliquée par les responsables de l’Académie du cinéma américain ces dernières années.

On n’en sait pas encore grand-chose du deuxième film de la scénariste et réalisatrice Audrey Diwan, qui sortira en France deux ans et demi après son premier Mais vous êtes fous avec Pio Marmaï et Céline Sallette. Et même si son drame au féminin ne trouve pas l’approbation du jury, elle pourra peut-être se consoler avec son poste de co-scénariste de … Bac Nord. Ancienne compagne de Cédric Jimenez, Audrey Diwan a effectivement collaboré à l’écriture de tous ses films, dès Aux yeux de tous en 2012.

D’un point de vue bêtement statistique, les films français réalisés par des femmes arrivent parfois à atteindre le stade de la nomination à l’Oscar du Meilleur Film international. Ils ont été quatre jusqu’à présent : Coup de foudre de Diane Kurys, Trois hommes et un couffin de Coline Serreau, Le Goût des autres de Agnès Jaoui et Mustang de Deniz Gamze Ergüven.


Titane © 2021 Carole Bethuel / Kazak Productions / Frakas Productions / arte France Cinéma / Diaphana Distribution
Tous droits réservés

Titane de Julia Ducournau, en salles depuis le 14 juillet

L’ordre alphabétique nous fait garder le choix le plus téméraire pour la fin. En dépit de sa Palme d’or controversée du jury présidé par le réalisateur américain Spike Lee ou justement à cause d’elle, Titane reste une œuvre aussi inclassable que le premier film de la réalisatrice, Grave. Or, ce dernier avait remporté au mieux un succès d’estime lors de sa sortie américaine, à peine remarquée par quelques associations secondaires de critiques qui l’avaient nommé comme Meilleur Film étranger. La nature particulière de Titane risque de lui faire connaître un sort semblable, aussi parce que les premiers retours sur ses entrées depuis sa sortie américaine au début de ce mois-ci n’ont rien d’exceptionnel. Dans les salles françaises, sa carrière a été de même à peine honorable pour ce genre de film.

Il ne reste pas moins que le lien entre les films nommés à cet Oscar-là et les œuvres palmées n’est pas aussi ténu qu’on pourrait le croire. Rien que depuis le début du siècle, ce ne sont pas moins que six films qui ont eu ce double honneur : Entre les murs de Laurent Cantet, Le Ruban blanc et Amour de Michael Haneke, The Square de Ruben Östlund, Une affaire de famille de Hirokazu Kore-eda et Parasite de Bong Joon-ho.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici