Notre paradis

0
139
Notre paradis de Gaël Morel, photos du film

Notre paradis de Gaël Morel, l'affiche du film

France : 2011
Titre original : Notre paradis
Réalisateur :
Scénario : Gaël Morel
Acteurs : , ,
Distribution : Alfama Films
Durée : 1h40
Genre : Drame
Date de sortie : 28 septembre 2011

Globale : [rating:1][five-star-rating]

C’est un mot facile mais on est vraiment loin du paradis avec le dernier film de Gaël Morel.

Synopsis : Vassili, prostitué vieillissant aux pulsions criminelles, trouve un jeune homme inanimé dans le Bois de Boulogne et le recueille chez lui. Les deux hommes, devenus complices et amants, se prostituent ensemble et volent leurs clients. Mais peu à peu, l’étau se resserre suite aux menaces de représailles et le couple doit fuir Paris précipitamment. La cavale commence…

Notre paradis de Gaël Morel, photos du film

S’il y a un film qui cogne, s’il y a un film qui heurte, s’il y a un film fait mal aujourd’hui c’est bien celui-ci. On est à la limite de la nausée, du malaise, du rejet tant cette histoire nous mène vers le dégoût et vers l’aversion du personnage de Vassili (Stéphane Rideau).

A aucun moment on ne peut ressentir de compréhension pour ce prostitué homosexuel à la trentaine bien avancée qui cède à ses pulsions criminelles en assassinant ses vieux clients. Peut-être fuit-il ainsi ce qui l’effraie lui-même, ce qui commence déjà à l’écarter du monde de la séduction physique : l’age mur, la vieillesse , peut-être fuit-il sa propre homosexualité en s’érigeant en « purificateur », peut-être fuit-il un traumatisme profond de son enfance, mais cela ne nous importe absolument pas.

Même le meurtre du client qui veut soumettre Angelo (Dimitri Durdaine) à des pratiques bestiales n’en fait pas un meurtrier par amour. Et son dernier crime, celui de son vieil ami Victor (Didier Flamand), qui l’accueille dans « ce paradis » qui vaut son titre au film n’est bien que le crime commis par un malade qui ne supporte pas d’être « renvoyé ».

La relation amoureuse qu’il noue avec Angelo, l’attention qu’il porte au jeune fils de son amie de jeunesse Anna (Béatrice Dalle), rien de tout cela ne gomme ce qui est je le redis un véritable dégoût. Si je reproche facilement à certains films ne de rien nous faire ressentir pour les personnages, je dois reconnaître que là le spectateur est largement servi.

Notre paradis de Gaël Morel, photo du film

La réalisation n’est pas mauvaise, les interprètes sont bons, on s’enfonce dans une cavale infernale, il y a une rupture nette quand même avec le long épisode des retrouvailles à Lyon avec l’amie de la jeunesse parisienne (mais nécessaire pour le dénouement final).

Résumé

Mais tout cela ne compte pas et ne dissipe pas le malaise : on a le sentiment amer que pour Gaël Morel, la vie ne vaut rien, que seule la jeunesse est désirable dans tous les sens du terme, que la vieillesse condamne au pathétisme, que le sexe ne peut-être que violence et domination et que finalement il a de la sympathie pour son héros. Et là c’est vraiment trop…

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=UzzafBCIklQ[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici