Critiques de films Historique — 26 avril 2014
Critique : Monuments Men

MM

États-Unis : 2014
Titre original : The Monuments Men
Réalisateur :
Scénario : George Clooney
Acteurs : George Clooney, , , ,
Distribution : Twentieth Century Fox
Durée : 1h58
Genre :
Date de sortie : 12 mars 2014

Note : 3/5

Chouchou des Français, Jean Dujardin inscrit avec Monuments Men ses premiers pas sur la scène hollywoodienne. Le dernier film réalisé par Mr Nespresso, s’inspire de l’histoire vraie des Monuments Men, un groupe d’une douzaine d’hommes qui ont sillonné l’Europe au sortir de la guerre, à la recherche de chefs-d’oeuvre artistiques volés par les Nazis. Plasticiens, conservateurs, architectes et passionnés se lancent dans une quête (en apparence) à contre-courant de la marche de l’Histoire.

Synopsis : Alors que l’Europe est progressivement libérée du joug des Nazis, les Monuments Men se lancent à la recherche des plus grandes toiles de l’Histoire, volées en pleine seconde guerre mondiale sous les ordres d’Hitler. Alors que les Nazis ont soigneusement dissimulé les oeuvres en Allemagne, les chances de les retrouver intactes sont infimes. En dépit des réticences de leur propre camp, les Monuments Men sacrifient leur vie pour sauver les symboles d’une culture toute entière. 

 

MM1

Des monuments pour l’Histoire

 

 

Au coeur d’une période de doutes et de reddition, les Monuments Men lapident à grand coup, les stéréotypes mis en place par les politiques nationales. Quelle place doit avoir l’Art dans l’Histoire d’une Nation ? Une oeuvre d’art vaut-elle une vie humaine ? Dans le tumulte qu’engendre le débarquement allié, les Monuments Men doivent faire face à l’anéantissement programmé des plus belles peintures et sculptures de l’humanité. Affrontant l’indifférence générale de leur camp et l’égoïsme vengeur des troupes nazies, le groupe se lance dans une course contre le temps. Un temps bien trop précieux pour les forces alliées, qui voient d’un mauvais oeil cet investissement « superflu. »

Il fallait donc des acteurs à la hauteur de la tache, afin de graver dans la pierre le courage inébranlable d’intellectuels concernés. Clooney, Blanchett, Dujardin et compagnie peignent en mille couleurs la marche de l’Histoire, celle qui engloutit les souvenirs immortels d’oeuvres centenaires. Inégalement réparti dans une « Clooney mania » le jeu de Cate Blanchett se montre moins audacieux. Face à elle, Clooney et  Damon se donnent la réplique dans un esprit de franche camaraderie, sans vraiment laisser de place à l’éclectisme du casting. Dur, dur tout de même de ne pas apprécier le jeu de notre Jean national, dont la trop faible présence nous laisse perplexe. Alter-ego mature à l’échelle mondiale, Bill Murray ajoute au film un soupçon de tendresse.

 

 

MM2

L’art ou le néant 

 

L’art ou rien, un choix bien symbolique, qui joue sur des questions hautement philosophiques . C’est déjà ce que murmure à notre oreille aguerrie la douce sensibilité de George Clooney. L’oeuvre interroge sans cesse la place de l’art dans la société, et plus largement dans l’Histoire. Vigies immortelles d’une culture, les oeuvres picturales qu’exhibe le film sont autant de fragments d’une histoire commune. On peut déjà regretter que Monuments Men ne soit pas aussi bien construit qu’un chef d’oeuvre artistique. Composé de séquences perdues dans le temps, les images se succèdent sans vraiment s’approfondir. La rapidité des évènements laissent trop souvent place à la pauvreté des dialogues et à la croissance exponentielle de clichés en tout genre.

Malheureusement pour le film, l’empreinte du manichéisme américain laisse une trace indélébile prendre forme sur la toile. Dans la salle obscure, le spectateur a deux choix : valoriser l’héroïsme incontestable d’Américains passionnés ou vilipender l’égoïsme puéril de Russes intéressés. Au milieu de cette guerre froide (un peu) caricaturée, le film porte aux nues la force de l’Amérique en tant que protectrice du patrimoine mondial.  En libérant les nations du joug des Nazies, les Alliés ont mis fin à l’un des massacres les plus sanglants de la race humaine. Profondément avant-gardistes, les Monuments Men ont compris que la culture était une condition indiscutable à la survie des nations et de l’humanité, car détruire l’art c’est d’abord détruire la vie.

 

MM3

Résumé

Timidement brossé par les studios d’Hollywood, Monuments Men ne sera pas un chef d’oeuvre. Cependant, George Clooney jongle avec subtilité sur les ressources du cinéma, pour peindre avec intensité sur les écrans : de l’Art, pour toujours ! 

http://www.youtube.com/watch?v=ESSSM1wm7pE 

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Mayeul

Cet article a été rédigé par Mayeul Permezel, Rédacteur de Critique Film.