Livre : Bioman – La Bible officielle

0
449

Bioman – La Bible officielle


Japon, France : 2021
Titre original : –
Auteurs : Kodansha Ltd, Pierre Giner, Grégoire Hellot
Genre : Guide, Série TV
Éditeur : Kurokawa
Traduction : Pierre Giner
Date de sortie : 9 septembre 2021
Nombre de pages : 184 pages

Note : 4/5

Retombez en enfance avec cet ouvrage complet et inédit dédié à Bioman ! Diffusé à la télévision dans les années 80, le feuilleton japonais le plus célèbre chez nous fête ses 35 ans. L’occasion rêvée de retrouver dans cet ouvrage des archives inédites à propos des trois œuvres cultes Bioman, Maskman et Liveman. Ce livre-témoin de nos héros des années 80 est dédié à tous les adultes qui ont encore un cœur d’enfant…

Moitié-homme, moitié-robot, le plus valeureux des héros – les habitués du Club Dorothée, biberonnés aux séries japonaises depuis leur plus tendre enfance, auront bien sûr compris que l’on parle ici de Bioman. Mais dans le fond, connaissez-vous vraiment Bioman ? C’est ce que Kurokawa vous propose de vérifier avec un gros et bel ouvrage intitulé Bioman – La Bible officielle, disponible dans la collection KUROPOP depuis le mois dernier.

Bioman (Chōdenshi Baioman, littéralement « Super électron Bioman ») est donc une série télévisée japonaise créée en 1984. Diffusée sur Canal+ à partir de 1985 suite au succès de la diffusion de la série X-Or sur Antenne 2 courant 1983, la série fut ensuite rediffusée sur TF1 dans le Club Dorothée à partir de 1987, avec un nouveau générique signé Bernard Minet. Le succès fut immédiat et fracassant – dans les années 80, tout le monde connaissait Bioman, et le genre auquel appartient la série, le « Super Sentai », fut maintes fois copié et parodié au fil des décennies 80 et 90.

Kézaco, le Super Sentai ? Il s’agit d’un genre très codifié et typiquement japonais mettant en scène des groupes de super-héros en costumes colorés luttant sans relâche contre les forces du mal afin de… On vous le donne en mille : de sauver la Terre. Ils sont généralement cinq, et chaque membre du groupe possède un costume de couleur différente de celui des autres, ainsi éventuellement qu’un pouvoir légèrement différent. Si les couleurs des guerriers peuvent varier d’une série à l’autre, le leader de l’équipe est toujours vêtu de rouge. Ensemble, ils affrontent des monstres et robots géants extra-terrestres prêts à tout pour dominer le monde.

Bioman fut donc la toute première série Super Sentai à se voir exportée en France. X-Or, la série à laquelle on la compare souvent, faisait en effet partie d’un genre appelé « Metal Heroes » (ou Metal Heros en français), qui comme son nom l’indique mettait en scène des héros revêtus d’armures de métal, tels que Sharivan, Jiban ou Giraya. De son côté, historiquement, Bioman n’est certes pas le premier représentant du Super Sentai : sept séries du même genre avaient déjà vu le jour au Japon entre 1975 et 1983, mais Bioman fut la première à traverser les frontières du Japon.

Si elle peut certes paraitre un peu désuète, voire même carrément kitsch avec presque quarante ans de recul (rassurez-vous cela-dit : elle l’était déjà en 1985 !), la série Bioman rencontra un immense succès lors de sa diffusion en France, ce qui permit à d’autres séries Super Sentai d’être importées et diffusées dans le Club Dorothée ; six autres séries du même genre seraient donc diffusées en 1988 et 1992. Afin de capitaliser sur le succès de Bioman, les séries Maskman et Liveman furent même rebaptisées Bioman 2 et Bioman 3 dans l’hexagone. Le succès fut tout aussi retentissant à l’international, et le malin Haim Saban fit en 1993 le choix « d’adapter » plutôt que de simplement importer le Super Sentai aux États-Unis : avec Power Rangers, il réutilisera les scènes en costumes des séries originelles et remplacera les autres par des scènes tournées pour l’occasion avec des comédiens américains.

La sortie d’un ouvrage de référence sur Bioman était ainsi très attendue par une large communauté de fans français. Bioman – La Bible officielle reprend, réunit et enrichit trois « Mooks » sortis en 2019 par la maison d’édition japonaise Kōdansha, respectivement consacrés à Bioman, Maskman (Bioman 2) et Liveman (Bioman 3). Ces trois mooks ont servi de « base » au travail des français de chez Kurokawa, mais ces derniers semblent également les avoir considérablement enrichis : de trois fois 36 pages en version originale, on passe ici à un gros ouvrage de 185 pages. Une large poignée de textes additionnels et un glossaire ont été ajoutés à l’ensemble ; ils sont signés Grégoire Hellot et Pierre Giner, ce dernier s’étant également chargé de la traduction. On trouvera également des interviews de nombreux acteurs, cascadeurs, producteurs, designers, bref, c’est du bon taf, proposant également un historique assez complet du genre et des figures imposées du Super Sentai.

Véritable madeleine de Proust pour la génération Club Dorothée, Bioman – La Bible officielle étonne par son sérieux et son exhaustivité – tous les aspects de ces trois séries semblent en effet y être abordés. On y trouvera donc une présentation des personnages, à la fois des gentils et des méchants, avec de grandes photos de très bonne qualité, mais également des armes et des véhicules – motos, voitures, vaisseaux, avions, méchas… Les différents arcs narratifs de chaque série seront abordés, non pas par épisodes, mais par « actes » suivant l’évolution de l’intrigue. Pour chaque série, on trouvera également une large sélection de jouets dérivés.

Bref, si vous ne saviez peut-être pas tout du Super Sentai en général et de ces trois séries en particulier, il y a de fortes chances pour que Bioman – La Bible officielle comble vos lacunes. A la fois sérieux, extrêmement complet et surtout très agréable à lire tout autant qu’à feuilleter, cet ouvrage édité par Kurokawa s’impose comme une véritable référence dans son genre. On notera également le soin apporté par l’éditeur à la direction artistique et à la mise en page du livre, tous deux signés Fabien Vautrin. Il s’agit d’un « Beau Livre », grand format, avec une couverture cartonnée extrêmement travaillée, légèrement embossée, avec un fond mat et des personnages brillants. Du très beau travail.

Un mot sur l’éditeur : Kurokawa est une maison d’édition spécialisée dans le manga, créée en septembre 2005. En 2018, l’éditeur lance KUROPOP, une collection dédiée à la pop-culture japonaise. Graphisme, design, Japanimation, Cosplay, jeu vidéo… Portée par une démarche constante de partages culturels, la collection KUROPOP propose des décryptages, des guides, des recueils et bien d’autres passerelles vers ces univers où se côtoient des milliers de fans…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici