L’Irlandais avis pour

0
207
La photo de L'Irlandais avec Brendan Gleeson, Don Cheadle

L'affiche du film L'Irlandais de John Michael McDonagh L’Irlandais

Irlande : 2011
Titre original :
Réalisateur :
Scénario :
Acteurs : , ,
Distribution : SND
Durée : 1h36
Genre : Comédie, Policier, Thriller
Date de sortie : 21 décembre 2011

Globale : [rating:3.0][five-star-rating]

Pour la performance de en flic pas très catholique aux prises avec un trafic de drogue et un flic du FBI, cette comédie policière vaut largement le déplacement. Les ralentissements de rythme sont vite oubliés lorsqu’on songe aux fous rires qu’auront suscités les facéties de ce poulet peu ordinaire.

Synopsis : Bon vivant, picoleur, flegmatique en diable, Boyle est flic dans une bourgade paumée de l’Irlande. Un trafic de drogue réveille la région de sa torpeur, plus encore lorsque débarque le FBI en la personne de l’agent Everett, forcément super agent puisqu’américain, un poil maniaque et donc à des années lumières des procédés du flic bedonnant buveur de Guiness. La confrontation s’annonce explosive…

Image de L'Irlandais avec Brendan Gleeson, Don Cheadle

Un flic peu ordinaire

Ce Boyle, auquel , excellent, confère un subtil mélange de cynique débonnaireté et d’humanisme désabusé, pourrait être le fils caché du Dude de Big Lebowski et de l’Oblomov de Gontcharov. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si sa mère tient dans les mains le roman dont le personnage, parangon de fainéantise qui le tuera, est à l’origine d’un comportement, le fameux oblomovisme. Les chats ne font pas des chiens, c’est bien connu et ce personnage, tout secondaire soit-il, permet de de parachever le portrait de ce flic très en dehors des clous, tout en y ajoutant un joli moment d’émotion.

La photo de L'Irlandais avec Brendan Gleeson, Don Cheadle

Un formidable

Tout le film repose sur les larges épaules de cet ivrogne de poulet. Ce qui constitue à la fois la force et la faiblesse du propos. Outre qu’il est magistralement campé par ce comédien d’exception qu’est , il bénéficie de toutes les faveurs du scénariste. Son passé, ses facéties, son bagout, ses comportements et les situations qui s’y greffent (à commencer par une séquence d’ouverture proprement anthologique), rien n’a été laissé au hasard et tout contribue à dresser le portrait délicieusement iconoclaste d’un représentant de l’ordre (ou sensé le représenter) tout en décalages.

De ce fait, le corollaire semble inévitable : tous les autres personnages ne sont que faire-valoir, même l’agent du FBI, excellemment campé par , qui donne lieu à des scènes certes jubilatoires (car comment ne point jubiler devant la charge anti-US que livre le cinéaste en la personne de ce pauvre black débarqué au pays du Connemara ?) mais totalement à la gloire de Boyle. Si cette exclusivité ne gêne pas plus que ça dans ces portraits plus esquissés que vraiment fouillés, elle devient handicapante dans le déroulement de l’intrigue, le rythme finissant par quelque peu s’essouffler entre deux facéties de notre (anti)-héros. Mais ce dernier étant quand même omniprésent à l’écran, ses aventures constituent néanmoins un excellent divertissement, à la fois diablement drôle et non dénué d’une émotion sincère.

Résumé

Menée par un étonnant, cette comédie policière, malgré un relâchement du rythme dès que le personnage principal n’est plus au cœur de l’action, constitue un divertissement de qualité où humour et émotion se partagent équitablement l’affiche.

Lire la critique contre

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=tQD12cCts08[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici