Nécrologie News — 25 juin 2015
L’hommage de James Cameron à James Horner
(photo : Jeff Vespa/Getty Images)

Golden Globe pour (photo : Jeff Vespa/Getty Images)

 

Le réalisateur rend hommage à , qui avait composé les musiques de trois de ses films (Aliens, , Avatar, toutes nommées aux Oscars) au Hollywood Reporter. En voici l’essence en version française…

«Nous n’avons travaillé ensemble qu’à trois reprises, à dix ans d’intervalle à chaque fois. […] Je l’ai rencontré sur Les Mercenaires de l’espace qui est le premier film pour lequel j’ai été payé. Je suis arrivé comme assistant maquettiste et trois mois plus tard, j’en étais le chef décorateur, ce qui n’arrive que dans une production Corman ! La musique était la meilleure chose du film. C’était une musique orchestrale et pas l’une de ces compositions de pacotille expédiées au synthé. Comme nous faisions tous deux partie de l’écurie Corman, je l’ai souvent croisé et ai pu être le témoin privilégié de son succès foudroyant.

Il était le choix évident pour mais cette première collaboration a démarré sur de mauvaises bases. À cette période de sa carrière, il travaillait beaucoup trop et a enregistré la partition en une journée et demi et pouf, il avait déjà disparu. Nous avons du monter la musique sans lui et s’est retrouvé nommé aux Oscars. Il m’en a remercié ensuite mais nous avons admis qu’il ne s’agissait pas de la meilleure manière de collaborer.

Lorsque que je préparais Titanic, il venait de faire et . Comme je voulais le meilleur compositeur du moment, malgré ce qui s’était passé dix ans plus tôt, je me suis dit que je devais faire appel à lui. Nous étions tous les deux un peu sur nos gardes lors de nos retrouvailles, rivalisant de concert pour être le plus poli. […] Mais cela nous a permis de trouver la bonne méthode pour communiquer ensemble sans détour, ce qui a facilité notre relation de travail.

james horner james cameron 2

Il s’est investi à 100% pour ce film, organisant son emploi du temps afin de pouvoir se plonger dans une trentaine d’heures de rushes et absorber les émotions du film. Je lui ai demandé s’il pouvait écrire de belles mélodies. Pour moi, une grande musique de film doit pouvoir se siffler. Si la mélodie reste profondément ancrée dans un coin de votre cerveau, ça emmène la musique à un tout autre niveau. […] Un jour il m’invite dans son bureau, s’installe au piano et me joue en solo le thème principal pour le paquebot. J’en ai les larmes aux yeux et il enchaîne alors avec le thème de Rose et je pleure encore. Il n’avait encore rien orchestré mais je savais que ce serait une des plus grandes musiques de films jamais entendues. Je ne savais pas encore ce qu’allait donner le résultat final du film, personne d’ailleurs, mais je savais que sa musique allait être grandiose. Il pensait n’avoir fait que 5% du travail mais je savais qu’il avait trouvé le cœur et le l’âme de Titanic. […]

James Cameron, Jon Landau et James Horner

James Cameron, et James Horner

En avril dernier, la partition intégrale du film a été rejouée par un orchestre au Royal Albert Hall lors d’un ciné-concert en notre présence à nous trois, notre producteur Jon Landau étant également présent. […] C’était très émouvant, je me réjouis de savoir qu’il s’agit de mon dernier souvenir personnel de James

Live Titanic au Royal Albert Hall

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Pascal Le Duff

Cet article a été écrit par Pascal Le Duff, rédacteur en chef cinéma sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles